Projectionnistes de tous les pays

convention collective, droit du travail, salaires, contrats CDI et CDD...
dean

Avatar du membre
Auteur du sujet
Messages : 45
Enregistré le : mar. 4 août 2015 - 19:07

Projectionnistes de tous les pays

Message » mar. 13 oct. 2015 - 21:02

Bonjour ,
le métier de projectionniste a depuis la révolution numérique complètement évolué. On a tous pu le constater. S'en est suivi une disparition du métier traditionnel et l'apparition de nouvelles compétences, qualifications, puisque avec l'arrivée du numérique les techniciens de la bobine on su s'adapter à leur nouveau support et se sont retrouvés face à de nouveaux paramètres techniques. il n'est plus question de gélatine mais de pixels. Le projectionniste a dû explorer et creuser ce nouveau support pour s'y adapter.

Mais cette évolution a complètement chamboulé l'organisation même du cinéma.

Un projectionniste n'est même plus recruté parce qu'il a le CAP ou un savoir faire en rapport.Il l'est parce qu'il peut faire plusieurs tâches pour un seul poste. Il coûte moins cher et les cinémas ont des contrats avec les installateurs pour la maintenance. Désormais il devient obsolète d'argumenter des compétences en numérique puisqu'eux même nous répondent qu'il peuvent lancer la séance eux-même.

On est face à ça.

Ma contribution pour collecter ce qui pourrait être une fédération, pour user de grands mots, d'une ligne de ce que pourrait être et ce que doivent être les exigences d'un projectionniste face à un employeur. Ca éviterait les aboiements sur la section offre d'emploi. Et de parler de façon plus constructive ici de ce que serait une ligne syndicale, une ligne corporative, de l'opérateur.

projectionnistes de tous les pays,

dean

Avatar du membre
Auteur du sujet
Messages : 45
Enregistré le : mar. 4 août 2015 - 19:07

Message » mar. 13 oct. 2015 - 21:13

contribution:

En plus des économies réalisées avec le poste d'opérateur multi-tâches, les cinémas ont fait de sérieuses économies avec l'acheminement des films.

Il y a peu il était question du TAFTA (transatalntic free trade area) qui d'ailleurs n' a eu aucun echo dans l'information, qui remettait serieusement en cause le système français du cinéma. Je ne sais pas ce qu'il en est aujourd'hui.

Toadette

Avatar du membre
Messages : 16
Enregistré le : lun. 23 mai 2011 - 11:20

Message » ven. 22 avr. 2016 - 22:39

Bonjour Dean

A Toulouse les projectionnistes de plusieurs salles ( associatives, privées et municipale) se sont retrouvé pour manifester contre la loi El Kromi. A cette occasion nous avons décidé de créer un collectif des salariés du cinéma. 9 salles sont représentées actuellement et nous nous retrouvons régulièrement afin de cerner tous les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui avec les "mutations" du métier de projectionniste.
Ton analyse est très clair et très pertinente et elle sera sans doute reprise dans une lettre qu'on souhaite soumettre institutions dont dépendent les cinémas. (si t' exige pas des droits d'auteurs... )
On postera sur le site cette lettre. Hésite pas à nous contacter et les autres aussi :D

Projectionnistes de tous pays!!!

Mia Wallace

Avatar du membre
Messages : 9
Enregistré le : ven. 5 févr. 2016 - 15:24

Message » jeu. 28 avr. 2016 - 21:50

Salut,
quand tu parles de mutation du boulot, je me sens particulièrement concernée !
titulaire d'un CAP projectionniste je me retrouve depuis un certain temps (mes collègues aussi) à faire projection, caisse, confiserie, ménage, c'est d'enfer !
au bord du burn out !!!
et je ne te parle même pas des écarts horaires ! 003654
Alors oui je crois qu'il est grand temps de nous rassembler et de monter un syndicat ensemble afin de bannir ce genre d'exigences patronnale.
Si tu veux je peux te filer mon mail en MP
Le soucis c'est que l'on est pas du tout de la même région, je suis dans le sud est...
Mais peut-être y-a-t-il quelques collègues dans mon coin qui seraient intéressés par ce projet...

pellochita

Messages : 4
Enregistré le : lun. 3 juin 2013 - 12:40

Message » ven. 27 mai 2016 - 0:11

Bonjour, je fais partie du collectif de la région toulousaine dont parle Toadette. Voici la lettre dont elle parlait dans son post. N'hésitez pas à réagir, à relayer et/ou à nous contacter. Fédérons-nous!

Alerte dans nos salles:
les cinémas sont-ils encore des lieux de vie et de diffusion culturelle?


Nous sommes des travailleurs de diverses salles de Cinéma à travers la Haute-Garonne. Étant les premiers garants du bon déroulement d’une projection et du fonctionnement d’un cinéma ainsi que l’interface avec le public, aujourd’hui nous vous alertons des difficultés que nous vivons quotidiennement sur nos lieux de travail.

Depuis 2011, les salles de cinéma et l'ensemble de la filière, avec l'arrivée du numérique, ont connu de grands bouleversements tant sur le plan technique qu'organisationnel.
Dans un premier temps, les laboratoires argentiques, les stocks de films, les transporteurs,..., ont fermé les uns après les autres, puis, rapidement, ce furent les salariés des multiplexes (premiers équipés en numérique) et finalement la moyenne et la petite exploitation qui ont subi des vagues de licenciements et de précarisation.

On ne cesse de parler d'exception culturelle française, de l'exemple que constitue notre pays quant à son parc de salles - mis en avant en terme de qualité technique - et à la diversité des lieux de diffusion. Cependant, les salariés des salles de cinéma, ultimes passeurs de l’œuvre cinématographique vers le spectateur ne sont pas considérés à leur juste valeur.
On a imposé progressivement aux salariés en place d'aller vers une ultra-polyvalence sans accompagnements spécifiques.
Les métiers désignés dans la Convention Collective de l'Exploitation Cinématographique n'existent plus. Les employés polyvalents, agents de cinéma, etc, ont remplacé les opérateurs projectionnistes, les caissiers et les agents d'entretien.
Pour autant, les grilles de salaires n'ont pas été modifiées et le métier s'est précarisé (recours régulier aux CAE, CUI, CDD, temps partiels en tout genre, voire aux bénévoles ou services civiques).

La disparition de l'obligation du CAP Opérateur Projectionniste de cinéma ou d'une formation diplômante pose divers problèmes tant au niveau de la spécificité et technicité de la diffusion d'un film, que de l'accueil (lien social, passation en terme de contenu) et de la sécurité du public et du personnel dans les salles de cinéma.

Les salles de cinéma n'étant pas soumises aux mêmes obligations que les ERP de type L
(salles de spectacle), de nombreuses séances sont assurées par une seule personne diplômée ou non (du CAP Opérateur Projectionniste de cinéma, du SSIAP*), ce qui pose le problème de travailleur isolé et des lourdes responsabilités qui en découlent.
Pour exemple, il n'est pas rare aujourd'hui que des problèmes techniques surviennent dans les salles (de plus en plus automatisées et planifiées à l'avance) sans pouvoir être résolus dans des délais corrects (lumières allumées, mauvais format image, niveau sonore,...). Comment faire quand on est seul, si le moindre problème survient lors d'une projection? Comment faire quand on est seul pour porter secours à un spectateur en difficulté?

Aujourd'hui on attend d'un salarié d'un cinéma d'être flexible et par exemple d'assumer simultanément: caisse, vente de confiserie, projection (préparation, maintenance, vérification technique...) travail administratif, standard, accueil des invités, présentation d'une séance, ouverture des salles et contrôle des billets... Autant de compétences et de souplesse qui ne sont ni prises en compte, ni valorisées.
Autre souplesse attendue: rappelons que nos établissements sont ouverts 7 jours sur 7, 365 jours par an avec des amplitudes de 16h (allant de 8h - projections scolaires - à la clôture de la salle à minuit voire au-delà)
Les plannings sont réajustés constamment, au dernier moment, sans aucune régularité et avec des amplitudes horaires très larges qui ne permettent que très difficilement de gérer de quelconques impératifs personnels. Ces horaires atypiques à l’extrême, ne bénéficient d'aucun avantage dans la Convention Collective de l'Exploitation Cinématographique.

Rappelons qu'un cinéma peut être une entreprise SARL, indépendante ou issue d'une grande chaîne, une association ou une régie municipale. Par ces disparités de statuts, aucune convention collective commune, aucun accord de branche n'est appliqué à l'ensemble des salles.

La loi travail à l'étude a été comme un déclencheur pour notre mouvement de salariés de salles de cinéma car elle ne fait qu'amplifier ces problématiques.

• Comment soutenir les films plus fragiles et les coups de coeur des salles sans interactivité avec le public en tant que passeurs d'images ?

• De même comment mettre en place l’échange et le débat autour des films avec le public après la projection, quand on doit nettoyer la salle et préparer la prochaine séance?

• Comment assurer des projections de qualité (nécessité de contrôler les films; les sous-titres), résoudre les problèmes techniques, répondre aux spectateurs?

• Comment faire tout cela quand on est seul et mal payé?

• À l'heure des équipements personnels home cinémas de plus en plus compétitifs et de bonne qualité, comment conserver la valeur ajoutée d'une salle de cinéma?

Nous ne voulons plus être seuls dans un bâtiment assumant la projection, l'accueil, la sécurité, le ménage, le service d'ordre, la communication et la multitude d’autres tâches pour le bon fonctionnement de la salle d’exploitation.

Nous, salariés de l'Exploitation Cinématographique, demandons qu'un diplôme soit exigé, que les grilles des Conventions Collectives soient recalculées et redéfinies en intégrant l'évolution de nos métiers, qu'elles soient identiques pour toutes et tous, salariés du privé, de l'associatif et de la territoriale.
Nous demandons aussi la prise en compte de nos horaires atypiques et leur revalorisation.


Des travailleurs d’une quinzaine de salles de cinéma de Toulouse et ses environs.
Des travailleurs occasionnels ou de remplacement
Des travailleurs au chômage.

Le 17 Mai 2016
Pour nous contacter: collectifcinemas@gmail.com

*Service de sécurité incendie et d'assistance à la personne