Palmarès Oscars 2012

Partagez vos impressions sur les films. Vos coups de coeur et coups de gueule.
Messages : 151
Enregistré le : ven. 2 juil. 2010 - 8:01

Re: Palmarès Oscars 2012

Message

Madison a écrit :...Je pensais que cela ne se faisait pas chez les écrivains, eh bien j'ai tord, car j'ai appris récemment qu'Alexandre Jardin modifie des choses à chaque fois que ses romans sont ré-édités ( il y a parfois des paragraphes entiers qui sautent ) !!!
Hum...oui il est possible que les écrivains ne fasse pas cela...^^
Quant à Alexandre Jardin ...Certes il remplit des pages...mais mérite-t-il le titre d'écrivain...hum hum...je n'irais pas jusque là.
Messages : 4042
Enregistré le : mer. 22 sept. 2010 - 16:17
Contact :

Re: Palmarès Oscars 2012

Message

Sans aller jusqu'à parler écrivains, on aurait pu parler d'Hergé, qui a redessiné presque intégralement ses albums lors de leur passage en couleurs, même que certains d'entre eux ont été réactualitsés une seconde fois dans les années 1970 après la sortie des deux dessins animés. Au passage, il en a profité pour modifier (ou faire modifier par ses assistants) certains éléments de décors, des accessoires, pour actualiser la bande-dessinée : changer le modèle de certaines voitures pour coller à l'actualité automobile du moment. Il a même modifié certaines cases pour modifier les dialogues ou couper des scènes qui étaient présentes dans la version précédente. C'est, me semble t-il, ce qui s'approche le plus de la comparaison avec la méthode de travail de George Lucas.

Sinon, Madi, du haut de ton Bac+2, tu soulèves une question fondamentale avec laquelle le monde universitaire n'a pas fini de se débattre : quel est le point de non-retour à partir duquel un film est "terminé" ?

Pour simplifier, dans le cinéma classique, c'est le projectionniste qui a le final cut, et le film est considéré terminé lorsqu'il est livré dans la cabine de projection, même lorsque certaines bobines arrivent en retard comme ça a été le cas en 1940 pour Fantasia (la dernière bobine avait été livrée trois heures seulement avant l'avant-première, à cause de retards pris pendant la production du diptyque final Night on Bald Moutain / Ave Maria.)

Ensuite, je dirais qu'on passe un second cap avec deux films : Le Grand Bleu, puis Blade Runner. C'est ce qu'on appelle le mythe du "Director's Cut", avec des versions qui cependant restent alternatives, et destinées à satisfaire une demande plus ou moins spécifique (en l'occurence, pour Le grand Bleu, il s'agissait de prolonger le voyage - et donc le plaisir- du public venu voir le film, alors que, pour Blade Runner, il s'agissait plutôt pour le réalisateur de proposer "sa" vision du film à un public pour qui la version "producer's cut" restait la version de référence.) Je pense, également, à Abyss, que son réalisateur considérait inachevé en 1989, à cause des coupes du producer's cut, mais aussi et surtout des effets spéciaux de la séquence finale qui ne le satisfaisaient pas.

A la même période, on a passé un autre cap avec un cas pour moi rare dans l'histoire de l'animation : suite à des retards de production, la version "Work in Progress" de "Beauty and the Beast" (1991) a été présentée au Festival de New York. Fait rare, le public découvrait ainsi une oeuvre inachevée : la projection n'était plus synonyme de complétude, ni même d'achèvement du film.

A la même époque, grâce aux efforts d'historiens, de philologues et passionnés du cinéma, l'industrie comme le grand public découvrait, par exemple avec la restauration de "A Star Is Born" (1954) que la "complétude" d'un film n'était pas non plus une notion pérenne garantie ad vitam aeternam : un film qui avait été complet et achevé pouvait cesser de le devenir. (sans parler des problèmes de virage des pellicules, redécouverts lorsque l'industrie a découvert la mine d'or que pouvait représenter le marché de la vidéo pour les films de patrimoine).

Dans un cas comme dans l'autre, le cinéma restait un art où la comparaison entre les versions était difficile, on ne passait qu'une version à la fois dans un marché ou dans une période à la fois. Il y avait une version "de référence" et une ou des versions "alternatives", et le remplacement de l'une par l'autre peut déclencher des réactions de rejet de la part d'une partie des spectateurs, comme le vieux réparateurs de télé en donne une illustration symbolique dans "Pleasantville" lorsque les deux héros commencent à colorer sa série préférée, quelque part en la confrontant à un nouveau public qui n'est visiblement pas celui du noir et blanc d'origine

mais ça va changer avec le développement des technologies numériques, et je retiendrais pour cela comme jalon le moment où des films comme Gattaca (Niccol) ont été édités en DVD dans leurs deux versions (widescreen et plein écran) non plus sur deux faces différentes du disque, mais de manière accessible directement depuis un seul et même menu, avec la possibilité de basculer de l'une à l'autre assez facilement.

Et puis, le versionnement a été poussé à son paroxysme d'abord avec le Super 35, qui a fait tomber la hiérarchie entre les deux versions, puis avec le développement des outils de postproduction numériques qui facilitaient le versionnement (cf le film dont il ne faut pas prononcer le nom sinon Veko rapplique et dont on n'a toujours pas fini de parler). Dans ce cas, le versionnement est plutôt à rapprocher, je crois, du jeu vidéo : avec le versionnement on prolonge les ramifications d'un univers toujours plus riche et toujours plus complexe, et le prolongement du plaisir naît de la manière dont les versions s'associent ou se répondent entre elles. Toutes les versions et copies issues du "big bang" original qu'est le DI numérique prennent ainsi un intérêt par les microdifférences qui apparaissent entre elles... en d'autres termes, c'est un peu retour à ce qui se passait aux débuts du cinéma, à ceci près que ce ne sont plus les exploitants et leurs projectionnistes qui ont le final cut. Sauf que maintenant, bien sûr, le public (j'emprunte ici l'expression de big bang originel à Paolo Cherchi Usai dans son ouvrage "Silent Cinema : An Introduction".)


The Artist me semble t-il, est l'une des rares exceptions à la règle contemporaines : il a fallu trouver des solutions pour diffuser un film qui n'est pas prévu pour le versionnement et qui ne s'en accomoderait pas trè bien, si j'en juge par la manière dont ont été recadrés les extraits du film pour le journal de France 2.
Messages : 7077
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Re: Palmarès Oscars 2012

Message

Pour l'anecotte, il me semble que le pinocchio de Begnini a été projeté à Cannes en copie de travail (et même en double bande!!) Nombreux sont les films dont le montage est modifié après leur passage en festival (Brown Bunny de Gallo fut diffusé à Cannes dans un montage bien plus long que celui de sa sortie...)
Messages : 4042
Enregistré le : mer. 22 sept. 2010 - 16:17
Contact :

Re: Palmarès Oscars 2012

Message

Oui, on peut également citer 2046 de Wong Kar Wai, qui a été présenté dans un montage provisoire à Cannes (les bobines étaient arrivées au dernier moment, d'ailleurs, ça devait être la panique en cabine !).

Cela dit, nous sommes d'accord que ces problématiques sont familières pour un public fréquentant les festivals, et donc déjà sensibilisé à ces questions là, ce qui n'est pas le cas du public habituel des films Disney. D'ailleurs, Disney, contrairement à Pixar (c'est frappant sur Wall-E, par exemple) communique assez peu sur la genèse de ses films et ce qui pourrait relever des coulisses du film, ou ou alors, de manière trop succincte pour qu'en soit tiré du sens : il faut faire vivre la magie.
Messages : 577
Enregistré le : jeu. 16 sept. 2010 - 13:23
Localisation : Irlande

Re: Palmarès Oscars 2012

Message

HAL9000 a écrit :
Madison a écrit :...Je pensais que cela ne se faisait pas chez les écrivains, eh bien j'ai tord, car j'ai appris récemment qu'Alexandre Jardin modifie des choses à chaque fois que ses romans sont ré-édités ( il y a parfois des paragraphes entiers qui sautent ) !!!
Hum...oui il est possible que les écrivains ne fasse pas cela...^^
Quant à Alexandre Jardin ...Certes il remplit des pages...mais mérite-t-il le titre d'écrivain...hum hum...je n'irais pas jusque là.
De ma petite experience d'ecrivaine amatrice, ca se fait tres rarement. Les publishers (??? ok je me sens c.. , me souviens plus comment ca s'appelle en Francais...) n'aiment pas parce qu'un ecrivain est sense avoir ecrit un manuscrit aussi proche de la perfection que possible avant de l'envoyer et l'editeur du publisher est sense avoir atteint la perfection ensuite.
Par contre, ce qui se fait un peu plus maintenant c'est les "deleted scenes", comme sur un DVD, surtout pour les series qui beneficient d'une "fandom". Stephenie Meyer par exemple en publie beaucoup sur son site et quand le film pour The Host a commence son tournage, elle a ecrit un chapitre additionnel qui a ete ajoute a la fin de la nouvelle edition. Par contre, elle pourrait beneficier d'une re-edition complete... Y'a un editeur qui a pas fait son travail avec ses bouquins (certes, elle non plus. Quelques cours de creative writing lui aurait pas fait de mal). il leur faut aussi un nouveau traducteur francais, parce que la traduction etait impardonnable.
Messages : 4042
Enregistré le : mer. 22 sept. 2010 - 16:17
Contact :

Re: Palmarès Oscars 2012

Message

Editeurs, Eibh :)
Messages : 577
Enregistré le : jeu. 16 sept. 2010 - 13:23
Localisation : Irlande

Re: Palmarès Oscars 2012

Message

Thanks ;)


... Mais alors c'est quoi en Francais "editor"??
Messages : 4042
Enregistré le : mer. 22 sept. 2010 - 16:17
Contact :

Re: Palmarès Oscars 2012

Message

Monteur :) (au sens cinématographique, en tout cas).
On utilise aussi "Edited by" pour indiquer les directeurs de publications scientifiques.
Messages : 577
Enregistré le : jeu. 16 sept. 2010 - 13:23
Localisation : Irlande

Re: Palmarès Oscars 2012

Message

Yannick a écrit :Monteur :) (au sens cinématographique, en tout cas).
On utilise aussi "Edited by" pour indiquer les directeurs de publications scientifiques.
nan, nan. C'est pour un "editor" de livres que je voudrais savoir!
Messages : 577
Enregistré le : jeu. 16 sept. 2010 - 13:23
Localisation : Irlande

Re: Palmarès Oscars 2012

Message

Yannick a écrit :Monteur :) (au sens cinématographique, en tout cas).
On utilise aussi "Edited by" pour indiquer les directeurs de publications scientifiques.
nan, nan. C'est pour un "editor" de livres que je voudrais savoir!
Messages : 7077
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Re: Palmarès Oscars 2012

Message

Yannick a écrit : Oui, on peut également citer 2046 de Wong Kar Wai,
Tiens j'ai lu en ITW que lui souffrait de la tentation perpetuelle de retoucher le film. "Heureusement qu'il y a la sortie en salle puis en DVD pour m'obliger à fixer les choses" disait-il en substance...
Mais 2046 (que j'aime beaucoup) a posé une autre question: Comment un film invisible (au moment où ça se décide) a pu être selecionné??
Messages : 4042
Enregistré le : mer. 22 sept. 2010 - 16:17
Contact :

Re: Palmarès Oscars 2012

Message

C'est une commande de Thierry Frémeaux, à la base, je crois.
Messages : 4042
Enregistré le : mer. 22 sept. 2010 - 16:17
Contact :

Re: Palmarès Oscars 2012

Message

Eibhlinn Savage a écrit :
Yannick a écrit :Monteur :) (au sens cinématographique, en tout cas).
On utilise aussi "Edited by" pour indiquer les directeurs de publications scientifiques.
nan, nan. C'est pour un "editor" de livres que je voudrais savoir!
"Editing is the process of selecting and preparing [media] used to convey information through the processes of correction, condensation, organization, and other modifications performed with an intention of producing a correct, consistent, accurate, and complete work." ça correspondrait plus à nos fonctions de directeur de publication qu'aux fonctions d'éditeur, qui me semble plutôt s'approcher du vocable "publisher".

Mais après, je peux me planter 776792
Messages : 577
Enregistré le : jeu. 16 sept. 2010 - 13:23
Localisation : Irlande

Re: Palmarès Oscars 2012

Message

donc en francais un editor est un directeur de publication et un publisher un editeur? Talk about backwards...
Messages : 577
Enregistré le : jeu. 16 sept. 2010 - 13:23
Localisation : Irlande

Re: Palmarès Oscars 2012

Message

donc en francais un editor est un directeur de publication et un publisher un editeur? Talk about backwards...
Répondre