Gamma 35 mm ?

tout ce qui concerne les projecteurs, plateaux, lanternes, automates etc...
Mozmer

Auteur du sujet
Messages : 3
Enregistré le : lun. 15 oct. 2018 - 9:42

Gamma 35 mm ?

Message » jeu. 22 nov. 2018 - 19:00

Bonsoir à tous,

j'ai une question qui me trotte en tête, peut être très bête. Avec le cinéma numérique, tout est normé, notamment le gamma à 2.6. Mais en pellicule 35 mm, les projections tendaient vers un gamma référence ou à chaque film son gamma ? Ou ça n'existait tout simplement pas comme notion? En tout cas, à posteriori, y a t'il un gamma "norme" à retenir du 35 mm ?

Merci beaucoup !

MOSS

Avatar du membre
Messages : 6968
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » jeu. 22 nov. 2018 - 19:53

Hmm j'ai bien peur de dire des bêtises, mais je dirais que chaque pellicule a son gamma en fait.
Alors il y a sans doute des valeurs cibles à atteindre en labo, tout un tas de réglages à faire pour que les copies d'un tirage restent homogènes, mais c'est là, la grosse différence:
En numérique, on règle le gamma du projecteur avec toute sa colorimétrie, pour être sur qu'il soit "neutre" par rapport à la source lue (et si l'image est trop contrastée, ou délavée, sur un projo bien réglé, c'est la faute du fichier...)

Là ou en argentique, une projection neutre, consiste à projeter une lumière bien blanche, qui traversait un ruban d'images qui se devaient elles d'être aussi contrastées ou délavées que l'avait souhaité son auteur.

Donc le respect du gamma se joue à des niveaux différents.

C'est un peu comme ça que je vois le truc, je compte sur mes camarades pour corriger mes éventuels errements... :|
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

FiatLuX

Avatar du membre
Messages : 363
Enregistré le : sam. 1 oct. 2011 - 15:44
Localisation : Devant ou derrière un écran...

Message » sam. 24 nov. 2018 - 1:07

oui c'est même globalement a vraie invention du cinéma numérique, l'espace colorimétrique et le réglage d'après mesure.
Ca amène une uniformisation, on peut discuter de savoir si c'est un aspect positif.
Bien entendu, on est plus proche de ce que l'équipe du film désirait faire, mais on perd les particularismes locaux: en 35 mm, les copies étaient "localisées" en fonction de leur destination, car le public n'avait pas forcément l'habitude, le goût de la même image partout dans le monde.
Je me souviens lors d'une visite des labos d'Eclair avoir fait la remarque à un technicien que je trouvais son film un peu verdâtre, et je me suis fait répondre que tout était normal, c'était une copie polonaise...