NO FUTUR ....

Actualité | Société | TV | Musique | Sport | Animaux | Nature | Littérature | etc..
Messages : 85
Enregistré le : dim. 14 janv. 2018 - 1:53
Localisation : Cannes
Contact :

Re: NO FUTUR ....

Message

rappa a écrit : mar. 17 mai 2022 - 13:20 Clairement le 8K n'a (a priori pour moi, puisque je n'en ai pas encore moi-même) d'intérêt que dans une salle spécialement prévue pour, avec un contenu également tourné/produit en ayant à l'idée la spécificité de la diffusion (de la pdc, des plans suffisamment longs pour laisser l'oeil se balader dedans, etc...).

J'ignorais qu'il n'y avait pas de 8K OLED à l'heure actuelle.

En tout cas, pour avoir vu du Dolby Cinema, je me dis que la marge de progression des salles "conventionnelles" aujourd'hui (2K, xénon) est énorme.
Le tout est de trouver le juste milieu entre la course à l’échalote technophile qui présente peu d'intérêt et les réelles et belles avancées qui peuvent être mises au service des cinéastes pour happer encore plus le spectateur.

Un exemple pas du tout high-tech sur lequel j'aimerais qu'il y ait un réel effort de fait : le noir salle. Une salle véritablement obscure change complètement l'expérience de la séance. Aujourd'hui avec les blocs LED on fait clairement n'importe quoi. Dans certains salles récentes on pourrait presque bouquiner pendant la séance tellement il fait clair.
De toutes façons la 8k pose des problèmes sur toute la ligne de production, c'est une techno qui comme le 70mm restera à mon avis réservée à des films à très gros budget et "spectacle".

Déjà à la captation il faut savoir qu'on tourne toujours sur des capteurs en majorité Super 35, le LF et Full Frame n'étant pas si démocratisés que ça car ces tailles de capteurs amputent drastiquement le choix d'optiques disponibles, exit toutes les optiques vintage si appréciés des chef op.

Il faut aussi savoir qu'à caler 8k de photosites dans un capteur S35, tout ce qu'on y gagne c'est de perdre en sensibilité et en dynamique, aucun intérêt pour les chef op, autant se tirer une balle dans le pied. La 8k à du sens sur les très grands capteurs à la limite.

Puis évidemment il y a la taille monstrueuse que prennent les fichiers en 8k, déjà qu'en 4k ou 6k (qui sont à peu près la norme aujourd'hui en capta) c'est un enfer à gérer alors en 8k ça complexifie encore plus le DIT et la post prod, surtout que les caméras récentes permettent d'utiliser des codec raw ou très peu compressés, on atteint des bitrate assez phénoménaux.

En gros la 8k n'a pas d'intérêt pour les techniciens du cinéma, pour le moment elle pose plus de contraintes que d'améliorations. Elle à un certain intérêt pour les films qui nécessitent beaucoup d'effets spéciaux, tournés en studio là où les contraintes techniques de la 8k sont moins problématiques car en environnement contrôlé etc...

C'est le genre de techno "spectacle" comme je le disais plus haut, ça fait rêver ceux qui ont un Home Cinéma mais dans la pratique ça n'a pas d'intérêt.

Pour info, la caméra ciné la plus utilisée dans le monde, référence depuis plus de 10 ans avec le même capteur, ne fait même pas de la UHD. (Je parle de la Arri Alexa)

Donc au final les salles et les particuliers équipés en 8k vont se bouffer des master UHD ou 4k encore longtemps je vous le dis :mrgreen:
Messages : 924
Enregistré le : lun. 29 janv. 2018 - 12:04

Re: NO FUTUR ....

Message

Iguane a écrit : sam. 21 mai 2022 - 16:28 Pour info, la caméra ciné la plus utilisée dans le monde, référence depuis plus de 10 ans avec le même capteur, ne fait même pas de la UHD. (Je parle de la Arri Alexa)
Euh, la Mini LF, qui truste tous les palmarès au monde et qui est la caméra favorite d'énormément de chef op' peut délivrer des fichiers de 4448x3096. Même s'il est vrai qu'Arri n'a jamais vraiment fait la course à la résolution, considérant que ce n'était pas le critère premier pour faire une bonne caméra. Et sans être un spécialiste du matériel Arri - je n'ai jamais touché une Alexa, juste bavé devant le simulateur - il me semble qu'il y a eu au moins 3 générations de capteur sur la gamme.
Je comprends les autres objections techniques, mais toutes ces contraintes vont être levées progressivement avec les avancées techno hardware et software. Panasonic par exemple a annoncé depuis quelques années maintenant avoir mis au point un capteur OPF 8K opérationnel, mais manifestement ils ont du mal à mettre la caméra qui va bien autour (l'échec commercial de la gamme Varicam n'y est sans doute pas pour rien).
En fait on entendait exactement les mêmes discours sur la 4K encore très récemment (photosites trop petits, optiques trop exigeantes, coût de production, etc...). Sauf qu'aujourd'hui plus personne (à part en ciné indé à très petit budget) ne tourne en 2K/HD.
Messages : 85
Enregistré le : dim. 14 janv. 2018 - 1:53
Localisation : Cannes
Contact :

Re: NO FUTUR ....

Message

rappa a écrit : sam. 21 mai 2022 - 19:14
Iguane a écrit : sam. 21 mai 2022 - 16:28 Pour info, la caméra ciné la plus utilisée dans le monde, référence depuis plus de 10 ans avec le même capteur, ne fait même pas de la UHD. (Je parle de la Arri Alexa)
Euh, la Mini LF, qui truste tous les palmarès au monde et qui est la caméra favorite d'énormément de chef op' peut délivrer des fichiers de 4448x3096. Même s'il est vrai qu'Arri n'a jamais vraiment fait la course à la résolution, considérant que ce n'était pas le critère premier pour faire une bonne caméra. Et sans être un spécialiste du matériel Arri - je n'ai jamais touché une Alexa, juste bavé devant le simulateur - il me semble qu'il y a eu au moins 3 générations de capteur sur la gamme.
Je comprends les autres objections techniques, mais toutes ces contraintes vont être levées progressivement avec les avancées techno hardware et software. Panasonic par exemple a annoncé depuis quelques années maintenant avoir mis au point un capteur OPF 8K opérationnel, mais manifestement ils ont du mal à mettre la caméra qui va bien autour (l'échec commercial de la gamme Varicam n'y est sans doute pas pour rien).
En fait on entendait exactement les mêmes discours sur la 4K encore très récemment (photosites trop petits, optiques trop exigeantes, coût de production, etc...). Sauf qu'aujourd'hui plus personne (à part en ciné indé à très petit budget) ne tourne en 2K/HD.
Effectivement, c'est une des rares chez Arri à délivrer une res au dessus de la UHD (avec la Alexa 65 jusqu'a 6k en open gate), au passage ce sont deux caméras au final assez peu utilisées, notamment à cause des contraintes que j'ai évoqué plus haut (moins de choix d'optiques, workflow alourdi etc...) la plupart des prod n'ont pas le budget d'en louer et d'assumer ce que ça implique. Une Alexa LF à la journée de mémoire ça tourne aux alentours des 800/1200€ par jour, sans optiques évidemment, contre 300 et quelques pour une XT qui délivre la même colorimétrie, même sensibilité, même codecs...

A l'heure actuelle c'est plutôt la Alexa Mini qu'on retrouve majoritairement sur les plateaux, suivie par la SXT, XT et les large format bien après. Il y a toujours de prod qui tournent avec des Alexa EV et des Alexa XT qui ont bien 10 ans...

Pour en revenir aux capteurs, il s'agit bien sur toutes les caméras Arri du même capteur, le Alev III, qui à connu des optimisations logicielles et/ou de surface (A2X sur la mini LF et A3X sur la Alexa 65), mais la matrice est bien la même, techniquement et esthétiquement, en terme de sensibilité etc ce sont les mêmes. On retrouve également le Alev III sur la gamme Amira.

La Alexa 65 ce n'est "que" 3 capteurs Alev III S35 renversés à la verticale les uns à côté des autres, avec un ratio un peu différent du Alev III S35. Même procédé chez RED pour leur toute dernière, la V Raptor qui embarque un capteur 8k full frame à base de 2 capteurs côte à côte à la verticale. D'ailleurs chez RED ça à causé quelques soucis sur les premiers batch car certains utilisateurs ce sont retrouvés avec une ligne de démarcation entre les deux capteurs, en plein milieu de l'image :mrgreen:

C'est vrai qu'on voit le même discours qu'a l'époque de la 4k, mais justement là ou la 4k s'est imposée presque comme une nécessité ancrée dans son époque, j'ai du mal à voir dans les résolutions supérieures a 6k un quelconque intérêt à l'heure actuelle. Avec la tendance au retour à une image douce, peu piquée, décrite comme naturelle et tout le merdier que ces résolutions impliquent je vois mal ce genre de résolution se démocratiser pour le moment, à part dans les grosses prod comme je le disais plus haut.

Pour le moment dans le monde pro, on présente les capteurs à grande résolution comme de bons outils pour tout ce qui est VFX, ce qui est pleinement compréhensible.

D'ailleurs c'est Blackmagic qui avait lancé une caméra 12k l'année dernière, qui à un peu floppé alors qu'elle était très prometteuse avec une matrice "révolutionnaire" en RGBw contrairement au RGB classique. Elle était vendue plus chère que la Ursa G2 qui a plus de dynamique, une meilleur sensibilité etc...

Elle a pas mal été boudée, et au final ceux qui l'utilisent s'en servent majoritairement en 4 ou 6k (elle a l'avantage de ne pas avoir de crop quelque soit la résolution choisie).

Idem pour la Helium 8k, à part des grosses prod américaines qui s'en sert ? Bon après les rush R3D sont pas les plus légers non plus :mrgreen:
Messages : 924
Enregistré le : lun. 29 janv. 2018 - 12:04

Re: NO FUTUR ....

Message

Ah ! je ne savais pas que les Alexa 65 étaient dotées de plusieurs capteurs accolés !
Ça me fait penser qu'il y a quelques temps j'ai failli craquer pour un vieux dos photo Phase One d'occasion, j'avais demandé des raw au vendeur, y avait une ligne très nettement apparente au milieu de toutes les prises de vues (petit détail qui m'a permis d'économiser quelques centaines d'euros :mrgreen: ).
Le cas de la URSA 12K est particulier puisque les caméras BlackMagic font couler beaucoup d'encres mais sont assez peu utilisés dans le monde pro (mais je crois que ça commence en broadcast avec la Studio Camera).

Je reste persuadé qu'à terme la 8K finira par s'imposer, pour des raisons plus ou moins rationnelles, mais la technologie étant par nature vouée à toujours progresser ça viendra. Les limites techniques (débits d'écritures des supports, capacité de stockage, capacité de traitement, sensibilité, etc...) vont s'éroder progressivement permettant de diffuser la techno de plus en plus largement.
Mais certes, c'est pas demain la veille qu'on verra de la 8K sur du documentaire d'auteur :mrgreen:

La question de la course à la résolution me fait penser à ce qu'on lisait en presse photo et sur les forums à l'époque où les APN ont dépassés les 20 millions de pixels (Nikon D750 et Canon 5D2) : "la course aux pixels est terminée, ça ne servirait à rien d'aller au-delà, les photosites seront trop petits, etc..."* :mrgreen:

*ce qui par ailleurs n'est pas totalement faux, pour s'en convaincre il suffit de regarder les dégradés dans les ombres d'un "vieux" capteur MF CCD (avec des "gros" photosites) : c'est superbe.
Messages : 924
Enregistré le : lun. 29 janv. 2018 - 12:04

Re: NO FUTUR ....

Message

[toujours HS]
@Iguane :
Arri te donne raison avec la nouvelle Alexa 35 : capteur super 35, 4600 points par ligne.
Par contre nouveau capteur (Alev IV), donné avec une dynamique étendue (17 stops ! :shock: ), et une meilleure sensibilité (pas de chiffre donné de ce côté là par contre, "de 160 à 6400" c'est très vague et pas foufou).
Peut-être une "révolution" comme disait l'autre, mais probablement le nouveau standard du cinéma pour les années à venir.
[/HS]
Messages : 8
Enregistré le : lun. 27 déc. 2021 - 17:48

Re: NO FUTUR ....

Message

Bonjour tout le monde!

Je me permet d'apporter un point de vu de "jeune" de 34 ans concernant le métier de projectionniste. J'ai évolué de simple agent à technicien puis responsable sans connaitre la pellicule, toujours le numérique. Mais j’ai commencé à bosser dans l'industrie donc le côté techno, informatique, gestion et maintenance c'était déjà mon domaine. Donc je n'ai pas eu de décalage en arrivant dans une cabine.

Alors oui le métier de technicien est bâtard parce que t'es "à moitié" en cabine et sur le terrain. Mais c'est pas partout, chez Pathé oui chez UGC non, c'est full cabine.
Pareil pour les salaires, un technicien est payé plus que le smic (chez GP) à contrario des agents. Il touche d’ailleurs le même salaire qu'un animateur qui est son "supérieur", même grille.

Les normes de sécurité changent aussi. Le stockage des pellicules c'est problématique, ça implique trop de procédure quand tu compares aux disques durs. Qui de toute façon eux aussi vont disparaitre.
Puis on va pas se cacher que l'alcool dans les cabines, les clopes, bon heu... Des gars qui change un xénon encore luisant, sans masque, sans gants etc. Alors ouais ça fait "à l'ancienne. Sauf que si tant de règles de sécurité ont été mises en place c'est parce qu'il y a eu des excès.

Les techno évolues pour aussi aller au plus efficient, les plus vieux ont connu les motos/voitures à carbu, c'est sympa ça fait un bruit particulier mais en terme d'efficience et conso c'est pas ouf. Pour avoir voitures avec injecteurs et carbu ainsi que moto carbu, je connais.

On a des technos pas oufs (en tant que spectateur je trouve, en terme de technicien j'adore) genre 4DX où là tu as intérêt à avoir des connaissances en automatisme/pneumatique/électricité mais à côté de ça des doubles projecteurs laser Christine pour les salles Dolby Vision, ça tu peux dire ce que tu veux, il y a pas grand chose qui rivalise en terme de rendu visuel.
Venant de l'industrie, moi ces techno ça me parle, je fais jamais la même chose.

La vision du poste uniquement projectionniste est désuète maintenant. Un technicien actuellement touchera aussi à la sécu, au batiment etc. Ce que je dis souvent à quelqu'un qui veut rentrer en tant que technicien, il faut avoir un profil de bricoleur, c'est la base absolue, pas juste de l'informatique. Ensuite il faut être curieux et avoir un bon gars qui te forme sur l'art du cinéma.
J'ai eu la chance d'être formé par un ancien projectionniste qui ma appris les règles de l'image car je ne connaissais rien. Tout ce qui est formats d'image et de son, le réglage du projecteur etc.
C'est ce qui manque des les formations officielles en interne pour des gens qui n'ont pas de formation dans le métier comme ça a été mon cas, la qualité de la projection. Au mieux on t'apprends à changer un xénon et programmer tes séances, le reste c'est si tu as de la chance de tomber avec un mec qui connait et qui est rigoureux, tu auras les bases.

Depuis que je bosse dans le ciné, jeuno que je suis, je m'applique à tester tous les films qui sortent, image, volume, caler le générique (sur le déroulant), pareil pour l'entretien de la salle. La majorité du public verra pas les détails, genre des footlambert bien trop bas, mais j'essaie de faire la différence pour les 10 ou 5% qui eux la verront.
Il m'est déjà arrivé plusieurs fois d'avoir de très bons retours de clients, d'anciennes personnes du métier sur des qualités de projections et idem quand il y avait des problèmes. Des personnes bienveillantes avec qui j'ai pu discuter et apprendre.
La passion ne se perd pas, elle s'est transformée et il faut savoir passer ses connaissances.
Puis quand même quel kiff de pouvoir piloter ta TMS, tes procs son, serveurs et projecteurs à distance, dans la salle depuis un pc portable, la techno c'est pas si dégueu.
Messages : 20
Enregistré le : dim. 26 déc. 2021 - 16:32

Re: NO FUTUR ....

Message

Un avis bien interressant pour les anciens qu'on est.
oui les clopes et la picole c etait pas bien, mais l epoque voulait ça, on se posait pas la questions. projectionniste t'étais le patron du ciné et personne n avait rien a dire, pas meme le directeur avec qui on passait nos weekend en discotheque ainsi que l'équipe du ciné après nos séances. arrivé démoli au ciné le dimanche matin pour les séances des vieux, un bonbon a la menthe et c'était parti. A 25 ans j etais con.
la technique etait pas aussi pointue qu avec le numérique. Y'a qu'a lire les posts sur ce sujet, pour moi c du chinois.

directeur technique UGC en 96, j avais 12 salles en plateaux sans fin assisté par ordi, ça tournait quasiment tout seul, surveillance des ecrans de controle, chargement le mercredi on programmait les creneaux sur l'ordi et on priait pour que ça marche toute la semaine.. J avais ammené mon ancien chef, celui qui m'a appri le métier quand jetais jeune, lui meme etait pommé. Plus de double poste, plus de cabine exigu en haut d'escalier pas au normes, des grandes cabines, des plateaux, des caméras, des Rack CP650.. ça lui a fait zarbi. Comme moi je suis perdu ajd avec tous ces termes 8K, 4K meme si je vois ce que ça signifie. Il regrettait son temps, pas moi, c etait naturel l'automatisation.

Fini les montages a 5 du mat' solo en cabine, fini les Victoria imposantes qu'il fallait connaitre par coeur, ça tournait en FP30/console FP50 silencieux avec tourelle electrique, scotchs, focus electrique et tout le barda, les joies du multiplexe. UGC aujourd'hui a gardé ses techniciens en cabine, j'en connait qq uns epanouis avec leur christie barco et Nec, qui ne regrettent pas le 35 et qui commandent leurs salles depuis le tel. Y'a encore de belles carrières dans le cinoche, suffit de trouver la bonne boite, mais ça, ça a toujours été. Y'avait des postes à la con à l'époque aussi...
Messages : 1502
Enregistré le : ven. 25 avr. 2008 - 12:46
Localisation : FR-75018
Contact :

NO FUTUR ....

Message

venceslas a écrit :directeur technique UGC en 96, j avais 12 salles en plateaux sans fin assisté par ordi
Je serais curieux de savoir où...
Les seuls plateaux sans fin que j'ai connu étaient des Cinemeccanica à l'essai dans les cabines 03 et 04 de l'UGC Normandie fin 1992, début 1993.
Il y a eu ensuite un Kinoton à l'essai dans la cabine 05 de l'UGC CinéCité Les Halles à la fin des années 90.
Les plateaux sans fin n'ont pas été retenus vu le manque de souplesse par rapport à la politique de changement de programmation quasi quotidien de certains CinéCité.
Pour info, le record de déplacement de copies 35mm en une semaine à l'UGC CinéCité Les Halles, 19 salles à l'époque, est de 52.

ImageImageImageImageImage
Messages : 924
Enregistré le : lun. 29 janv. 2018 - 12:04

Re: NO FUTUR ....

Message

CTPT a écrit : mer. 1 juin 2022 - 12:32 Bonjour tout le monde!
[...]
Amen
Messages : 20
Enregistré le : dim. 26 déc. 2021 - 16:32

Re: NO FUTUR ....

Message

Phane a écrit : mer. 1 juin 2022 - 21:14
venceslas a écrit :directeur technique UGC en 96, j avais 12 salles en plateaux sans fin assisté par ordi
Je serais curieux de savoir où...
Les seuls plateaux sans fin que j'ai connu étaient des Cinemeccanica à l'essai dans les cabines 03 et 04 de l'UGC Normandie fin 1992, début 1993.
Il y a eu ensuite un Kinoton à l'essai dans la cabine 05 de l'UGC CinéCité Les Halles à la fin des années 90.
Les plateaux sans fin n'ont pas été retenus vu le manque de souplesse par rapport à la politique de changement de programmation quasi quotidien de certains CinéCité.
Pour info, le record de déplacement de copies 35mm en une semaine à l'UGC CinéCité Les Halles, 19 salles à l'époque, est de 52.

ImageImageImageImageImage
les sans fin ont equipé pendant 4 mois l UGC de Nantes ou j'ai exercé en compagnie de l'ancien adjoint de l'epoque du Cyrano, retrogradé avant sa promotion au siège peut etre t'en souviens tu. S'en est suivi l'equipement du cinécité Mondeville à Caen pour son ouverture avec ces même sans fin. UGC Caen qui les avait d'ailleurs viré à son tour pour du cinemeccanica classique.
Les sans fin ont été testé debut des années 90 en effet sur le réseau , j'y étais pas encore mais ils ont été viré fissa. Je vais retrouver les photos de mes dires et poster cela .
Répondre