Défendez 2001 l'Odyssée de l'Espace !

Partagez vos impressions sur les films. Vos coups de coeur et coups de gueule.
affiche-cine

Avatar du membre
Messages : 2452
Enregistré le : mar. 22 nov. 2011 - 23:51
Localisation : Paris
Contact :

Défendez 2001 l'Odyssée de l'Espace !

Message » mer. 16 mai 2018 - 21:20

merci pour vos deux interventions coeur noir et johannes.

Toutes les deux interessantes bien que démontrant une perception bien differente du film.

Coeur Noir s´attache à l´aspect métaphysique du film tandis que johannes perçoit surtout un aspect techno sf très contextualisé.

Je penche plutôt du côté de coeur noir tant l´odyssée métaphysique me semble l´emporter sur le reste.

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7015
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » ven. 27 juil. 2018 - 23:32

Coeur Noir a écrit :A y est maintenant je vois des liens avec les Matrix, la mise en abîme, le côté cyclique… mais hélas la trilogie a une fin terriblement « réduite » en comparaison de ce qu'elle pose au début, là où 2001 s'achève sur un sentiment de vertige infini

J'avoue ne plus savoir comment se termine la trilogie Matrix... Mais je peine à la voir comme une trilogie en fait. Ce qui est un tort, c'est transmédia à mort. En parlant de fin réduite, de film qu'on classe dans les one shots tout le monde à oublié, que Peter Hyams a commis une suite à 2001 (2010, l'Année du Premier Contact.) Clarke a je crois poussé son cycle jusqu'à 4 tomes (les deux derniers étant 2061, et 3001.)
Le problème de 2010, qui est une banalité Yankee à gros sabots, obsédée par la guerre froide - traitée de façon ultra eighties (aucune vision d'avenir: les rapports politiques sont montrés en 2010 tel ce qu'ils étaient en 1982!) c'est de vouloir être la suite de 2001, qui est un poème assez universel et foutrement visuel. Dans 2001, on avait pas peur du silence (et de se reposer sur l'image.) Il y a peu de dialogues, alors que je parierai gros que les 20 premières minutes verbeuses de 2010 contiennent plus de texte que 2001 tout entier! :mrgreen:
Le pire, c'est qu'en transférant tous les enjeux ailleurs que dans les pas de Kubrick, on aurait presque pu en tirer un divertissement honnête. Comme Capricorn One de facture proche, plutôt regardable (et du même réalisateur, qui finira par faire, entre autres, des VanDamme movies.)
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!