Kinopanorama

Cinémas, cabines de projection, équipements techniques...
cine9557

Auteur du sujet
Messages : 4818
Enregistré le : dim. 28 oct. 2007 - 12:00

Kinopanorama

Message » mar. 15 juin 2010 - 17:58

1971 à 1973 quelques photos que Charles saura mieux commenter que moi, je suis retourner deux fois dans cette salle vers 1977-78, avec à chaque fois du
Modifié en dernier par cine9557 le jeu. 24 juin 2010 - 10:40, modifié 1 fois.

Charles

Messages : 2452
Enregistré le : ven. 6 juin 2008 - 17:07

Message » mar. 15 juin 2010 - 19:01

Qu'en dire, sinon une époque où la cabine était presque complète (il ne manquait que les deux chronos centraux). Sous la rembobineuse principale, les casiers à film et sur le banc de rembobinage un imposant banc de redresseurs. Les amplis nous les avons déjà évoqué (12 bi-amplificateurs à tubes) + un de rab à coté des doubleurs son du Kinopanorama (inutilisés depuis 1963, remis en route pour un Festival des sons en 1974). Chrono Cinemeccanica Vic X et lanternes Zenith Super 450. Avec les récupérateurs à charbons sous les lanternes...

Les chronos "panoramiques" centraux ont été démontés en 1968 et confiés à la cinémathèque pour un reprise du Napoléon de Gance avec la base 7. Ils avaient simplement oublié qu'ils descendaient 6 et non 4 perfos et que le moteur demandait un imposant système de générateur (au sous sol) pour fonctionner. Probablement la salle européenne la plus complexe sur le plan technique.

Pour information, un chrono est à Lomme au Kinepolis .... enfin un cadavre car vidé de tout ou presque. Il a un surnom: "bibiche" et à un magasin coupé.

Merci Claude pour ces photos.

transylvania

Messages : 77
Enregistré le : sam. 10 oct. 2009 - 11:12
Localisation : épinay sur seine 93800

Message » mar. 15 juin 2010 - 19:12

Magnifiques Photos ! La clope au bec ! Torse nu ! Les super chemises de l'époque ! et du beau matériel de projection !
merci

Charles

Messages : 2452
Enregistré le : ven. 6 juin 2008 - 17:07

Message » mar. 15 juin 2010 - 19:24

Notez le dispositif d'intercommunication qui permettait de relier les projectionnistes entre eux et surtout à la console salle qui assurait la gestion du spectacle Kinopanorama. Et le très beau téléphone made in URSS, livré avec le paquet d'équipement.

Hors salle et montage, le matériel (d'occasion) avait coûté en 1959 la modique somme de 200 millions d'anciens francs ! Il y avait eu un transit Bruxelles Paris avec 270 caisses et pas moins de 16 camions. Le matos en lui même faisait 70 tonnes, sans le 70mm qui n'a été mis en place qu'en 1962.

Stephane

Messages : 1366
Enregistré le : mar. 25 déc. 2007 - 22:23

Message » mar. 15 juin 2010 - 19:55

Whaou !!! cette installation est énorme !!!

Est ce que ce n' était pas trop bruyant ?
Tu me plais tellement que, quand il t'arrive de n'être pas jolie, je te trouve belle.

Charles

Messages : 2452
Enregistré le : ven. 6 juin 2008 - 17:07

Message » mar. 15 juin 2010 - 20:37

Stephane a écrit :Whaou !!! cette installation est énorme !!!

Est ce que ce n' était pas trop bruyant ?

Bien avant d'y bosser, je lai visité au tout début des années 60 pour "URSS à cœur ouvert" et divers festivals "Kinopanorama". L'installation n'était pas particulièrement bruyante, mais très calorique. Il y avait pas loin de 300 tubes dans l'installation (amplis, préamplis, servitudes de synchronisation). Et encore à notre époque (celle de Claude et la mienne) on utilisait plus les pré-amplis situés sous la console de pré-mixage (à coté des doubleurs son). Les redresseurs étaient au sélénium (et assez casse-gueule), tout ce qui était tournant était situé en dessous.

On a tenté de remettre en route l'installation pour un "Festival des sons" et ça c'est terminé par un feu de joie sur un groupe tournant du sous-sol (RotoSync) et nous ne sommes pas allé plus loin que de passer une bande son musicale 9 pistes sur un doubleur. Il faut dire que l'on avait été un peu cons, on avait oublié d'aspirer les groupes et ça n'a pas pardonné. C'est l'ultime utilisation de ce matériel (1974), Pierre Pinton avait eu la trouille de sa vie et avait refusé catégoriquement que l'on joue avec ces engins. Ils furent par la suite pillés par diverses personnes passant en cabine, en souvenir. Trois bases et un doubleur furent prêtées aux archives du film pour un projet Cinerama et récupérées ensuite. Tout ce qui est Kinopanorama de Paris, de Kiev ou de Perm ou offert par LOMO est soigneusement stocké par "Triple Ecran" à Ormoy et n'attend plus que des jours meilleurs (ma retraite!!!!). On a pas 70 tonnes de matos, mais pas loin (dans les 70 tonnes, il y avait un stock énorme de pièces détachées).

Si on remonte l'installation, on passera en simple poste et avec générateurs de fréquence à semi-conducteurs pilotés par informatique. Mais nous avons quatre groupes tournants qui font 300 K pièce ... pour l'histoire (Kinopanorama de Kiev). Heureusement qu'Ormoy est très grand et offre des facilités de stockage sans dégradation.

Charles

Messages : 2452
Enregistré le : ven. 6 juin 2008 - 17:07

Message » mar. 15 juin 2010 - 21:38

Juste un dernier truc, sinon je ne vais pas vendre mon bouquin ... vous aurez tout sur le web.

Quand le Spendid a été rasé à 95%, Pierre Pinton et sa belle-famille (De Pauw) voulaient construire un immeuble d'habitation de dix étages (avec des finances moyennes, mais le projet était aussi porté par une banque) et une salle de cinéma moderne, mais classique (j'ai encore des devis de Philips et de Cinelume, juste du scope magnétique, même pas de 70mm). Ce pour occuper son beau-père ...

Les plans étaient faits et Pinton a joué à l'architecte de la bâtisse du sous sol au deuxième étage. Rencontrant des difficultés techniques, les huit étages suivants furent confiés à un vrai architecte. C'était la "fiduciaire du Champs de Mars" et la salle restait gérée par une entité indépendante "Splendid SA".

JP Mauclaire était à la recherche d'un lieu pour coller un équipement qu'il voulait acheter car les russes voulaient le diffuser à l'ouest autrement que par un accord avec Cinerama. La rencontre de deux caractère radicalement opposés a donné le Kinopanorama et de salle classique, la salle est devenue une salle triple-écran. La DIC avait un contrat de location de 4 ans, renouvelable. Inutile de dire que Cinerama, qui vivait déjà l'épuisement du succès de l'Empire avec ses trois derniers "travelogues" pourris, a TOUT fait pour bloquer la salle, principalement pour des procès - perdus - en contrefaçon. Il comptaient bien passer un accord avec les russes ...

Alors il a fallu composer et adapter. Une bonne partie du gros œuvre était avancé et trouver des compromis en nombre de sièges et en organisation technique. La cabine n'était pas totalement perpendiculaire à l'écran et il a fallu incliner l'écran de 6° pour que ça passe en triple sans déformation. Le cadre n'a été redressé que pour "Guerre et paix" en 1965, car il n'y avait plus de problème de raccordement à gérer. Les trois premiers rangs étaient nuls et le balcon, bof, bof...

Le gouvernement français a refusé que l'installation soit faite par des ouvriers, techniciens et ingénieurs soviétiques, hors mise au point et conseils via un ingénieur de la NIKFI. En gros, ce n'est pas Kinap qui pouvait monter le matos comme à Bruxelles et une boite s'y est collé. Cinelume (Cinemeccanica) avec au départ une documentation totalement soviétique qui n'a été que tardivement traduite avec des erreurs volontaires. L'équipement scénique était du Fechoz, très novateur pour l'époque, meilleur que le système russe hydraulique.

Donc il y avait un traducteur pour assurer la mise en place et le pauvre gars n'était pas un technicien, mais un littéraire: ce qui fait qu'à chaque venue bi-mensuelle de l'ingénieur Russe de la NIKFI, des choses n'allaient pas, les câblages étaient à reprendre. Ils ont finalement tenu les délais et j'avais discuté avec un technicien maintenant décédé qui avait installé le truc, il n'avait jamais fait si complexe (ils bossaient jusqu'à 16H/jour). Et certaines conneries d'installation nous ont pourri la vie jusqu'à la fin du matos russe.

Sur les Vic X, il étaient très spéciaux. Ils avaient reçu un moteur russe pour pouvoir se coupler avec les doubleurs son 9-pistes car certains films en Kinopanorama 70 n'avait pas de son porté. Le premier "Les années de feu" l'avait, mais c'était une copie export. Donc le son Kinopanorama-70 était sur une bande 35 mm, comme en Kinopanorama triple et avait 9 vraies pistes discrètes.

Les ingénieurs de la NIKFI ont ensuite développé un Perspecta-70 pour balancer les effets sur 4 directions et coucher la piste sur la copie. Donc 9 "vraies fausses" pistes. C'est longtemps resté utilisé sur le marché interne à l'URSS et bloc satellites sur les salles équipées en système KZVT-5 ou 10, donc Kinopanorama et Kinopanorama-70. Le Perspecta à la sauce popov a été arrêté en 1965 et jamais réutilisé ensuite. Nous l'avons utilisé en 35 mm sur une copie US: ça marchait très bien et c'était totalement compatible. Mieux que la carte Dolby ...

Ils ont finalement repris le schéma du Todd-A-O, essentiellement pour pouvoir exporter leurs films et les Vic X de Paris un moteur "normal". On a eu longtemps en cabine les moteurs synchrones "Charles", puis un jour ... partis.

A ce propos, je vous parlerai un jour du Dolby version URSS. Abandonné pour cause de crédits insuffisants, il était très prometteur et n'était pas une copie mais une amélioration notable du système US. Ce que le ricains ont repris, ça a donné le ... SR. Sans verser le moindre rouble, of course ...
Modifié en dernier par Charles le mar. 15 juin 2010 - 23:02, modifié 3 fois.

atmaniak

Avatar du membre
Messages : 275
Enregistré le : mer. 22 juil. 2009 - 16:51
Localisation : localhost
Contact :

Message » mar. 15 juin 2010 - 21:46

Passionant ... 07534

Madison

Avatar du membre
Messages : 6387
Enregistré le : jeu. 19 mars 2009 - 22:13

Message » mar. 15 juin 2010 - 21:59

Quand je regarde ces photos de la cabine du Kinopanorama, la seule chose que je reconnais ( par rapport à l'époque où j'y ai bossé, en 2001 ), c'est l'enrouleuse verticale !!! Par contre, elle a l'air de fonctionner électriquement, alors que moi, je me souviens très bien qu'il fallait tout rembobiner " à la manivelle " ( bon, en même temps, c'était juste pour la première partie... ).
" FAKE IT TILL YOU MAKE IT ! "

Charles

Messages : 2452
Enregistré le : ven. 6 juin 2008 - 17:07

Message » mar. 15 juin 2010 - 22:02

Il ne faut jamais me parler du Kinopanorama, je n'arrive pas à stopper.

Le bouquin est en relecture/correction. Je vais essayer de ne pas trop raconter de conneries, j'en avais un lot dans la programmation des années 1985-2002. C'est ce qui a été publié sur SilverScreens, mais j'ai scindé la vie au quotidien de la technique et de la programmation. La partie technique est en lecture approfondie par l'ingénieur Russe qui a supervisé le montage parisien et de Bruxelles: Vladimir Misnikevich

Image

Madison

Avatar du membre
Messages : 6387
Enregistré le : jeu. 19 mars 2009 - 22:13

Message » mar. 15 juin 2010 - 22:07

Charles a écrit :Il ne faut jamais me parler du Kinopanorama, je n'arrive pas à stopper.

Ok :mrgreen: ! Alors j'ai UNE DERNIERE QUESTION ( et après j'arrête ) : c'est quoi le titre de ton bouquin ? :D
" FAKE IT TILL YOU MAKE IT ! "

Charles

Messages : 2452
Enregistré le : ven. 6 juin 2008 - 17:07

Message » mar. 15 juin 2010 - 22:12

Madison a écrit :Quand je regarde ces photos de la cabine du Kinopanorama, la seule chose que je reconnais ( par rapport à l'époque où j'y ai bossé, en 2001 ), c'est l'enrouleuse verticale !!! Par contre, elle a l'air de fonctionner électriquement, alors que moi, je me souviens très bien qu'il fallait tout rembobiner " à la manivelle " ( bon, en même temps, c'était juste pour la première partie... ).

Salut Madison,

C'était pas la même, celle-ci, la synchroniseuse et trois 1200 m électriques sont à Ormoy. Serge l'avait installé pour Gaumont car il voulait récupérer le maximum de matos avant la vente. Pas volés Gaumont, elle était neuve .... mais manuelle. 1352 On avait embarqué aussi les colleuses à colle, les cue-makers, les objectifs LOMO et tout le bric à brac qui traînait en 1991. On pensait Gaumont assez peu conservateurs, on a pas été déçu en voyant tout le matos vidé dans une benne ou éparpillé sur le trottoir pendant les travaux. On a sauvé ce qui pouvait l'être, on a complété le reste avec Kiev, Perm et LOMO.

J'ai pesté un paquet de fois avec cette rembobineuse à manivelle, c'est plus de mon age.

Charles

Messages : 2452
Enregistré le : ven. 6 juin 2008 - 17:07

Message » mar. 15 juin 2010 - 22:17

Madison a écrit :
Charles a écrit :Il ne faut jamais me parler du Kinopanorama, je n'arrive pas à stopper.

Ok :mrgreen: ! Alors j'ai UNE DERNIERE QUESTION ( et après j'arrête ) : c'est quoi le titre de ton bouquin ? :D


Il n'a pas encore de titre ... Non il en a plusieurs en fait. Je ne peux pas utiliser "Kinopanorama" car pris par Bernard Chambaz, sans droit d'ailleurs. "Du Splendid au Kinopanorama - une vie sur écran géant", probable... mais c'est ouvert.

Quand je vais en être là, il ne restera plus que l'ISBN à faire.

Tiens,je vais te raconter une anecdote le premier jour de mon retour (ou un des premiers). "Tosca" et un peu de monde, donc je donne un coup de main à l'accueil. Une vieille dame et son amie arrivent et va pour prendre ses billets. Je reconnais Mme Pinton et je demande à Josette de sortir deux exos. "C'est très gentil à vous, mais je ne veux rien leur devoir. Faites-nous juste une belle projection". Cela a été sa dernière visite au Kino et la projection a été soignée.
Modifié en dernier par Charles le ven. 18 juin 2010 - 21:54, modifié 2 fois.

Madison

Avatar du membre
Messages : 6387
Enregistré le : jeu. 19 mars 2009 - 22:13

Message » mar. 15 juin 2010 - 22:22

Charles a écrit :C'était pas la même

Ah ? Tout s'explique, alors... :mrgreen:
Charles a écrit :Il n'a pas encore de titre ...

Bon courage, en tout cas, pour la dernière ligne droite, ça a l'air d'être quelque chose ce livre !!! :D
" FAKE IT TILL YOU MAKE IT ! "

Charles

Messages : 2452
Enregistré le : ven. 6 juin 2008 - 17:07

Message » mar. 15 juin 2010 - 22:39

On a pillé avant, on savait que le chef de cabine qui se pointait était un spécial* (il avait sévi au Gaumont Palace) et que la technique et lui, ça faisait deux. Ça n'a pas loupé, il a viré le STS, massacré la salle sur le plan technique. Peu avant sa mort, Pierre avait vu les plans, ce qu'ils installaient et lui avait dit: "Je ne critique pas, mais pour le pertinence technique ... vous repasserez". Il avait raison, de salle de pointe elle est devenue un laboratoire d'essai pour le son numérique et quand ce dernier a été au point ... plus besoin de Kino. Il y avait besoin de travaux, c'est une évidence ... mais plus respectueux et faits par des vrais pros (CMP Paris par ex.). Bref des gens qui savaient ce que représentait le matériel. Mais François était trop cher pour Gaumont !

* celui qui a testé le numérique aussi, mais lui il se croit bon. L'autre savait qu'il était nul et en fin de carrière.