CNP Odéon et patron voyou...

Discussions en rapport avec le cinéma et les techniques cinématographiques.
Messages : 182
Enregistré le : mar. 12 août 2008 - 8:18

CNP Odéon et patron voyou...

Message

... j'écris voyou mais je pense plutôt à "gros sa......", vu la façon dont les choses semblent avoir été patiemment planifiées.

Au moment où j'écris ceci, je viens de l'apprendre (j'étais en vacances), je suis littéralement soufflé par ce qui vient de se passer à Lyon.

Voilà les faits:
Stupéfaction pour les salariés des CNP: c'est par hasard qu'ils ont appris la fermeture de l'Odéon !

Le week-end des 8 et 9 août 2009, en pleine trêve estivale, le propriétaire a fait déménager la cabine de projection et mardi, les fauteuils ont été à leur tour démontés...

(...)

Quatre à cinq personnes travaillaient au CNP Odéon, parfois depuis près de 20 ans: à leur retour de vacances, elles retrouveront au 6 rue Grolée un petit carton dans lequel ont été réunies leurs affaires, un post-it mentionnant leur prénom...pas très élégant !

Avec peut-être aussi, en prime, une lettre de licenciement, mais l'histoire ne le dit pas encore...D'ailleurs, le propriétaire, Galeshka MORAVIOFF est peu loquace sur le dossier.

(Source: Site de Lyon Première, les gras sont de moi)
Sans foi ni loi, c'est ce qui me vient à l'esprit, dire qu'il y a quelques mois on passait "Louise Michel": ironie du sort quand tu nous tiens.

Je ne sais pas ce qu'il cherche à nous faire mais ça semble défier toute logique.

Une chose est sûre, il ne s'arrêtera pas là on le sait tous...

Quelques articles relatant l'évènement:

Sur Lyon Première...
Sur Lyon Capitale...
Sur Lyon Première avec des précisions...

J'invite tous les opérateurs solidaires face à ce qui nous arrive à intervenir auprès de leurs programmateurs pour boycotter "Films Sans Frontières" (la société de Distribution de Mr Moravioff)...

Si les CNP doivent mourir: qu'ils meurent, mais ça ne se fera pas dans le silence !

Maly
(Opérateur au CNP Terreaux).
Messages : 7079
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Re: CNP Odéon et patron voyou...

Message

Décidemment, sympa ce mec. Il veut racheter un ciné à Rouen en association avec un autre exploitant relativement contesté. Il va trainer la ville en justice car la mairie s'est portée "acquéreure" (?) avant lui et il parle de nationalisation du cinéma.
Je ne défend pas les positions de la ville sur le sujet, mais d'après lui, devons nous comprendre qu'il n'y aurait donc que les sociétés privées qui devraient projeter des films?? parce que c'est bien connu, la concurrence et le capitalisme y a que ça de vrai pour la culture! Pourquoi ne pas privatiser les bibliothèques municipales pendant qu'on y est??
Quand j'ai cherché à cerner le personnage, je n'ai trouvé que ce portrait au vitriol, forcément partial mais bon...
http://www.leravi.org/spip.php?article449

Solidaire avec le CNP! Get up stand up les mecs....
Messages : 4449
Enregistré le : lun. 26 nov. 2007 - 14:23
Localisation : pas loin d'un câble

Re: CNP Odéon et patron voyou...

Message

es-ce bien la solution de boycoter ce film, qui allons nous atteindre en 1er, lui ou ceux qui ont cravaché pour finaliser ce film ???
Cela dit, c'est vrai que c'est vraiment indéfinissable la façon dont ce pecno a agit vis-àvis du ciné et des employés :evil:
Messages : 2990
Enregistré le : lun. 12 janv. 2009 - 17:54

Re: CNP Odéon et patron voyou...

Message

je trouve que ce n'est absolument pas respectueux des employés.
je connais une supérette qui a fermé comme ça. le samedi les employés sont partis. le mardi (lundi c'était toujours fermé) bah le patron n'est jamais venu et s'est barré. tout étant resté dans le magasin.
Messages : 182
Enregistré le : mar. 12 août 2008 - 8:18

Re: CNP Odéon et patron voyou...

Message

pradbitt a écrit :es-ce bien la solution de boycoter ce film, qui allons nous atteindre en 1er, lui ou ceux qui ont cravaché pour finaliser ce film ???
Le catalogue de FSF est majoritairement composé de titres de répertoire dont les auteurs et les équipes de tournage sont mortes et enterrées depuis belle lurette.

De plus, je ne doute pas une seconde que Mr Moravioff applique également ses méthodes très particulières de gestion des fluxs monétaires à la répartition des royalties auprès des auteurs distribués par FSF.

Autrement dit ils doivent pas souvent voir la couleur de leur argent...
Messages : 7079
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Re: CNP Odéon et patron voyou...

Message

On croit rêver!
Pourtant, si vous doutez des petits aspects presque mafieux du milieu dont nous vivons indirectement, lisez SEXE MENSONGE ET HOLLYWOOD de Peter Biskind, on en apprend de belles sur la distribution américaine, en particulier sur Sundance (le festival de R.Redford) et Miramax (la société des frères Wenstein.)

C'est un peu la suite du NOUVEL HOLLYWOOD qui démontre comment le cinéma français à inspiré l'auteurisme à l'américaine. Malgré quelques anecdotes très peoples de trop, tout cela est passionnant.

Ça n'enlève rien au drame de Lyon. Si ce genre de pratique (fermer un cinéma dans le dos du personnel) est possible et sans recours, je m'attends à voir et revoir ce type de scène autour de moi...
La grande ironie est de lire dans la presse lyonnaise les plaintes de monsieur sur l'absence de subvention municipale qui l'aurait aidé à sortir la tête de l'eau (une bonne gestion, parfois, ça marche aussi mais je ne connais pas assez la situation pour en juger) et de voir en parallèle qu'il se plaint de s'être fait souffler le rachat d'un vieux ciné en normandie par une mairie, criant au scandale et à la nationalisation du cinéma.
Alors quoi, une mairie doit aider une entreprise privée dans le secteur de l'action culturelle mais ne devrait pas acquérir un équipement culturel ? Qui dans le cas de Rouen sera géré en D.S.P, je pense qu'il s'est grillé un super plan ce monsieur.
Messages : 7079
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Re: CNP Odéon et patron voyou...

Message

Messages : 519
Enregistré le : lun. 20 oct. 2008 - 7:30

Re: CNP Odéon et patron voyou...

Message

quoi ajouter à ce qui a été dit... coup de latte coup de latte coup de latte

la preuve est là qu'on est bien en guerre sociale...
Evidemment, les salariés peuvent avoir un recours contre ce genre de pratique... et j'espère qu'ils saisiront ce genre de recours (prudhomme etc...) ... et évidemment que le patron voyou a déjà budgétiser ce genre de recours dans son budget d'enfoiré.... coup de latte coup de latte coup de latte
Messages : 4449
Enregistré le : lun. 26 nov. 2007 - 14:23
Localisation : pas loin d'un câble

Re: CNP Odéon et patron voyou...

Message

ouai, les nerfs... comment j'réagirais si j'me pointais pour bosser et que j'tombe sur "fermeture définitive ????? :?
Messages : 978
Enregistré le : mar. 4 mars 2008 - 16:14

Re: CNP Odéon et patron voyou...

Message

Patrons voyous !!!
>>>Image
Messages : 718
Enregistré le : lun. 24 août 2009 - 18:51

Re: CNP Odéon et patron voyou...

Message

Finalement CDI ou pas on reste dans des situations precaires face a des patrons sans scrupules
Messages : 4449
Enregistré le : lun. 26 nov. 2007 - 14:23
Localisation : pas loin d'un câble

Re: CNP Odéon et patron voyou...

Message

pas d'accord, on est dans une situation précaire si on ne se défend pas étant dans nos droits. Certes, au final on perdra sans doute son job, mais pas le combat
Messages : 526
Enregistré le : ven. 25 avr. 2008 - 10:08
Localisation : cabine 237

Re: CNP Odéon et patron voyou...

Message

JOURNÉE D'ACTION LE SAMEDI 5 SEPTEMBRE

le Collectif de Soutien aux CNP

les employés des Cinémas CNP

et l¹Association Les Inattendus

organisent

une journée de mobilisation et de protestation
contre les conditions de fermeture de l'Odéon, et de soutien aux CNP et à
leurs employés
Samedi 5 Septembre 2009 à partir de 9h30
RDV Place des Terreaux ­ Lyon 1er


Bonjour,

Les employés des CNP et l'association « Les Inattendus » organisent le
SAMEDI 5 SEPTEMBRE 2009 une journée de protestation contre les conditions de
fermeture de l'Odéon, et de soutien aux CNP et à leurs employés. Rappelons
qu'en plein mois d'août et congés des employés, sans qu'aucun d'eux n'aient
été prévenus, la salle a été vidée de son matériel de projection (expédié
par Galeshka Moravioff, PDG des CNP depuis 1998, dans une de ses salles
marseillaises), de ses fauteuils et de tout ce qui pouvait y avoir quelque
valeur.

Le 5 septembre, nous vous donnons rendez-vous PLACE DES TERREAUX à partir de 9H30.

Afin que cette journée soit à la mesure de l'indignation suscitée par la
fermeture de l'Odéon et de l'inquiétude ressentie pour le sort des deux
autres sites des CNP ainsi que des personnes qui y travaillent, et qu'elle
constitue une manifestation marquante et efficace de cette indignation et de
cette inquiétude, il faut évidemment qu'elle regroupe un nombre aussi
important que possible de participants !
D'autant que, plus généralement, c'est la question de l'existence de cinémas
indépendants dans la Presqu'île lyonnaise, mais aussi la pérennité à Lyon de
la diffusion de tout un pan du cinéma (qui ne se cantonne pas à l'Art et
essai dit « porteur ») que pose cette triste affaire.

Nous en appelons à votre confiance : de concert avec les employés, nous
allons tout faire pour que cette journée soit à la fois dynamique, mémorable
ET cinéphile ! A la stupéfaction qu'a provoquée la fermeture abrupte de
l'Odéon, nous tenterons de répondre par de très heureuses surprises, qui
soient à la hauteur de l'amour et de l'admiration qu'on peut porter au
travail de transmission cinématographique des CNP.

Nous insistons sur le fait que cet événement se déroulera sur la journée
entière, aussi nous vous invitons à la réserver pour celui-ci.

Un repas collectif aura lieu à midi : merci de bien vouloir y contribuer en
boissons et/ou nourritures terrestres ! Par ailleurs, chacun pourra
librement participer aux frais de la journée.

En attendant, vous pouvez émarger au comité de soutien créé par les employés
des CNP en vous rendant sur l¹un des deux sites encore en activité : le CNP
Terreaux (40 rue Président-Edouard-Herriot Lyon 1er, Métro Hôtel de ville)
ou le CNP Bellecour (12 rue de la Barre Lyon 2ème, Métro Bellecour). Si vous
ne pouvez pas vous y rendre avant le 5 septembre, voici l¹adresse du comité,
à laquelle vous pourrez laisser vos nom, prénom, adresse postale et
électronique, message de soutien :
collectifsoutiencnp@gmail.com <mailto:collectifsoutiencnp@gmail.com>

MERCI DE DIFFUSER CETTE INFORMATION AUSSI LARGEMENT QUE POSSIBLE !

Le Collectif de Soutien aux CNP, les employés des cinémas CNP et
l'association Les Inattendus.


Contacts
collectifsoutiencnp@gmail.com <mailto:collectifsoutiencnp@gmail.com>
www.soutenirlescinemascnp.org

MESSAGE DE SOUTIEN DE CLAIRE SIMON, CINÉASTE

Bonjour,


Je viens de recevoir un mail annonçant cette mauvaise nouvelle du
démantèlement du CNP de Lyon. Cette méthode de désossage pendant
l'été du cinéma parle pour elle-même : c'est une chose honteuse
faite en cachette et
qui interdit tout rattrapage. Comment dire mon accablement ? Je suis
venue à plusieurs reprises présenter mes films au CNP et j'ai
toujours eu l'impression que c'était une des meilleures salles de
cinéma de France. (Et
donc du monde!) Parce que non seulement la programmation y était
faite avec goût, style et passion mais aussi parce que l'intelligence
et le savoir de Marc Artigau donnaient toutes leurs chances aux films
présentés, il connaissait le public et le guidait comme un véritable
passeur ouvrant sans cesse ses horizons non pas seulement vers « le
pointu » mais vers les grands larges de l'actualité du cinéma, du
répertoire, de la recherche. Les films qu'il présentait restaient
plus longtemps qu'ailleurs, y étaient en égalité commerciale,
artistique les uns avec les autres, il adaptait continuellement les
séances comme un grand cuisinier, pour que chaque film rencontre son
public. Les débats, la presse qu'il convoquait faisaient du film un
événement, un lieu de pensée, de rencontre. Il rendait à chaque film
son ambition d'être un nouveau pas dans la découverte de « ce que
peut le cinéma », de ce qu'il nous donne à concevoir, à éprouver, à
découvrir. Et ce non pas comme un médium d'information ou de pur
spectacle mais comme ce qu'il est avant tout , un moyen inouï de
représentation de la vie, du monde. Chaque fois que j'entendais
chanter le couplet annonçant la fin du cinéma, l'apocalypse promise
de l'exploitation des films, je prenais l'exemple du CNP, et de
quelques autres salles-miracles, où la passion avait réussi à créer
un véritable lieu de culture, de vie, de discussion. Où la création
était d'abord du côté du spectateur.

Le terrassement généralisé par les monopoles ont pour effet de
m'empêcher cet été de voir, en étant dans le Var, le film d'Alain
Guiraudie, « Adieu Gary », « Partir », et tant d'autres qui pourtant
sont la véritable actualité cinématographique. C'est donc une
censure qui s'installe, sous couvert de faillite économique due non
pas aux amateurs comme Marc Artigau et son public, mais à
l'incompétence de ceux qui veulent la mort du cinéma, sans même être
capables d'en faire quelques dollars de plus...


Claire Simon, cinéaste
Messages : 526
Enregistré le : ven. 25 avr. 2008 - 10:08
Localisation : cabine 237

Re: CNP Odéon et patron voyou...

Message

Avec la fin de l'Odéon, le cinéma art et essai prend un rude coup à Lyon

LE MONDE | 03.09.09 | 14h41
Lyon Correspondant

Le film Inglourious Basterds, de Quentin Tarantino, devait être à l'affiche
du cinéma Odéon, à Lyon le 19 août. En lieu et place, l'annonce "fermeture
annuelle" est restée inscrite en lettres rouges sur la façade. Dans le
quartier de la Presqu'île, en plein coeur de Lyon, l'Odéon a brutalement
fermé ses portes, dans des conditions obscures, vraisemblablement au début
du mois d'août.

La salle est vide, vidée même. Les 277 fauteuils de velours rouge ont
disparu. Dans la cabine, le projecteur s'est volatilisé. Sa collection
d'affiches et de critiques de cinéma s'est envolée vers une destination
inconnue. Cette brutalité fait penser à un déménagement sauvage
d'entreprise, trahie par un patron prenant le large.

Du reste, le personnel du cinéma a découvert le déménagement clandestin au
retour des vacances, sans un mot d'explication. "On ne se sent vraiment pas
considéré", lâche une jeune caissière.

Classé "art et essai", l'Odéon était l'un des derniers cinémas privés à
Lyon, indépendant des complexes UGC ou CGR, mais aussi des salles communales
que des villes subventionnent pour faire survivre le cinéma en France.

Surtout, avec la fin de l'Odéon, c'est la quasi-totalité du cinéma d'art et
d'essai à Lyon qui pourrait être décapitée. Cette salle appartient en effet
à la société Cinéma national populaire (CNP), qui détient deux autres
cinémas, tous deux également au centre-ville : le CNP-Bellecourt (trois
écrans) et le CNP-Terreaux (quatre écrans). Ces deux derniers sont encore en
activité, mais leur avenir est très incertain. C'est l'Odéon, bien plus
grand et mieux placé que les deux autres, qui présentait les films porteurs,
dont les recettes permettaient de maintenir d'autres oeuvres sur les écrans.

L'aventure du CNP renvoie à quarante ans d'histoire culturelle en France
puisque cette structure est née au sein du Théâtre national populaire (TNP)
de Roger Planchon. Ce dernier l'a créée à Villeurbanne, le 1er mars 1968,
avec à l'écran L'Une et l'Autre, de René Allio, et Loin du Vietnam,
documentaire signé Godard, Lelouch, Marker, Resnais, Varda...

Le CNP, dans la lignée du travail de Jean Vilar au théâtre, a participé à la
démocratisation de la culture - enjeu apparu dans les années 1960 - en
proposant des abonnements, des places aux comités d'entreprise, etc., tout
en affichant une programmation exigeante sous l'impulsion de Robert Gilbert.

Le CNP quitte ensuite Villeurbanne pour Lyon, où il crée trois cinémas entre
1976 et 1983. Celui de l'Odéon (d'abord intitulé Groslée) ouvre en 1980 dans
une salle de spectacle construite au début du siècle. Les dernières années
seront moins glorieuses. En 1996, le CNP sort du giron du TNP. En 1998,
après avoir racheté des parts à quelques associés, Roger Planchon décide de
revendre le CNP pour un prix avantageux.

Le repreneur et propriétaire actuel, Galeshka Moravioff, également patron de
plusieurs salles de cinéma à Paris et à Marseille, annonce alors une
restructuration, de nouveaux équipements.

Mais dans la réalité, les salles du CNP se sont lentement dégradées, alors
que, dans le même moment, l'environnement s'est métamorphosé à grande
vitesse, favorisant une rude concurrence. Plusieurs multiplexes ont été
construits, avec des formules d'abonnement alléchantes, offrant aussi, de
plus en plus de films en version originale. Toujours est-il, selon plusieurs
salariés du CNP, le nombre d'entrées annuel de l'Odéon serait tombé en trois
ans de 400 000 à 200 000.

Contacté par téléphone, M. Moravioff a refusé de répondre à nos questions,
préférant nous faire parvenir un auto-entretien dans lequel il évoque la
stratégie des grands groupes, s'en prend à "l'indifférence" de la mairie de
Lyon ou à "l'hostilité" du personnel. Mais il ne dit pas un mot sur le
déménagement impromptu de l'Odéon.

Pour Marc Artigau, le directeur de la programmation, le sort néfaste de
l'Odéon traduit aussi une évolution dans la façon de consommer la culture.
Une évolution de la société aussi, de la place des cinémas dans la ville. Le
centre de Lyon connaît une intense activité immobilière. Les boutiques de
luxe s'y bousculent. Dans le quartier Confluence qui sort de terre, un
multiplexe supplémentaire est annoncé. Marc Artigau pourrait aussi évoquer
la chute progressive de la cinéphilie en France.

Une vision pleine d'amertume se dégage. Et pourtant Lyon s'apprête à lancer
un festival de cinéma sous l'égide de l'Institut Lumière, avec Clint
Eastwood en invité vedette. "Nous étions les seuls à montrer son premier
film", rappelle Marc Artigau.

Aujourd'hui, les 26 salariés des CNP craignent le pire. Ils se mobilisent,
avec l'aide de l'association Les Inattendus (www.soutenirlescinemascnp.org).
Une journée de soutien est prévue samedi 5 septembre, à partir de la place
des Terreaux.

Richard Schittly
Article paru dans l'édition du 04.09.09
Messages : 182
Enregistré le : mar. 12 août 2008 - 8:18

Re: CNP Odéon et patron voyou...

Message

L'affaire CNP (Cinéma National Populaire) prend une nouvelle tournure avec la prise de position de quelques élus et la prise de parole publique de Marc Artigau (Notre Directeur/Programmateur, bien placé pour devenir le martyr de l'exploitation d'Art et Essais).

La journée de samedi était consacrée à l'action avec une journée de grève et une prise de parole publique ayant rassemblé quelques centaines de personnes sur la place des Terreaux suivie d'une occupation avec des débats et des projections dans l'Odéon dévasté.

Lire l'article et voir la vidéo sur ce site:
http://www.lyoncapitale.fr/index.php?me ... ticle=8545

A lire également cet article et celui-ci pour en savoir plus.

Toutes les infos relatives aux mobilisations sur le blog mis en place par les inattendus.

Mon ressenti personnel sur la question en quelques phrases:

Le public est venu nous soutenir et ça fait rudement plaisir.

Je ne sais pas quel crédit accorder à la parole des politiques locaux mais ils semblent de notre côté, leur investissement sera je pense à la hauteur de la couverture médiatique de l'affaire.

Marc Artigau a enfin décrit publiquement et avec fidélité l'enfer qu'il vit (et que nous vivons avec lui) depuis déjà de nombreuses années et je pense que c'est une bonne chose (d'abord pour lui et ensuite pour l'idée de Justice).

Avant de savoir si la structure peut renaître sous une autre forme on aimerait déjà savoir à quelle sauce les deux derniers CNP encore en activité seront mangés (Terreaux et Bellecour).

Le grand absent est évidemment G. Moravioff qui doit être en train de préparer un autre de ses plans tarabiscoté pour faire... heu... pour faire quoi ? Nul ne sait.

Bref les lignes bougent mais le futur n'est toujours pas écrit !

Ce qui serait vraiment cool, c'est que Clint Eastwood dise un mot de notre situation pendant le festival du film de Lyon.

Quelqu'un a son n° de portable ? :mrgreen:

Maly.

PS: Énorme merci aux gars du Ciné Caluire ! Que vos cabines soient constellées de pétales de rose jusqu'à la fin des temps et que vos chronos sentent le jasmin !

PS²: on peut jouer à "Trouvez Maly" sur la vidéo, Indice 1: Je ne prend pas la parole. Indice 2: Je suis habillé en noir de la tête au pied. Indice 3: Je fais un truc que seul un projectionniste à le droit de faire.
Répondre