Memento voulait promouvoir Amerikka sur Internet...

Discussions en rapport avec le cinéma et les techniques cinématographiques.
Coeur Noir

Avatar du membre
Auteur du sujet
Messages : 3770
Enregistré le : lun. 2 mars 2009 - 10:16
Localisation : Maine et Loire - France
Contact :

Memento voulait promouvoir Amerikka sur Internet...

Message » mer. 17 juin 2009 - 8:57

...en le proposant quelques jours en téléchargement gratuit sur un célèbre site marchand, pour un certain nombre "d'exemplaires" (notion très relative dans le monde numérique)...

Hélas - car je crois vraiment que ça aurait fait un bon coup de pub' pour attirer des spectateurs en salle - Memento a fait machine arrière pour ne pas trop se brouiller avec ses camarades de jeux qui ont invoqué le non respect de la sacro-sainte chronologie des médias...

Mouais... Sony, Warner ou Disney feraient ça (un film en téléchargement gratos avant sa sortie salles) ça risquerait de perturber les usages, mais là... C'est MEMENTO ! Et un film de Cannes 2009 !

Qu'en pensez-vous ? De la part d'une certaine corporation, c'est de la prudence, de la trouille, de la discrimination ???

Shatzee

Messages : 466
Enregistré le : sam. 26 janv. 2008 - 21:49

Message » mer. 17 juin 2009 - 9:28

AMERRIKA film palestinien en scope de Cherien Dabis durée 1h32.
Le film : maladroit et sans imagination, film sans grand intérêt, c'est mon avis.

Mon idéalisme me borne dans l'idée que la découverte d'un film, avec toutes les promesses qu'une sortie cinématographique porte, est au top dans une salle de cinéma, sur grand écran et en public. Avec là-haut, un ou une projectionniste la main gauche sur la netteté et les oreilles dans sa machine.
Mais ma passion du Cinéma m'écarte complètement de la réalité des enjeux financiers qui font pourtant que le Cinéma existe, vit, continue, propulse et justifie l'entreprise.
J'aurais tendance à faire confiance aux producteurs et aux distributeurs, ils sont les maillons indispensables et le business du Cinéma est l'armature et le but du concept.

Coeur Noir

Avatar du membre
Auteur du sujet
Messages : 3770
Enregistré le : lun. 2 mars 2009 - 10:16
Localisation : Maine et Loire - France
Contact :

Message » mer. 17 juin 2009 - 11:33

Shatzee a écrit :Mon idéalisme me borne dans l'idée que la découverte d'un film, avec toutes les promesses qu'une sortie cinématographique porte, est au top dans une salle de cinéma, sur grand écran et en public. (...) J'aurais tendance à faire confiance aux producteurs et aux distributeurs, ils sont les maillons indispensables et le business du Cinéma est l'armature et le but du concept.

Je partage ton idéalisme : la salle est le meilleur endroit pour jouir du cinéma. J'interroge davantage ce qui convainc les spectateurs d'en franchir les portes... La pub-comm-marketing à la télé, à la radio ? Bof... Allociné se targue d'un million de visites quotidiennes, c'est donc une source d'info capitale pour nos spectateurs... Sans compter les autres sites et blogs, ou le téléchargement "honteux"...

Est-ce que le fait de "prévisualiser" un film chez soi ne deviendra pas le meilleur argument pour donner envie de le voir en grand, en groupe, en salle ? Ca me rappelle certains utopistes qui, il y a loooongtemps, faisaient payer les places en sortie de séance... ça n'a pas duré longtemps !

Quant à l'interêt du film, peux pas juger puisque je ne l'ai pas vu, mais qu'un film palestinien puisse exister me paraît important, même si ça n'en fait pas forcément un "bon" film...

Shatzee

Messages : 466
Enregistré le : sam. 26 janv. 2008 - 21:49

Message » mer. 17 juin 2009 - 13:48

Je rectifie, la réalisatrice est américaine, l'histoire commence en Cisjordanie et l'actrice est palestinienne.
Quant à la nationalité du film, j'en sais rien.

LeMonde daté du 17 mai numéro 20028 :
'Avant sa sortie en salles, le 17 juin, AMERRIKA, de Cherien Dabis, était en téléchargement gratuit sur le site Cdiscount. 10 000 téléchargements étaient proposés entre dimanche 14 juin à minuit et mardi 16 à minuit.
Dès lundi, ce stock était épuisé. Interrogé sur le site du FilmFrançais, Alexandre Mallet-Guy qui dirige Memento Films, distributeur du film, veut que ce film bénéficie d'un bouche-à-oreille favorable avant sa sortie'.

J'ai pas plombé le sujet... hein?

Je pense que tout est bon pour voir un film (dvd, vod et autres...) si on ne peut pas le voir au ciné, ou si on veut le revoir et le revoir encore.

Oliv

Messages : 978
Enregistré le : mar. 4 mars 2008 - 16:14

Message » mer. 17 juin 2009 - 14:57

Le film n'est pas Palestinien non plus. Sa réalisatrice est d'origine Palestinienne.
Une digression: La situation du cinéma là bas est catastrophique (1 seule salle en activité commerciale, pas d'école de cinéma, pas de moyens financiers de production...) au regard de la situation du voisin Israélien et de sa politique d'Etat basée depuis 2000 sur une aide massive et intensive à la création, à la production et à la diffusion (plus d'une vingtaine d'écoles de cinéma, un fonds de soutien financier annuel conséquent, une fréquentation public contament en augmentation).
J'enfonce le clou, pour plomber encore un peu plus l'ambiance, collégues projectionnistes, jettez un oeil et une larme sur ces photos d'une très belle expo :
Que reste-t-il du cinéma en Palestine ?

Heu, désolé Coeur Noir, je m'égare, j'ai pas trop répondu à ton post et a tes questions... Bon, je dirais de la prudence avec garde-fou finement brassée à de la bonne trouille de gamin cherchant à faire une connerie.... :?

...............Image
"Le cinéma est une invention sans avenir" Louis Lumière

Coeur Noir

Avatar du membre
Auteur du sujet
Messages : 3770
Enregistré le : lun. 2 mars 2009 - 10:16
Localisation : Maine et Loire - France
Contact :

Message » mer. 17 juin 2009 - 19:39

Bon... si cela a servi a créé un bon bouche à oreille qui se traduit par la présence de spectateurs en salle, c'était plutôt une bonne idée, donc ? (c'est ce que je crois, et j'espère qu'il y aura d'autres tentatives afin d'en mesurer l'impact...)

A 14h à Paris, Amerrika réalise 624 entrées sur 13 copies : là je ne sais pas interpréter ces quantités ?

Il faudrait savoir si ceux qui ont téléchargé le film seraient de toute façon venus le voir en salle, ou inversement si ceux là ne vont jamais au ciné et via cette diffusion ont (re)découvert l'envie d'y aller ?

Les digressions - et "corrections" - à propos de la nationalité et du contexte du film sont les bienvenus : c'est surtout parce qu'il alimente des débats et nourrit des interrogations que le cinéma est grand et beau et important et tout ci tout ça !

Autre digression : Comme dans tout pays en guerre, colonisé ou sous un joug autoritaire quelconque, les "intellos" sont les premiers éliminés, histoire que le vainqueur impose sa culture - l'Histoire est écrite par les vainqueurs, depuis toujours. Cela pour dire qu'il n'est hélas pas non plus besoin d'aller très loin pour voir des cinématographies en ruine : l'Italie n'a plus les salles que son histoire cinématographique mérite...

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7020
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » mer. 17 juin 2009 - 21:45

La chronologie des médias à toujours été un peu bousculée non?
Quand j'ai projeté Ressources Humaines de Laurent Cantet (en 2000) on a monté la copie pour le mercredi, mais elle n'était programmée qu'à compter du vendredi, car ce film était d'abord une commande d'Arte. De festival en festival, il a trouvé un distributeur qui voulait le sortir en salle, mais il était impossible par contrat qu'il soit en salle avant la diffusion télé. Il est donc sorti le 15 janvier (vérif possible sur allociné.)
Un peuplus tard, même chose avec Saraband de Bergman.
Récemment, il est arrivé la même chose avec la journée de la jupe, diff télé d'abord puis sortie en salle. J'ai pas compris le pataquès. Dans mon public, ne riez pas, il y a des gens qui n'ont pas la télé, d'autres qui sachant que le film passait à la télé mais sortait ensuite au cinéma, on boycotté la tv pour attendre de le voir su grand écran. Je trouve que les ciné n'ont pas a boycotter ces longs-métrages. Après tout, la télé nous envoie du monde, ne serait-ce que par les emisisons de promo et de critique.
Autre exemple, l'excellent Les Marchands de Sable de Salvadori est le montage long d'un téléfilm Le Détour commandé par Arte. (Four en salle, mais c'est un vrai petit film noir.)
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

Shatzee

Messages : 466
Enregistré le : sam. 26 janv. 2008 - 21:49

Message » mer. 17 juin 2009 - 23:00

HOME aussi a eu une sortie atypique.

Madison

Avatar du membre
Messages : 6387
Enregistré le : jeu. 19 mars 2009 - 22:13

Message » mer. 17 juin 2009 - 23:53

En effet... Et il parait qu'il y a pas mal de salles qui l'ont refusé, à cause justement du non respect de la chronologie habituelle de sortie d'un film... :(
" FAKE IT TILL YOU MAKE IT ! "

Malypa

Messages : 182
Enregistré le : mar. 12 août 2008 - 8:18

Message » jeu. 18 juin 2009 - 2:08

Je crois que ça dépend de quel côté de la lorgnette tu regardes le problème:

Si tu es dans un grosse salle avec des films archi-médiatisés et grandement attendus tu n'as absolument pas intérêt à ce qu'une diffusion en télévision vienne te gâcher un public potentiel sur une sortie nationale.

Par contre si ton ciné ne marche pas très fort et que tes films n'ont aucun soutien promotionnel, alors une diffusion télévisée va créer le bouche à oreille qui fera remonter les entrées sur un titre à faible potentiel.

J'ai pu constater ce phénomène dans nos salles avec "La Journée de la Jupe" et "La Belle Personne".

Mais il y a visiblement quelque chose que les gens de chez Memento n'ont pas compris:

Diffuser le film via le net (gratuitement en plus) c'est la garantie que personne n'ira payer pour le voir parce que par le biais des systèmes de partage de donnés il sera copié, visionné et revisionné jusqu'à épuisement du potentiel de spectateurs avant même la sortie en salles.

Et ne me dites pas qu'un DRM ou un Watermarking sauvera la mise, au mieux il faudra une semaine pour cracker le tout et au pire ça dégouttera une grande partie des spectateurs intéressés par le principe de la diffusion gratuite.

Quand les acteurs de notre petit monde cinématographique auront compris que la Télévision est condamnée à disparaître à long terme et que l'économie des biens numérisés n'est absolument pas contrôlable on aura fait un grand pas vers le futur des industries culturelles... (NB: peut-être même vers la fin des industries culturelles, ce qui ne veut pas dire que la culture n'existera pas et qu'on ne pourra pas en vivre)

Je pense que certains cerveaux se sont arrêtés dans les années 70... juste un peu avant l'invention de la VHS !
Je met un smiley humour ou on part sur une base saine en décrétant que tout ce que je pourrais éventuellement écrire dans la suite de ce thread sera de l'ironie cynique bon marché ?

Coeur Noir

Avatar du membre
Auteur du sujet
Messages : 3770
Enregistré le : lun. 2 mars 2009 - 10:16
Localisation : Maine et Loire - France
Contact :

Message » jeu. 18 juin 2009 - 8:22

Diffuser le film via le net (gratuitement en plus) c'est la garantie que personne n'ira payer pour le voir parce que par le biais des systèmes de partage de donnés il sera copié, visionné et revisionné jusqu'à épuisement du potentiel de spectateurs avant même la sortie en salles.

D'où la limite temporelle de l'opération - à partir du moment où un fichier numérique existe, il est potentiellement partout et en même temps, chez memento ils le savent bien aussi. Mais la tendance générale pousse à croire qu'une chose vue sur le net ne sera plus vue ailleurs/autrement... exemple de Bienvenue chez les Ch'tis comme film le plus vu en salle et le plus téléchargé illégalement en même temps : sans internet et sa part 'illégale' ce film n'aurait sans doute jamais atteint une telle fréquentation si vite ! Mais le discours officiel c'est : "à cause des vilains pirates, on n'a pas dépassé Titanic !"

Si tu es dans un grosse salle avec des films archi-médiatisés et grandement attendus tu n'as absolument pas intérêt à ce qu'une diffusion en télévision vienne te gâcher un public potentiel sur une sortie nationale.

...ou une diffusion webesque, on est d'accord, c'est aussi une question d'échelle. Amerikka ne visant pas "si haut" je me dis pourquoi pas... Je reviendrais plus tard sur la disparition de la télé : tu m'intrigues !

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7020
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » jeu. 18 juin 2009 - 10:00

En même temps, j'ai toujours l'impression que la consécration d'un buzz Internet est d'être finallement évoqué à la téloche...
Je pense que c'est une façon d'entrer dans des images d'archives et donc dans la petite histoire. Le côté multiforme du web, avec ses infos qui peuvent être corrigées ou en disparaitre l'empêchera de devenir un canal de flux du même type.
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

Malypa

Messages : 182
Enregistré le : mar. 12 août 2008 - 8:18

Message » jeu. 18 juin 2009 - 12:10

Juste un mot sur la disparition de la Télévision pour faire écho à Coeur Noir:

Ce qui fondait la force économique de la Télé c'est son caractère unilatéral.

J'entends par là que le spectateur reste passif dans son siège pendant qu'on lui transmet un ensemble de signaux sur lesquels il n'a aucune possibilité d'action, sa seule marge de manœuvre réelle pour échapper au signal consiste à éteindre le poste.

C'est pour ça que la publicité à la télévision coûte cher et rapporte beaucoup: sur un programme à fort potentiel d'audience, l'impact de notoriété pour les marques désireuses de se faire connaître est énorme et très efficace.

Aujourd'hui on en est au point ou ce qui n'est pas télévisé n'existe pas (particulièrement vrai pour le cinéma).

Certains monopoles anciens (je pense explicitement à TF1) sont en train de s'effriter à cause de la segmentation de l'offre notamment depuis l'instauration de la TNT et l'arrivée des offres Triple-Play chez les FAI.

Une mutation profonde des habitudes de consommation du public est en train de s'opérer (Internet n'y est pas pour rien), mais ça ne sera absolument pas instantané, ça prendra de nombreuses années.

L'époque des scores d'audience pharaoniens est révolue, preuve en est: TF1 fait des campagnes d'affichage public, DANS LA RUE, pour promouvoir sa chaîne, ce que je n'avais jamais vu de mon vivant.

D'où une conjecture un peu audacieuse aujourd'hui, mais qui prendra du sens au fur et à mesure du temps:

Si l'audience baisse, les recettes publicitaires baissent, sans ces recettes les chaînes n'ont aucune raison d'exister car ce ne sont pas des services publics.

Donc d'une part les chaînes vont avoir des difficultés à investir dans des programmes compétitifs vis à vis des autres sources de distraction disponibles et d'autre part les annonceurs vont essayer de se tourner vers des investissements plus variés dans ce domaine pour maintenir leur visibilité.

A terme les pratiques effectives du public seront éclatés sur plusieurs types de médias qui se concurrenceront, avec un avantage pour le plus proche de la gratuité effective et le plus interactif (Internet évidemment).

La Télévision ne sera donc plus qu'un média parmi d'autres, loin de son hégémonie actuelle sur les consciences et les porte-monnaies: c'est ce que j'appelle la disparition de la Télévision.
Je met un smiley humour ou on part sur une base saine en décrétant que tout ce que je pourrais éventuellement écrire dans la suite de ce thread sera de l'ironie cynique bon marché ?

Stéphane

Messages : 289
Enregistré le : mar. 9 déc. 2008 - 14:47

Message » jeu. 18 juin 2009 - 12:34

A 14h à Paris, Amerrika réalise 624 entrées sur 13 copies : là je ne sais pas interpréter ces quantités ?
48 spectateurs en moyenne par écran
C' est pas folichon !!!!!!mais c' est quand même mille fois mieux que ce nous avons fait en deux séances hier.

Nous verrons ce week end !!!

La journée de la jupe malgré son passage sur ARTE avait bien fonctionné chez nous.

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7020
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » jeu. 18 juin 2009 - 15:10

Propos intéressant Malypa, et je crois que ça rejoins le débat qui ont lieu ailleurs sur l'avenir des petites salles et des multiplexs.
Les gros sont en train de bouffer les petits, mais leur public, celui qui veut du gros son, des écrans toujours plus énormes, de la 3D du numérique est en recherche de sensations, de stimulations sonores et visuelles. Quelque chose que le cinéma peut apporter mais qui n'est pas son essence. Ils sont donc en concurrence avec les consoles de jeu, le web et même, les fêtes forraines!!!
Ce pourquoi l'égémonie des gros cinés (tjrs en course technologique pour avoir un temps d'avance) aurait l'avenir... de TF1... d'après moi!

Une autre part du public vient chercher au cinéma ce qu'ils ne trouvent pas ailleurs, ne me demandez pas de la définir. Ils ne compareront jamais le visionnage d'un film à un autre loisir, ne considèrent pas qu'il ne faut pas avoir vu le fil dont on a lu livre ou dont ils connaissent la fin etc.... fin du hors-sujet.
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!