bonjour - question format d'un non projectionniste

Ici chaque personne peut laisser un message pour se présenter, parler d'elle et se faire connaitre des autres membres du forum
rappa

Messages : 409
Enregistré le : lun. 29 janv. 2018 - 12:04

bonjour - question format d'un non projectionniste

Message » jeu. 13 févr. 2020 - 19:14

Victoria5 a écrit :Attention aux petites déformations optiques en photo... Défaut que n'a pas le scan.

Rien qui ne soit gérable par un bon "dématriceur" comme on dit :)

FEARLESS

Auteur du sujet
Messages : 8
Enregistré le : dim. 26 janv. 2020 - 15:49

Message » dim. 23 févr. 2020 - 16:09

Nous avons opté pour le scan plutôt que la photo d’abord pour de mauvaises raisons : l’original est un livre peint difficile à manipuler et fragile et c’était finalement plus simple de le scanner (375 pages à faire). Mais le résultat a été d’une précision époustouflante avec un piqué que (à tort peut-être ?) je ne crois pas possible en photo. Disons plus exactement avec les moyens que je mentais capable de déployer en autoproduction.
Maintenant que vous m’avez définitivement traumatisé (je veux dire : alerté et éclairé utilement !) sur la question de la profondeur, j’ai décidé de tout refaire quand nous passerons à la version long métrage et on verra alors dans un contexte plus pro et entouré quelle est la meilleure solution.

Victoria5

Messages : 686
Enregistré le : ven. 4 sept. 2015 - 16:40

Message » lun. 24 févr. 2020 - 9:53

Le piqué en photo dépendra de la précision des optiques (idéalement il faut des optiques télécentriques pour ne pas avoir de déformation, mais ça coûte un bras), et de la précision du système mécanique utilisé pour placer le livre et l'appareil, et faire la mise au point. Au final, le scan est bien plus simple...

rappa

Messages : 409
Enregistré le : lun. 29 janv. 2018 - 12:04

Message » lun. 24 févr. 2020 - 9:55

FEARLESS a écrit :Nous avons opté pour le scan plutôt que la photo d’abord pour de mauvaises raisons : l’original est un livre peint difficile à manipuler et fragile et c’était finalement plus simple de le scanner (375 pages à faire). Mais le résultat a été d’une précision époustouflante avec un piqué que (à tort peut-être ?) je ne crois pas possible en photo. Disons plus exactement avec les moyens que je mentais capable de déployer en autoproduction.
Maintenant que vous m’avez définitivement traumatisé (je veux dire : alerté et éclairé utilement !) sur la question de la profondeur, j’ai décidé de tout refaire quand nous passerons à la version long métrage et on verra alors dans un contexte plus pro et entouré quelle est la meilleure solution.

Tout dépend des particularités de tes documents (taille, matière, etc...), de ta solution photo et de ton scanner (il y a des différences majeures entre un scanner d'une imprimante multifonction et un scanner photo pro avec le logiciel qui va bien).
L'un comme l'autre ont des avantages et des inconvénients.
Si tes docs sont fragiles, la photo peut être à considérer car elle préservera ton livre de l'écrasement de la reliure nécessaire pour la mise à plat du scanner. Par contre, la planéité du support peut être difficile à atteindre, et c'est pourtant capital.
La photo a aussi pour elle la rapidité du process : une fois que tu as réglé ton banc de repro, ça ne prend que quelque secondes de faire ta photo.

A voir selon tes moyens, mais je pense que le set idéal serait :
- un boîtier 24x36 (genre alpha 7 ou Nikon D850). Si tu as l'infinite money, il y a aussi les MF hasselblad ou Phase One.
- une optique "razor sharp" (typiquement un macro)
- deux têtes flash studio (meilleur rapport Q/prix quant à la stabilité de l'éclairement, l'IRC et la précision de réglage).
- des supports pour faire tenir tout ça en deux plans bien parallèles.
- si les motifs peints présentent beaucoup de relief, tu risques de ramasser beaucoup de brillance. Une solution simple serait de mettre des filtres polarisants sur tes sources de lumière et un filtre pola sur ton optique.
- un logiciel de traitement de raw qui va bien, qui t'offrira une grande souplesse de traitement et de format de sortie.

Et in fine, je dirais qu'il n'y a pas que la taille qui compte (!). En gros, plus de pixels ne veut pas dire plus qualitatif. La profondeur de couleur compte, mais aussi la qualité de ta repro sur le rendu des couleurs, etc...
Et surtout, il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises solutions, ce qui compte c'est ton besoin final. Aucune utilité d'avoir des images sources de 100 millions de pix pour en faire de la 4K ou 2K.

Enjoy !