Critiques de films

Partagez vos impressions sur les films. Vos coups de coeur et coups de gueule.
Lionel1972

Messages : 64
Enregistré le : lun. 27 août 2012 - 14:38

Re: Critiques

Message » dim. 15 mars 2015 - 15:21

Salut Bobine43,

Je compte aller à l'avant-première. A tout à l'heure ! (J'aurai un vieux 6x6 en bandoulière).

Lionel1972

Messages : 64
Enregistré le : lun. 27 août 2012 - 14:38

Message » dim. 15 mars 2015 - 17:09

Superbe projecteur 35 dans le couloir. Quel est le film sur les bobines ?

bobine43

Messages : 1432
Enregistré le : dim. 3 oct. 2010 - 18:39
Localisation : quelque part parmi les volcans

Message » lun. 16 mars 2015 - 10:03

Ah bah bien... je viens seulement de lire le post. T'aurais pu te présenter à la caisse, en plus c'était moi de service hier. Donc tu as vu la tronche de Bobine43.
Le projo dans le hall était celui de la petite salle. Et sur les bobines ce ne sont que des bandes annonces.
Au cinéma, ça sert à rien d'avoir vingt-quatre images à la seconde, on n'en voit qu'une. (Brèves de comptoir)

Lionel1972

Messages : 64
Enregistré le : lun. 27 août 2012 - 14:38

Message » lun. 16 mars 2015 - 17:40

Tu étais bien occupé à la caisse et je suis plutôt timide. Je ne sais pas si tu as remarqué mon Rolleiflex par contre. J'étais venu une ou deux fois avant le passage au numérique mais je vais moins souvent du coté de Brioude ces temps-ci. Belle fréquentation pour un dimanche après-midi, avec un publique varié et, il semble, pas mal d'habitués. J'ai également remarqué qu'un ciné-club propose un programme régulièrement, c'est très chouette. Ont-ils la chance de voir les classiques en 35mm ? Si des projections 35 sont au programme je risque de débarquer plus souvent ! A ce propos, avez-vous conserver les projos 35 des autres salles ou bien celui de la petite salle exposé est le seul survivant ?
Je recommande chaudement "Une belle fin", un film original, poétique et poignant. Une fin magnifique également (sans jeu de mots). Merci pour en avoir parlé ici.

bobine43

Messages : 1432
Enregistré le : dim. 3 oct. 2010 - 18:39
Localisation : quelque part parmi les volcans

Message » lun. 16 mars 2015 - 18:09

Lionel1972 a écrit :J'ai également remarqué qu'un ciné-club propose un programme régulièrement, c'est très chouette. Ont-ils la chance de voir les classiques en 35mm ?

Hélas non. Pour des raisons de couts, ils préfèrent passer les films en formats DVD ou en DCP.
Perso, je n'appelles plus cela du ciné-club. :evil:

Lionel1972 a écrit :A ce propos, avez-vous conserver les projos 35 des autres salles

Oui, nous avons toujours le projecteur de la grande salle. Nous l'avions conservé pour le ciné-club notamment.

Lionel1972 a écrit :Tu étais bien occupé à la caisse et je suis plutôt timide.

bah la prochaine fois, dis moi: bonjour Bobine43 :D
Au cinéma, ça sert à rien d'avoir vingt-quatre images à la seconde, on n'en voit qu'une. (Brèves de comptoir)

musidora

Messages : 989
Enregistré le : lun. 25 nov. 2013 - 14:58

Message » mar. 7 avr. 2015 - 21:19

hello, je reviens sur whiplash et je relis donc les critiques faites auparavant, je commente en couleur dans les spoilers.

penny-lane a écrit :Ah mais ! Je ne suis pas d'accord avec toi Moss :-D Et comme je vais spoilé un max aussi, je mets une partie de ma critique en masqué.


D'abord, il n'y a pas que JK Simmons, il y a aussi Miles Teller, comédien extrêmement prometteur. Il y a quelque chose de très ambigu dans son jeu, qu'on avait bien pu voir dans "The Spectacular now" un "teen-movie" subtil et étonnant.

Le film est époustouflant esthétiquement et techniquement. J'ai rarement vu la musique filmée de cette façon, et même pour moi, qui n'y connait rien et ne sait même pas taper dans mes mains en rythme, j'ai pu prendre plaisir et noter les subtilités de "l'interprétation". Le film suit presque la même trame que "Goshu le violoncelliste" : pour atteindre "l'excellence", il faut se dépasser soi-même et être transcendé, même si ça passe par la violence. Damien Chazelle filme l'entrainement musical comme celui d'un sportif de haut niveau : on pense à des films comme Million Dollar Baby. D'ailleurs, la relation entre les deux est un combat !

Et le prof est mis KO à la fin...
Mais non, le prof n'est pas du tout mis KO: il aurait pu l'etre si le scénario avait permis au concert final d'être une victoire contre l humiliation. Mais le batteur tente de diriger son maitre, sauf qu'au final, c'est Fletcher qui reprend, certes avec plus d égards, la direction de son poulain, c'est son sourire triomphant d'avoir trouver son Charlie Parker à lui! Il est tout sauf KO, Fletcher, il est en plein accomplissement de son reve de toujours, selon sa méthode concoctée depuis des années.


Pour le message du film, je me suis aussi posé la question. A chaud, je me suis dit "Ah oui, mais quand même, c'est un peu violent comme apprentissage."

J'y ai beaucoup repensé et il m'apparait deux choses :

1. Ce n'est pas réaliste, c'est du cinéma, il faut le voir comme un combat sado-maso. Reproche-t-on à Rocky de prôner la violence?
Oui d'accord théoriquement pour cet argument-là: il y a un moment ou je me suis demandé ou se situait le film. La fin nous épargne les applaudissements (ouf!) et on pourrait presqu'etre dans une sorte de 'regarder ce salaud' sans happy end. Le visage du pere à la fin, cette expression qui se change soudainement de l'extase vers la très grande peur, la compréhension de la monstruosité de ce qui arrive sous ses yeux, ce bref plan me fait encore douter: le film laisse quand meme de l'espace au spectateur pour juger.


2. Je ne crois pas que le message soit vraiment que la technique ait fonctionné :
La méthode de Fletcher est montrée comme un échec : il met ses élèves en danger, au point que l'un deux s'est suicidé et que Andrew a aussi failli mal finir (d'ailleurs la scène de l'accident de voiture est percutante, quand on sait que Miles Teller a lui même failli perdre la vie dans un accident de voiture, et qu'il en garde les séquelles sur son visage).

Andrew ne doit de gagner son combat à la fin qu'à lui-même, et quand il accepte de se rapprocher de son père, et d'admettre qu'il ne doit pas tout sacrifier pour la musique. Il y arrive aussi seulement, quand il arrête d'idolâtrer Fletcher, et qu'il ne le craint plus.
Oui mais non. Fletcher a expliqué clairement sa méthode: humilier pour que l'interprete aille au dela. C'est cela qui semble marcher au final pour Andrew. Et les deux gagnent leur combat. Fletcher a son interprète de génie, Andrew atteint le sommet. C'est le moyen mis en oeuvre qui est contestable. La méthode Fletcher ne montre pas vraiment de faille dans sa conception: à la question d Andrew: y a t il des limites? il répond non, les génies résistent et s'épanouissent dans la lutte. Et tant pis pour les autres. Il s'agit d'un sacrifice humain (en nombre de morts, donc, c'est pas du sacrifice de rigolos) nécessaire en sorte. :/ C est tres fascisant: on doit trier le bon poulain dans le lot des médiocres, on tire dans le tas et le dieu Art reconnaitra les siens.


Voilà :roll:


Pour Fletcher sans humiliation pas de Charlie Parker. Pour moi, le génie n'a pas besoin de cela. Tout le monde a du talent ou un talent, mais le génie, c'est quelque chose d'exceptionnel qui ne lache pas son propriétaire, qui l'empeche de faire autre chose, qui est plus fort que lui en somme et que rien ne peut entraver. Il n'y a rien qui prouve que Charlie Parker ne serait pas devenu Charlie Parker sans cette anecdote là.
De plus, il existe quelque chose qui s appelle l'impuissance apprise. Et qui énonce à peu près le contraire de ce que Fletcher démontre dans le film avec Andrew.

zap

Messages : 471
Enregistré le : lun. 28 déc. 2009 - 2:03

Message » ven. 8 mai 2015 - 1:50

Ex Machina

Pour moi un tres grand film de science fiction.
Meme si c'est tres different, je la classerai dans la meme categorie que "Her", l'année deniere qua j'avais beaucoup beaucoup beaucoup aime aussi.

Un film pas vraiment dans la tendance actuelle, pas d'action. Mais une tres belle reflexion.
.... et puis , comme pour "Her", dont pour moi la fin etait tres puissante, la fin de Ex Machina m'a bien surpris, et d'etre surpris par la fin d'un film est une des choses que j'adore au cinema.
ola ola ola

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7043
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » ven. 8 mai 2015 - 10:12

Oh bah maintenant que tu as dit que la fin était surprenante, c'est exactement comme un spoiler, elle ne surprendra personne :mrgreen:
J'en ai vu quelques extraits en le projetant, c'est effectivement très attirant.

De mon côté j'ai découvert jamais de la vie bon petit thriller social à la française, d'honnête facture, Olivier Gourmet toujours impeccable, ça fonctionne très bien, et ça dit beaucoup avec des toutes petites choses. Sans doute le meilleur film de Pïerre Jolivet si vous suivez sa filmo.
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

affiche-cine

Avatar du membre
Messages : 2463
Enregistré le : mar. 22 nov. 2011 - 23:51
Localisation : Paris
Contact :

Message » dim. 17 mai 2015 - 23:34

Vu : Mad Max Fury Road

Où : au Pathé Tuschinski à Amsterdam, une salle fabuleuse :shock:

Je vous laisse admirer : https://www.google.fr/search?q=cinema+t ... d=0CDQQsAQ

Un sens du détail incroyable, on croirait que Mucha et Druillet ont collaboré, ferronnerie, boiseries, peintures murales, lustres...

Comment : en VOST en Hollandois, bon, la majeure partie de la bande sonore est composée de grognements, de borborygmes très signifiants, si bien que la compréhension des quelques dialogues (?) articulés en Anglais n'est pas essentielle...
Pas en Dolby Atmos, je suppose qu'une telle salle ne peut accueillir ce système (problème de volumes, le plafond doit être classé, on va pas y faire des trous :shock: pour y encastrer des HP...).
En 3D (lunettes passives 8) ) : je n'avais pas vu de film en 3D depuis Toy Story 3 et je ne regrette pas de m'être abstenu jusque là. C'est une arnaque ! La 3D de ce film (et des autres ?) est bidon, je n'y ai vu que des images plates mises en perspective, ça ne fait pas du relief ! Paradoxalement, des visages découpés sur un ciel bleu semblent terriblement plats, l'oeil est forcé...

Le film : le reboot de Mad Max par George Miller lui-même ou le cinéma réduit à son plus petit dénominateur, l'action. UNE scène d'action, UNE poursuite en véhicules motorisés de 2h :shock: . Presqu'aucune articulation narrative, une structure de jeu vidéo, fuite en avant, baston, boss de fin de niveau, niveau 2, action, nouveau boss... Visiblement, le jeu vidéo contamine de plus en plus le cinéma (cf Pacific Rim), ça fait peur. Il est bien loin et passé de mode le Spider-Man de Sam Raimi (que je trouve juste honorable). Les personnages sont inexistants, Mad Max en premier, les autres aussi. Nolan et son envie de raconter (maladroitement) des histoires me redevient tout à coup sympathique, limite naïf même.
Où est passé la confiance dans le récit ?! Rendez-nous Spielberg, Cameron et Jeff Nichols !
Un film débile qui ne raconte rien, qui ne signifie rien, qui ne sème rien dans mon imaginaire, quand c'est fini, au bout de 2h, c'est fini, le film ne vit pas en soi, on ne se souvient de rien...

Mais... Il faut le voir (ou pas) pour le croire (ou pas) ! Ou croire qu'un tel produit existe :|
Modifié en dernier par affiche-cine le lun. 18 mai 2015 - 0:11, modifié 1 fois.

Planète sauvage

Avatar du membre
Messages : 502
Enregistré le : mer. 31 juil. 2013 - 22:48

Message » dim. 17 mai 2015 - 23:57

ben en tout cas ,la salle est magnifique
ca fait peut etre cher la visite de salle mais faut bien trouver du positif (ou du cahier du cinema :mrgreen: )

affiche-cine

Avatar du membre
Messages : 2463
Enregistré le : mar. 22 nov. 2011 - 23:51
Localisation : Paris
Contact :

Message » lun. 18 mai 2015 - 22:27

Planète sauvage a écrit :mais faut bien trouver du positif (ou du cahier du cinema :mrgreen: )


Joli ;-)

La revue de presse de Mad Max : Fury Road :shock: :

http://www.allocine.fr/film/fichefilm-1 ... es/presse/

Madison

Avatar du membre
Messages : 6387
Enregistré le : jeu. 19 mars 2009 - 22:13

Message » lun. 18 mai 2015 - 22:53

Personne pour défendre le film " Mad Max Fury Road " ?

Bon, je me lance alors, histoire de rétablir un certain équilibre... après le post d'Affiche-ciné. :evil:

affiche-cine a écrit :Un film débile qui ne raconte rien, qui ne signifie rien, qui ne sème rien dans mon imaginaire, quand c'est fini, au bout de 2h, c'est fini, le film ne vit pas en soi, on ne se souvient de rien...

Tu vois Mr Affiche, ce qui me dérange, ce n'est pas le fait que tu n'aies pas aimé ce film ( c'était si prévisible, te connaissant... :mrgreen: ), c'est que ( comme d'habitude ! ) au lieu de dire " JE n'ai pas apprécié telle ou telle chose, parce que... " tu lances un jugement définitif, impitoyable ( et extrêmement prétentieux, à mon sens ). Je trouve ça assez dingue, de juger d'une manière aussi méprisante le travail des autres ! :(

Je vais te dire ce que MOI, j'ai aimé :

Alors en effet, c'est grosso modo une immense course poursuite de 2h, mais quelle course poursuite !!! Visuellement, c'est fabuleux : les décors, les véhicules, les archétypes de personnages. Au niveau réalisation et montage, c'est une claque : on est scotché aux machines tout du long, car elles ont une vraie réalité physique, on stresse à mort ( moi, en tout cas ! ) comme dans " Le salaire de la peur " ( passage du canyon, par exemple ), on retient son souffle comme pendant la course de chars de " Ben Hur ", et le très grand talent du réalisateur, je trouve, est d'avoir réussi à ce que tout reste lisible, malgré la folie totale de cette surenchère d'action : c'est le bordel complet, il y a toujours 3 trucs importants en même temps, ça bouge et ça bondit de tous les côtés, MAIS on comprend tout ce qui se passe, le montage est juste... parfait 8) ! J'ai déjà vu des scènes d'action qui ont un découpage et un montage complètement illisible ( par exemple, Transformers, on n'y comprend rien :? : qui est qui, qui a frappé qui, qui est tombé, etc... ).
L'univers de " Mad Max Fury Road " m'a vraiment happée, et, contrairement à toi, après le film il ne m'en reste pas RIEN, je suis imprégnée, et d'ailleurs j'ai envie de le revoir ( peut-être en Atmos, cette fois ? )
Tu dis qu'il y a des références aux jeux vidéos ? Ça, je ne sais pas, car je n'y joue pas du tout, mais si c'est le cas j'ai envie de dire : et alors ? Ce sont certainement des références assumées par le réalisateur. J'en vois d'autres : ces machines et ces corps qui se téléscopent violemment, l'acier et la chair qui se mélangent, et aussi tous ces personnages blessés, amputés, estropiés, ça m'évoques " CRASH ", et également " Boulevard de la mort ".
Certaines critiques reprochent au film son manque total d'humour : je ne suis pas d'accord, moi j'ai vu plein de clins d'oeil qui m'ont fait sourire, et je me suis bien marrée devant certaines trouvailles ( par exemple, la musique qu'on croit " off " et qui est en fait jouée en live dans l'action ( ! ), ça m'éclate complètement )
Et enfin, ce film dégage une énergie phénoménale, que j'ai reçue en pleine poire, et que j'ai gardée. :D

Au Marignan, il passe en Dolby 3D double-base une séance sur 2 ( première séance de la journée dans la salle 1, deuxième séance dans la salle 3, etc... ), avis aux amateurs ! :wink:
" FAKE IT TILL YOU MAKE IT ! "

Madison

Avatar du membre
Messages : 6387
Enregistré le : jeu. 19 mars 2009 - 22:13

Message » lun. 18 mai 2015 - 23:10

Ah, je viens de parcourir ton lien, Affiche : bon bah, on est visiblement quelques uns à penser du bien de ce film... :roll:
" FAKE IT TILL YOU MAKE IT ! "

Madison

Avatar du membre
Messages : 6387
Enregistré le : jeu. 19 mars 2009 - 22:13

Message » mar. 19 mai 2015 - 22:51

Re !

Bon, pour équilibrer mon post d'hier sur " Mad Max Fury Road ", qui était sincère, mais qui était là surtout pour contrecarrer celui d'Affiche-cine ( c'est bien pour ça que, volontairement, je n'ai parlé QUE de ce que j'ai aimé ! ), il faut maintenant que je m'exprime un peu sur ce que... j'ai moins aimé, sinon ma critique ne sera pas à 100% honnête :mrgreen: !
- J'aurais apprécié, évidemment, que les personnages aient un peu plus d'épaisseur ( qu'on en sache davantage sur leur passé, par exemple ), ça les aurait rendu plus intéressants et plus touchants. Là, je l'avoue, on regarde la plupart avec avec une relative indifférence. Cela dit, si le héros en titre est plutôt insipide, Furiosa, elle, crève l'écran et porte vraiment le film ! J'ai entendu certaines personnes dire qu'elle trouvaient carrément ce métrage " féministe ", hum... je ne suis pas trop d'accord. Les " épouses " ne veulent pas être des " femmes objets ", oui bon OK, mais je remarque tout de même que celles qui sont qualifiées dans cette histoire de " pondeuses d'exception " :shock: ( c'est le terme employé, je crois ? ) sont toutes des... tops models !
- Au niveau " narration " ( et là je te rejoins un peu, Affiche-cine ), c'est vrai que c'est maigre, et je n'aurais pas du tout été contre un récit plus construit, en dehors des courses-poursuites elles-mêmes : avoir plus de développements sur la vie à la Citadelle, par exemple, aurait été chouette. Tant qu'à avoir ce décor et ces personnages incroyables, c'est dommage de ne pas explorer leur quotidien, les relations entre eux, les enjeux... On se pose pas mal de questions qui ne trouvent pas de réponses, mais je me demande s'il n'y a pas davantage de matière qui aurait été tournée :?: , et qu'on aurait coupée au montage ? On le saura plus tard...

Donc voilà, c'était pour nuancer un peu mon point de vue, mais j'aimerais bien lire d'autres avis :wink: !
( J'ai jeté un froid ou quoi ? Y'a plus personne qui s'exprime ici... )
" FAKE IT TILL YOU MAKE IT ! "

sylpieste

Messages : 1323
Enregistré le : dim. 3 nov. 2013 - 16:11
Localisation : 31
Contact :

Message » mar. 19 mai 2015 - 23:08

Je n'ajouterai rien sur ce film Madison ! Tout ce que tu en dis est tellement vrai et sonne bien pour moi aussi.
... Et puis j'ai un peu la flemme d'écrire ce soir ! :?
"Images d'argent" association loi 1901 (Sauvegarde du Patrimoine Photographique et Cinématographique Argentique), nous assurons le démontage et l'enlèvement de matériel pour restauration et expositions. https://www.facebook.com/imagesdargent/