Convention collective et définition des postes

convention collective, droit du travail, salaires, contrats CDI et CDD...
casa3166

Auteur du sujet
Messages : 137
Enregistré le : lun. 24 oct. 2011 - 17:33

Convention collective et définition des postes

Message » ven. 26 août 2016 - 12:19

Bonjour à tous et toutes,
Dans les offres d'emplois on voit fleurir des propositions de poste genre "Technicien Agent de Cinéma", je passe sur les côtés polyvalent, multi-compétent etc etc...
Mon interrogation se porte sur le fait qu’après examen de la convention collective de l'exploitation cinématographique, ce genre de poste n'existe, à l'heure actuelle, dans aucune filière.
Dans quelle mesure donc nos chers employeurs ont-ils le droit de proposer ce genre de poste qui de fait ne fait référence à rien en terme de grille salariale et autres éléments liés aux différents postes (prime de blanchissage et paniers par exemple).
Qu'est-ce qui figure sur le bulletin de salaire en terme de dénomination de poste?
Comment pouvoir revendiquer auprès des autorités compétentes une quelconque régularisation puisqu'il n'y a même pas une correspondance du genre TAC = Responsable technique ou assistant directeur (LOL)?
Sous prétexte de l'évolution du métier de projectionniste, on assiste à une pression de certains employeurs par la mise en place de contrats qui de fait deviendront la norme au niveau de la CCN.
Dans quelle mesure des employeurs de type associatif ou municipaux seraient-ils prêts à prendre en considération cette situation et défendre les salariés dans leurs revendications pour une plus grande valorisation et reconnaissance de notre métier ?

Coeur Noir

Avatar du membre
Messages : 3674
Enregistré le : lun. 2 mars 2009 - 10:16
Localisation : Maine et Loire - France
Contact :

Message » ven. 26 août 2016 - 12:48

Poussé à l'extrême ton raisonnement signifierait-il qu'en attendant que le poste existe dans la convention, personne ne l'occupe ?

Dans les faits, ça fait longtemps - entendre avant le numérique - que des postes existent dans la vraie vie, occupés par des vrais gens avec peu voire pas de correspondance avec ce qui est décrit dans telle ou telle convention… un projectionniste 35mm de ciné itinérant n'a[vait] pas les mêmes contraintes qu'un projectionniste de multiplexe. Tout comme la polyvalence ou la multi-compétence ne sont pas des nouveautés - surtout dans le milieu associatif où le patron-bénévole pourra être odieusement plus exigeant qu'un patron intéressé et rémunéré…

Pourquoi opposer municipal ou associatif vs. autres structures ? Il s'agit d'un problème très français de représentation syndicale : les employeurs sont fédérés, les employés non, eux sont sous représentés, ou uniquement via le prisme des groupes - car au delà d'un certain nombre d'employés la représentation syndicale devient obligatoire…

Or c'est de cette représentation qu'est issue la conv. coll. on tourne en rond ?

casa3166

Auteur du sujet
Messages : 137
Enregistré le : lun. 24 oct. 2011 - 17:33

Message » ven. 26 août 2016 - 15:30

Re,
Ce n'est pas le sens de mon propos, effectivement dans les faits c'est la polyvalence qui majoritairement prime bien au-delà de ce qui est défini dans la CCN.
Sauf que d'un point de vue strictement juridique ce qui fait foi ce sont les textes.

Il ne s'agit pas non plus d'opposer municipal et associatif vs autres structures, mais comme tu l'indiques dans certaines structures les choses sont clairement identifiées pour les salariés notamment les grandes enseignes.
Pour les autres structures c'est plus "délicat" comme tu l'évoques, pour les assos par exemple où pour certaines le bénévolat se substitue à l'emploi au nom de la culture et du service public. Je vois donc mal ces assos s'enchaîner aux grilles de la FNCF pour demander la revalorisation surtout salariale de nos emplois elles qui sont pour certaines déjà au bord du gouffre et qui ne doivent leur survie qu'aux subventions.

diproj

Avatar du membre
Messages : 3137
Enregistré le : ven. 21 oct. 2011 - 13:17
Localisation : entre les toilettes et la cabine suivant les pannes

Message » sam. 27 août 2016 - 10:06

Il faut peut être que l'on puisse adapter la convention collective au cas par cas.
Mais cette idée est trop proche de l'ex loi Auroux (les travailleurs doivent devenir les acteurs du changement dans l’entreprise) et un des article nouvelle loi Travail (les accords interne a l'entreprise peuvent se substituer a la convention collective). Les syndicats de l’époque et d'aujourd'hui se sont battus contre ces 2 textes qui remettaient en cause leur légitimité
mais qui ferme la porte de la personnalisation des postes a tout une partie de la petite exploitation qui est obligé de s'arranger des définitions de poste de la grande exploitation.
" Je ne sais pas si Dieu existe, mais s'il existe, j'espère qu'il a une bonne excuse ." Woody Allen.
Avec toutes les horreurs que l'homme commet au nom de Dieu il ne va rien rester pour le diable.

Keurdelion

Messages : 469
Enregistré le : lun. 1 juin 2009 - 10:38

Message » sam. 3 sept. 2016 - 17:40

Le problème c'est que la loi sur le numérique elle date de 2010, et fallait pas être devin pour se dire qu'il y allait avoir de grands changements dans les fiches de postes... sur le terrain ça s'est vu, mais sur le papier il ne s'est rien passé.
Ceux qui sont chargés de faire évoluer la convention collective n'ont toujours pas réussi à l'adapter au monde réel... six ans après ! Et même huit ans plutôt, car c'est vers 2008 que ça a commencé à bouger.

Moi quand je vois ça, je me dis qu'il y a du bon dans la loi El Khomri, car il doit être possible de faire bouger les choses dans une entreprise plus facilement qu'au niveau de la convention collective. Mais ce n'est que mon avis... Après, ça ne sera pas forcément au bénéfice des salariés car le rapport de forces au sein d'une boite n'est pas vraiment être en faveur du plus faible, mais voilà ce qui se passe quand tu es abandonné par les syndiqués professionnels qui doivent négocier pour toi !

Si je vais au bout du raisonnement juridique, il faudrait choisir : passer au bénévolat pour ne plus être en décalage avec le droit du travail, ou se faire légalement entuber par un accord maison négocié avec son patron. Cool non ?

En fait, je pense que (presque) tout le monde s'en fout, préfère poursuivre comme si de rien n'était et s'est naturellement adapté aux nécessités du quotidien, car il faut bien utiliser les TMS et faire des ingests, même si c'est pas prévu dans les fiches de postes de la convention collective qui a plus de 30 ans je crois. Et chaque jour il y a des milliers de séances qui sont assurées, et c'est ça le plus beau non ?