le métier de projectionniste

tout ce qui concerne les projecteurs, plateaux, lanternes, automates etc...
Messages : 429
Enregistré le : sam. 1 déc. 2007 - 15:30
Localisation : bourg les Valence Drome

le métier de projectionniste

Message

J'ai déjà un certain age et depuis les années 1950 j'ai regardé avec intérêt l'évolution des techniques du cinéma. J'ai vu le plat (1.37) j'ai vu arrivé le pano (1.66) puis le scope (2.35) et la vistavision (1.85). Tous ces formats depuis la création des salles mono écran (1908 pour les premières) étaient projetés à partir de cabines double poste, lanternes à charbon. Les séances se composaient d'une première partie appelée documentaire, puis des actualités, le film annonce de la semaine suivante, quelques réclames, un entr'acte pour vendre la confiserie, et le grand film annoncé pour la semaine.
Le travail du projectionniste a évolué au cours de toutes ces années. A noter qu'il y avait un minimum de deux projectionnistes par salle. Le projectionniste vérifiait l'état des copies qu'il recevait, effectuait les projections et l'entretien du matériel. Au départ, un seul format, pas de difficulté, puis par la suite,2,3 et 4 formats. Il fallait prévoir en fonction du programme les fenêtres de projection et les objectifs adaptés au format (focales et hypergonar). Les cabines n'étaient pas automatiques. Tout était manuel. Ensuite, vers la fin des années 1970 est arrivé le xénon, les complexes (3,4,5,6 salles voir plus) et les projecteurs uniques avec dérouleurs ou plateaux, projecteurs automatisés. Le travail du projectionniste a évolué. La vérification des programmes restait identique. Puis on montait le programme dans sa totalité pour mise sur dérouleurs ou plateaux. A cette époque, un seul projectionniste pouvait mener 5 à 6 cabines avec un décalage de quelques minutes pour chaque séance. Jusque là, les cinémas tournaient à raison d'une ou deux séances en après midi et une en soirée.
Avec les mutiplexes, on est passé à 5 voir 6 séances par jour. Plus de première partie, de la pub, des films annonces, et le long métrage. Plus de cinéma permanent où avec un seul billet on pouvait voir le film deux fois ou plus. Ensuite sont arrivés les complexes avec 10,12,14 salles et plus. Et là avec 2 ou 3 projectionnistes on gérait les salles. A la fin des années 2000 est arrivé la projection numérique et la fin du métier de projectionniste. Celles ou ceux qui l'exerçait sont devenus" bonnes a tout faire" Il suffit de lire tous les message que vous postez sur ce site pour voir ce que l'on vous demande de faire dans vos diverses entreprises. Ce métier que vous aimiez a disparu tué par l'informatique. Il en est de mème des caissières d'hypermarchés qui vont disparaitre avec l'avènement des caisses automatiques comme ont quasiment disparu les caissières et caissiers des péages d'autoroute. Et ce n'est pas fini quantité de métiers vont disparaitre. On parle d'évolution. Il faudrait parler de profits car remplacer l'humain par la machine rapporte des dividendes aux actionnaires et autres capitalistes. Certes, tous ces métiers n'avaient peut être pas un intérêt énorme mais ils procuraient des revenus... à ceux qui les exerçaient et qui bien souvent se sont retrouvés au chomage. Voila, je voulais vous parler de cela, vous parler de cette activité, je dis activité car le métier de projectionniste n'a pas été mon activité principale mais je garde un souvenir impérissable du temps que j'ai passé à coté d'un projecteur, à surveiller la qualité de la projection pour donner de la joie aux personnes qui regardaient l'écran avec des yeux émerveillés.
Messages : 648
Enregistré le : lun. 29 janv. 2018 - 12:04

le métier de projectionniste

Message

Le métier a évolué. Bon. Je pense qu'on peut dire qu'on est tous d'accord là-dessus.
Ce message ressemble à une charge sans pitié de portes ouvertes.
Mais peut être est-ce simplement, et tout à fait humainement, l expression d'une nostalgie ?

PS: pour info, le métier existe toujours, son but intrinsèque est toujours le même : présenter des oeuvres cinématographiques dans les meilleures conditions possibles.
Messages : 1409
Enregistré le : dim. 3 nov. 2013 - 16:11
Localisation : 31
Contact :

le métier de projectionniste

Message

De nombreux métiers ont disparus et bien d'autres encore disparaîtrons mais il y aura toujours des nostalgiques pour nous les rappeler ou des collectionneurs pour continuer à les vivre vivre un peu. ;)
Mais aussi de nombreux nouveaux métiers se créent avec les nouvelles technologies. Il en a été de même avec l'arrivé de l'aire industrielle puis son déclin ...
Messages : 25
Enregistré le : sam. 18 avr. 2020 - 17:05

Re: le métier de projectionniste

Message

Bonjour!

Oui grosse nostalgie, certainement, mais comment pourrait il en être autrement pour tous ces acteur de la vie du cinématographe?
Le spectacle d'écran continue, certes, mais pourquoi garder le nom de cinéma puisque la technologie du cinématographe a bel et bien été balancée à la poubelle?! (excepté pour de nombreux passionnés qui continuent de la faire vivre ponctuellement bien sûr!)
Messages : 3933
Enregistré le : lun. 2 mars 2009 - 10:16
Localisation : Maine et Loire - France
Contact :

Re: le métier de projectionniste

Message

Le spectacle d'écran continue, certes, mais pourquoi garder le nom de cinéma puisque la technologie du cinématographe a bel et bien été balancée à la poubelle?!

Le cinématographe comme tu dis n'a toujours été qu'une bataille de technologies qui se succèdent, la pellicule a été un de ses éléments le plus longtemps commun pendant que d'autres aspects apparaissaient ou disparaissaient. Y'en a qui te diront que l'arrivée des xenon pour remplacer les arcs à charbon… ou les dérouleurs grandes bobines… Ou le son… Ou la couleur… c'était déjà plus du cinéma, c'était déjà plus le « vrai » métier.

Et si le cinéma c'était juste vouloir raconter des histoires avec des images et du son en les montrant dans un lieu dédié où les gens se rendent pour vivre ensemble une expérience, culturelle et sociale ?

C'est beau non qu'on puisse encore montrer l'art de Keaton ou Chaplin alors que le contexte technologique à ces bonshommes n'existe plus ?
Messages : 54
Enregistré le : sam. 6 juil. 2013 - 2:45

Re: le métier de projectionniste

Message

Mon père, qui faisait aussi ce métier depuis 1977 jusque dans les années 2000 a toute sa carrière entendu parler de chômage. Du charbon aux plateaux en passant par le simple poste ou le démarrage depuis la caisse, à chaque évolution on entendait dire qu’il n’y aurait pus d’opérateurs.

Forcément l’informatique a fait qu’on a eu moins besoin de techniciens et que le métier est devenu un fourre tout accessible à n’importe qui, mais crois moi que quand tu mets les mains dans le cambouis, t’as autant de taf en 35 qu’en numérique. Ce qui dans un sens, fait que si t’es bon, t’es vite repéré.
Ce que je vois c’est que jusqu’à maintenant, je n’ai absolument jamais connu le chômage. Je dirais même plus, je refusais 1 a 2 offres par mois avant le Covid. Et crois moi que j’ai moi aussi toujours entendu dire de ne jamais faire ce métier, que je n’aurais pas de boulot ou que j’enchaînerai les CDD. J’ai quitté de moi même 3 CDI.
( J’ai commencé ce métier au black à 15 ans, j’en ai 28 ).

Le métier n’est jamais mort, il a évolué, et je kiffe toujours autant programmer mes salles, changer des filtres ou calibrer un xénon en num qu’en 35.
Ce qui est parti c’est le charme de la pellicule, le côté rêve. Pour les actionnaires peut être, je dirais surtout que c’est l’époque qui veut ça, comme le xénon a remplacé le charbon ( et les gars gueulaient en cabine car « plus rien à faire » paraît il. )
Le 35 existe toujours, j’en ai pratiqué jusqu’en 2019 à raison de 2/3 séances par mois. Faut juste tomber sur le bon cinoche on va dire.

Donc oui ce métier avait peut être un peu plus de « charme » avant, mais on s’occupe toujours d’une machine à projeter des films, caché dans notre cabine, le principe est et restera toujours le même.
Messages : 25
Enregistré le : sam. 18 avr. 2020 - 17:05

Re: le métier de projectionniste

Message

Heureusement que le spectacle continue, et 99,99% des spectateurs se fichent complétement de la technique utilisée pour voir leur film!
Mais que reste t'il de ce plaisir de monter, de toucher , de voir la pellicule, cette intimité même avec les acteurs qui s'y trouvent gravés immortels , le plaisir de voir tourner ces magnifiques mécaniques, endurantes , que l'on avait plaisir à entretenir ( parce que déjà on les connaissait à fond, contrairement à ces lanternes muettes, qui ne ressemblent plus à rien, débitent des images complétement dématérialisées, sans vie.....discours de nostalgie , c'est vrai, d'une époque qui n'avait pas encore été dévorée par le vide numérique, sans âme....
Messages : 826
Enregistré le : ven. 26 oct. 2007 - 14:37

Re: le métier de projectionniste

Message

Pas sûr que les points de vue exprimés ici soient les plus représentatifs... Si vous êtes encore là, c'est que vous avez survécu à l'apocalypse d'une façon ou d'autre autre. Je perçois une immense majorité silencieuse qui a été licenciée avec plus ou moins de violence et qui a totalement disparu des radars. Cette majorité ne partagera pas son point de vue car elle a bien dû tourner la page.

Difficile de nier que le métier se soit fait totalement massacrer dans une indifférence presque totale...
Messages : 25
Enregistré le : sam. 18 avr. 2020 - 17:05

Re: le métier de projectionniste

Message

C'est bien ce que je voulais dire, proj, la technique argentique a été balayée et avec elle, le métier complètement massacré et quantité d'opérateurs jetés de leur cabine!! Le spectateur moyen n'en a cure , encore plus les jeunes qui sont entièrement contaminés par le virus informatique! l’indifférence la plus totale, c'est vrai, tant que cette technologie mortifère n'a pas encore eu de conséquences destructrice sur leur vie immédiate!
Messages : 1450
Enregistré le : mar. 25 nov. 2014 - 11:12

Re: le métier de projectionniste

Message

C’est pour cela que je veut faire mon projet.

Il y’a encore des cinés équipés en 35 et il y’a encore des séances.
C’est tellement bon la pellicule.
Messages : 25
Enregistré le : sam. 18 avr. 2020 - 17:05

Re: le métier de projectionniste

Message

Ouiiiii! que du bonheur!!!!!!!!!!!!!!
Messages : 429
Enregistré le : sam. 1 déc. 2007 - 15:30
Localisation : bourg les Valence Drome

Re: le métier de projectionniste

Message

Bonjour, j'avais dit que je ne communiquerais plus sur ce forum mais au vu de ce post qui a été relancé et que j'avais initié en son temps, je suis heureux de voir que je ne suis pas seul à être nostalgique de la pellicule. Toutes les interventions ci dessus sont pleines de vérité. De plus, tous ceux parmi vous qui créent des salles de projection le font avec de la pellicule et peu ou pas avec du numérique. Quant aux spectateurs, à de rares exceptions, il est certain qu'ils n'ont aucune connaissance de la source projetant une image sur un écran. Encore merci à vous de ces messages. Ceci dit, je n'interviendrai plus sur ce forum comme je l'ai indiqué Bonne journée à ceux qui peuvent encore manipuler de la pellicule.
Messages : 25
Enregistré le : sam. 18 avr. 2020 - 17:05

Re: le métier de projectionniste

Message

Comme tu le dis, Hortson, tous les points de vue sont défendables sur ce forum, et c'est bien le but de celui ci; personnellement, et n' insistant plus sur la profonde nostalgie que j'éprouve pour l'époque de l'argentique, je suis certain que le fait d'avoir imposé de force le numérique conduira inéluctablement à la fermeture des salles (par désintérêt cette fois!), puisque tout le monde peut avoir cette technologie à la maison;) les gros manitous des plates formes naissant de partout l'ont bien manigancé, et ce n'est pas la minorité des gens qui aiment le spectacle partagé avec un public qui les sauvera! Quant je parle de technologie mortifère, c'est bien dans ce sens là aussi que je l'entends, la mort du partage commun d'un plaisir culturel, social, citoyen, bref d'un des fondements de notre société. On s'adapte misérablement ou on meurt, c'est comme cela que je ressens ,et je suis loin d'être le seul, cette nouvelle dictature du XXI eme siècle.
Messages : 828
Enregistré le : ven. 4 sept. 2015 - 16:40

Re: le métier de projectionniste

Message

je suis certain que le fait d'avoir imposé de force le numérique conduira inéluctablement à la fermeture des salles (par désintérêt cette fois!), puisque tout le monde peut avoir cette technologie à la maison;)
On disait la même chose de la télé il y a 60 ans. :roll:

Non, tout le monde ne peut avoir la même chose à la maison. Lire un DCP ou un format numérique de qualité équivalente en comparaison des flux diffusés par les plateformes, c'est comme comparer 70mm et Super8.

Il me semble qu'ici tout le monde est intéressé par la pellicule, en écrivant ces mots j'ai un projecteur 35mm derrière moi et un autre dans la pièce à côté, mais le discours consistant à répéter en boucle que pellicule = magie et numérique = caca est fatiguant, et c'est ce qui a conduit Hortson à se fâcher suite à une remarque un peu vive de ma part. Ce serait tellement plus agréable de venir partager son savoir et son expérience plutôt que de dénigrer la technologie actuelle. Comme l'a déjà signalé un autre intervenant précédemment (MOSS ? Coeur Noir ? J'ai la flemme de remonter le fil... :oops: ), on pourrait tenir le même discours vis-à-vis des technologies de lampe qui se sont succédées en pellicule, sur les plateaux avec bobines assemblées, sur le sonore même tiens !

Le vrai cinéma, ma bonne dame, était quand le film était muet et qu'il y avait un pianiste dans la salle ! Tous ces zinzins sonores qui font mal aux oreilles, quelle horreur ! Et puis ça a tué une profession, tous ces pianistes au chômage, quel malheur !

Tout ressemblance avec des propos tenus précédemment ne seraient pas fortuits. :mrgreen:

En décembre dernier, est décédé Claude Cattelani, à l'âge de 85 ans. Son nom ne dira rien à la plupart d'entre vous, mais il avait été chef opérateur et avait créé plusieurs sociétés de titrage et de trucage optique, puis de fabrication des machines destinées à réaliser ces opérations (en pellicule, bien entendu). Jusqu'aux derniers jours de son existence, il travaillait à fabriquer et améliorer des relaveuses (machines destinées à nettoyer les pellicules), toujours au fait des dernières techniques et matériaux pour concevoir ses mécanismes d'essuyage et de séchage, et il développait aussi un scanner (quelle horreur, une machine avec du numérique tout caca dedans !), capable de fonctionner avec à peu près tous les formats anciens (y compris des formats comme le 17,5mm; le 22mm; le 25mm...). Si certains pouvaient s'inspirer de ce genre de démarche plutôt que de déverser leur bile... :roll:
Messages : 25
Enregistré le : sam. 18 avr. 2020 - 17:05

Re: le métier de projectionniste

Message

Bonjour Victoria

Mon but n'était certainement pas de déverser une quelconque bille, n'ayant visé personne sauf une technique et des gros intérêts financiers et toutes les personnes ici qui affirment regretter l'ancienne technologie ne font qu 'exprimer inquiétude et empathie pour le monde de l'exploitation et surtout des opérateurs....la crainte est bien bien qu'inexorablement,(et ce n'est donc pas moi qui le dis) les projos reliés à toute la cinétique se passeront de plus en plus de toute intervention humaine et qu'aura apporté l'mage numérique en définitive pour le spectateur par rapport au 35?! On ne peut quand même pas diminuer celui ci non plus pour vanter l'autre! Le cheval de troi (sieme) dimension à bien remplie son œuvre, ayant fait croire que là était le progrès indiscutable en matière de filmographie , puis le matériel 35 ayant été ferraillé, on est bien entendu (et heureusement) envoyé aux oubliettes les lunettes électroniques. Personnellement je n'ai rien contre le numérique quand il peux apporter tellement d'espoir dans le médical et beaucoup d'autres domaines qu' il complète sans détruire, mais c'est son application tous azimuts pour la seule et unique rentabilité qui le rend monstrueux ! Ceci dit, c'est vrai que c'est grâce à l'informatique que l'on peux avoir le plaisir de converser aimablement dans ce forum , tous avec des points de vue qui varient et là est la richesse de la communication.
Répondre