La mort silencieuse des projectionnistes

Discussions en rapport avec le cinéma et les techniques cinématographiques.
Keurdelion

Auteur du sujet
Messages : 481
Enregistré le : lun. 1 juin 2009 - 10:38

La mort silencieuse des projectionnistes

Message » mer. 3 janv. 2018 - 23:33

proj a écrit :J'adore la projection mais je ne pense pas que l'idée du cinéma lui soit intrinsèquement liée. Du moment que l'on respecte les oeuvres et les artistes derrière, c'est l'essentiel.

Je suis tout à fait d'accord, le gros du public se fiche complètement de savoir si on est en projection numérique ou argentique, et se fichera demain de savoir si on est en projection ou en diffusion.

Car finalement que vient-on chercher au cinéma ?
Deux pistes de réponse :
“Le cinéma, c’est un stylo, du papier et des heures à observer le monde et les gens” (Jacques Tati)
“Le cinéma c’est l’art de faire faire de jolies choses à de jolies femmes” (François Truffaut)
Ils ne parlent pas de technique les gars, loin de là.

J'ajouterai que le plus important à mes yeux c'est l'expérience collective, partager ce moment avec d'autres dans une salle... on peut mettre le plus bel écran possible dans son séjour avec une installation son de folie, on n'aura pas cette émotion...

luc65

Messages : 31
Enregistré le : ven. 9 juil. 2010 - 23:28

Message » jeu. 4 janv. 2018 - 9:24

Bonjour à tous et Bonne Année 2018,

Vous ne trouverez pas plus triste que moi au sujet de la mort
des projectionnistes, celle de la projection pellicule et celle
du cinéma tel que nous le connaissions tous du temps de la pelloche.

Je suis viscéralement amoureux du film, des projecteurs et des caméras.
Je n'ai pas eu la chance d'en faire mon métier mais j'ai pu quand
même toucher à cela en "amateur" : projectionniste au cinéma de mon quartier (Le Perray
à Ste-Geneviève des bois en 84 pendant 15 jours), je faisais aussi plein
de petits films en S8 quand j'étais petit, puis en 16mm, de l'animation notamment, puis
en 35mm des tests expérimentaux persos, puis dernièrement, c'était il y quelques
années déjà, mon projet de construire un shoot 65mm (entre autre) avec une caméra
d'animation 65mm, avec l'aide de quelques personnes (JRF et DB) d'AraneLab,
je crois le meilleur moment dans ma vie "cinématographique" d'amateur).

J'ai un défaut : je n'arrive pas à distinguer l'oeuvre de son support.
Un film tourné en film devrait être projeté en film.
Un truc tourné en "vidéo" devrait être projeté en numérique, ou en ce que l'on veut.
Mais j'aimerais tellement qu'on ait le choix.

A quoi bon voir un film pelloche projeté en num, même si le réalisateur
à pris soin de faire une belle image.
Moi, je veux voir son travail avec de la pellicule.

J'adore regarder 2001 ou West Side Story en 70mm dans une belle grande salle, mais c'est rare.
(quoique 2001 en 70mm à la cinémathèque de Paris, la dernière fois, c'était pourri :
copie pourrie, projection pourrie, vannes rigolotes des projectionnistes qu'on entendait
rigoler pendant les silences, pourries aussi..., sans compter le décadrage pendant 3 minutes
mais bon !)

J'aime beaucoup moins la flopée de film français ou autres tournés en numérique.

C'est pour cela que je ne vais plus au cinéma. Et c'est un crêve-coeur ! ! !

J'ai bien un vieil FP20 qui tourne bien, un DP70 qui tourne pas mal et
quelques bobines en 35 et en 70 pour se faire plaisir (et à la famille
et aux amis). Je crois qu'il n'y a rien de plus sympa que de partager ça
de cette façon.

C'est vrai qu'une certaine génération de (télé)spéctateurs se fiche pas mal de l'aspect technique.
C'est normal, ils peuvent voir un film en 4K sur leur smartphone, ils peuvent le
revoir mieux en 4K sur la tablette, toujours en 4K sur l'écran incurvé du salon
et enfin en 4K au cinéma... pas belle la vie ? Je caricature.

Même pour les derniers films en 70mm (The Master, Interstellar, Dunkerque, TH8)
il faut se lever de bonne heure pour trouver une salle où il y a une copie 70 à voir.
Le Crime De l'Orient Express : je ne crois même pas qu'il passe en France (en film...)


Alors, après les projecteurs numériques, les caméras numériques, la 3D,...

Les écrans LED géants... pfffff....

Victoria5

Messages : 653
Enregistré le : ven. 4 sept. 2015 - 16:40

Message » jeu. 4 janv. 2018 - 12:16

luc65 a écrit :Un truc tourné en "vidéo" devrait être projeté en numérique, ou en ce que l'on veut.


La vidéo n'est pas forcément numérique et le numérique n'est pas forcément vidéo.

Qu'est devenue la machine de shoot 70 après la liquidation d'Arane il y a 3 ans ?

hortson

Messages : 400
Enregistré le : sam. 1 déc. 2007 - 15:30
Localisation : bourg les Valence Drome

Message » jeu. 4 janv. 2018 - 17:56

Mème en Suisse il y a inflation... Une bobine de 600 mètres en 35m/m (sauf erreur) dure 20 minutes soit 1800 mètres pour une heure et 3600 mètres pour deux heures. On est quand mème à 1400 mètres des cinq kilomètres comme indiqué dans l'article. Ceci étant cet article devrait ètre affiché dans tous les cinémas de France et mème mieux ètre projeté en ouverture de séance sur tous les écrans. Je rève mais ont toujours réver.

FiatLuX

Avatar du membre
Messages : 367
Enregistré le : sam. 1 oct. 2011 - 15:44
Localisation : Devant ou derrière un écran...

Message » jeu. 4 janv. 2018 - 19:38

J'ai un défaut : je n'arrive pas à distinguer l'oeuvre de son support.

Si c'est un défaut, c'est le moins partagé du monde malheureusement.

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7020
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » jeu. 4 janv. 2018 - 19:57

Ah chuis pas comme ça, moi. J'ai déjà vu des films tournés en vidéo que je trouve mieux projetés sur pellicule...
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

Coeur Noir

Avatar du membre
Messages : 3770
Enregistré le : lun. 2 mars 2009 - 10:16
Localisation : Maine et Loire - France
Contact :

Message » jeu. 4 janv. 2018 - 20:10

« le numérique est impersonnel »
…fichtrement pas d'accord avec ça : il est ce qu'on veut le numérique, si on veut bien se l'approprier, le triturer, l'expérimenter… ce que l'époque - ou l'économie ou la course technologique - actuelles ne laissent pas le temps de faire.
Pour la pelloch' on a plus d'un siècle d'expériences accumulées, et on a retenu que les meilleures, normal, mais dans l'ensemble la très grande majorité de ce qui s'est fait en pellicule était impersonnel, insipide, oubliable.

L'aspect « inoubliable » n'a rien à voir avec le support - ou plutôt ça ne se limite pas au support : H⋅h⋅istoire, scénario, émotion, sensation, expérience sociale ou collective, le « lieu » cinéma, le moment… il y a des milliers de facteurs extérieurs au support de l'œuvre qui nous la font apprécier plus ou moins !

Stef89

Messages : 121
Enregistré le : lun. 13 juil. 2015 - 17:06

Message » jeu. 4 janv. 2018 - 23:21

Je pense aussi que cinéma n'est pas forcément synonyme de pellicule. du 35mm, j'en ai fait un peu et ce que j'ai trouvé chouette, c'est de charger, de démarrer la machine, de surveiller. Mais le résultat dans un point de cinéma itinérant avec des copies très souvent usées est loin d'être à la hauteur de ce qu'on fait maintenant en numérique. Et même dans les "grands" cinéma on avait des surprises inhérentes à l'état des copies (rayures, son un peu pourri...) Et pour faire mon ch..ur, le scintillement de l'image dans les tons très claires ou les flous de mouvements, ça m'a toujours gavé :evil: .

Du coup, je plussoie (enfin si j'ai bien compris les propos de Moss et Coeur Noir). Le numérique pourrait apporter des solutions, il est encore largement sous exploiter et on préfère la course à l'armement parce qu'il faut nourrir l'industrie de fabrication audiovisuelle et de vente de licenses... On nous explique qu'on va avoir des écrans DEL aux super performances alors que, par exemple, personne n'exploiter le HFR ou que le 4k ne s'impose pas vraiment :shock: ... Et au passage le cinéma se transforme en resto... Et y'a de moins en moins d'employés avec de moins en moins d'implication technique.

C'est quand même un drôle de monde où les gens ne sont plus indispensables à son fonctionnement et où les services rendus demande une technologie de plus en plus lourde, de plus en plus coûteuse (socialement et comptablement parlant) pour un gain qualitatif minime, voir sur certain points une régression...
776792

Roger CANTO

Avatar du membre
Messages : 1013
Enregistré le : mer. 11 août 2010 - 12:01
Localisation : Var

Message » ven. 5 janv. 2018 - 13:36

Coeur Noir a écrit :« le numérique est impersonnel »
…fichtrement pas d'accord avec ça : il est ce qu'on veut le numérique, si on veut bien se l'approprier, le triturer, l'expérimenter… ce que l'époque - ou l'économie ou la course technologique - actuelles ne laissent pas le temps de faire.

Nous avons failli avoir une caméra numérique donnant une image présentant toutes les caractéristiques de l'image argentique, grâce à une idée de Jean-Pierre Beauviala fondateur de Aaton : la Delta Pénélope... Le principe consistait à utiliser un capteur capable de décaler légèrement les pixels entre chaque image.
Hélas, le fournisseur de ce type de capteur a déclaré forfait, ce qui a entraîné l'abandon de ce projet et de gros problèmes pour Aaton.

Voir ici :

Aaton est le premier fabriquant de caméras de cinéma à monter le capteur sur un dispositif flexible qui décale aléatoirement la position physique du capteur d’un demi-pixel à chaque image. Ceci s’apparente à la prise de vues argentique où les grains d’halogénure d’argent en position aléatoire d’un cadre au suivant captent l’image en des endroits différents. Tous les monteurs sur table de montage " pellicule " en ont fait l’expérience, une image fixe qui paraît de faible résolution et granuleuse devient fine et transparente lorsque le film défile. L’intégration temporelle effectuée par l’œil lui-même donne l’impression d’une résolution spatiale accrue.


et là :
https://www.afcinema.com/Aaton-devoile- ... elope.html

.

Victoria5

Messages : 653
Enregistré le : ven. 4 sept. 2015 - 16:40

Message » ven. 5 janv. 2018 - 15:38

Le capteur fourni par Dalsa n'ayant jamais eu l'heur de fonctionner correctement… Certains loueurs ont toujours leur Delta sur une étagère, chèrement achetée et jamais utilisée.

Roger CANTO

Avatar du membre
Messages : 1013
Enregistré le : mer. 11 août 2010 - 12:01
Localisation : Var

Message » ven. 5 janv. 2018 - 20:57


shadock61

Messages : 40
Enregistré le : mer. 27 déc. 2017 - 17:57

Message » sam. 6 janv. 2018 - 16:16

j ai pas dit que "le numérique était impersonnelle" 1352
j ai dit que le stockage numérique lui est impersonnelle, c est pas tous a fait pareil.

des bobines c est sans doute différents culturellement que des disque dur, enfin c est mon avis.

on peut faire des daubes ou des chef d œuvre avec les deux technologies bananes030

le grain est assez différent sur les 2 supports et le numérique 2K, restera du 2 K, pas possible de l amélioré ensuite.
et le 24 i/s est peut être a abandonner dans le futur, car quand il y aura le 4K ou le 8 K, il y aura la cadence images qui plafonnera les performances.

Moi je demande juste au réalisateur de me faire rêver avec leur films, et la ce n est pas avec la technologie qu ils vont y arriver, mais avec leur imagination et leur compétence.

Soundboy39

Messages : 9
Enregistré le : dim. 17 sept. 2017 - 14:26

Message » sam. 6 janv. 2018 - 17:55

Salut à tous !

Je voudrais contribuer à cette discussion à travers mon regard de projectionniste qui pratique depuis seulement un an et demi.

Je ne pense pas que ce métier soit MORT, je pense qu'il est plutôt en MUTATION, et ce depuis plusieurs années, du fait du passage de la pellicule au numérique.

Je n'ai jamais fait de projection en 35mm (à mon grand regret d’ailleurs...), je n'ai donc pas ce côté nostalgique partagé par la plupart d'entre vous, par contre je comprend que vous regrettiez cette époque où ce métier semblait plus prestigieux.

Il serait tout de même bon de rappeler qu'être projectionniste à la l'ère du cinéma "tout numérique", ce n'est pas ce contenter d'appuyer sur PLAY !
Il faut gérer la logistique des contenus (télécharger, recevoir, renvoyer, ingester, gérer les KDM...) et bien préparer les projections (bon format, bon niveau sonore, le rallumage des lumières, préparer les bandes annonces, programmer les plannings...) sans oublier la création de cartons et de DCP, la préparation et l'animation des débats et conférence, etc.
Bref, cela reste un métier qui peut même s'avérer passionnant si l'on fait bien les choses !

Alors bien sûr... il faut être polyvalent et faire aussi de la com', de l'affichage, de la caisse... bref presque tout ce qu'il y a d'autre à faire dans un cinéma... mais je pense que c'est une contrepartie inévitable pour pouvoir continuer à exercer, mis à part si l'on travaille dans un cinéma où les tâches de projectionniste occupent 35h par semaine.

Voilà pour ma petite contribution !

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7020
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » sam. 6 janv. 2018 - 19:23

Le quotidien des opérateurs actuels n'est pas homogène, et auparavant, depuis que les dérouleurs existent, au moins, il ne l'était pas vraiment non plus. La polyvalence que vous vivez était déjà exigée dans certains postes, du temps du "tout 35mm" et très appréciée de certains opérateurs. Je vous suis néanmoins sur l'idée que ça reste un métier, qui peut être bien ou mal fait, en cela votre contribution est un rappel essentiel. Le principal problème, c'est juste que la qualité de la projection devient secondaire à partir du moment où l'on grave dans le marbre que l'employé qui l'assume doit être occupé à quelque chose à chaque minute de sa journée sans aucun flottement.
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

pradbitt

Avatar du membre
Messages : 4449
Enregistré le : lun. 26 nov. 2007 - 14:23
Localisation : pas loin d'un câble
Contact :

Message » dim. 7 janv. 2018 - 7:54

Bonjour,
Ancien projectionniste, déjà 10 ans, j'ai un autre regard sur ces sujets aujourd'hui.
Oui le charme, oui l'ambiance, oui l'histoire et l'essence même du cinéma, j'aime tout ca..... voyez autour de vous: qui d'entre vous changerais sa Citroën DS pour la 2cv, la cabine au coin de la rue pour son smartphone ou sa VOD pour une VHS?
Des centaines d'exemples côtoient notre quotidien et pourtant on ne s'en soucie pas je pense car nous profitons des avancées sans regarder ce qui nous est inconnu: les conséquences collatérales, l'envers du décor.
Alors oui, vous êtes passionnés, aimant du métier, mais es-ce la peur de l'avenir ou la nostalgique qui vous parle?
Attention, je rejoins aussi vos propos mais le cinéma au fond, pour Mr Toulemonde, c'est quoi : une image et du son, si tout cela s'améliore en qualité et s'il est mieux assit, ben il est content .....
Pour conclure, les enjeux sont financiers et commerciaux, depuis des années les évolutions visent à augmenter la rentabilité des salles, face aux diverses concurrences, mais ça à l'air de fonctionner puisque la fréquentation des salles ne cesse d'augmenter, alors pourquoi s'arrêtaient ils, alors oui, pourquoi pas un ciné-resto, un ciné-dodo un ciné-ca ca avec des cours métrages? ola