Première salle Onyx Cinema LED 3D au monde!

Pascal

Auteur du sujet
Messages : 26
Enregistré le : ven. 4 mars 2011 - 12:52
Localisation : Suisse
Contact :

Première salle Onyx Cinema LED 3D au monde!

Message » ven. 23 mars 2018 - 11:26

C'est aujourd'hui qu'ouvre la première salle Onyx Cinema LED en Europe de Samsung à Zurich; et en première mondiale pour la 3D.

https://www.arena.ch/de/sihlcity/kinoin ... cinema-led

Dossier de presse en français:

https://www.arena.ch/images/sihlcity/do ... LED_fr.pdf

hortson

Messages : 400
Enregistré le : sam. 1 déc. 2007 - 15:30
Localisation : bourg les Valence Drome

Message » ven. 23 mars 2018 - 11:54

Cette fois, c'est vraiment la mort des projectionnistes, de la projection et du cinéma. L'invention des frères Lumière a vécu remplacée par des techniques froides et insipides que, personnellement, je n'apprécie pas du tout. Le cinéma a vécu et les génération futures ne sauront mème pas à quoi cela correspondait comme technique. Quant au métier, qu'à une époque ou une autre nous avons tous pratiqué avec passion, il a disparu et il va tomber dans l'oubli comme beaucoup d'autres métiers victimes de ce que l'on appelle le PROGRES...

sylpieste

Messages : 1244
Enregistré le : dim. 3 nov. 2013 - 16:11
Localisation : 31
Contact :

Message » ven. 23 mars 2018 - 12:24

Je suis dans le même état d'esprit que "Hortson".
Cela ne peut que me conforter dans mes initiatives de collectionneur et mon association pour la sauvegarde du patrimoine photo et cinéma argentique.
Il est certain que les prochaines générations ne sauront pas ce qu'a été le "CINEMA" des frères lumière ! Nous autres les collectionneurs et les passionnés, sans parler de nostalgie, nous avons du pain sur la planche pour ne pas faire oublier totalement ce qui est déjà du passé.
Projectionniste : un métier qui en a fait rêver plus d'un !
"Images d'argent" association loi 1901 (Sauvegarde du Patrimoine Photographique et Cinématographique Argentique), nous assurons le démontage et l'enlèvement de matériel pour restauration et expositions. https://www.facebook.com/imagesdargent/

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7020
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » ven. 23 mars 2018 - 12:48

Oui alors bon moi, en effet, ça ne me fait pas rêver, reste que je suis super curieux de la technique mise en oeuvre, et pas si convaincu qu'on remplace l'existant par ces dalles si vite que ça... mais surtout, arrêtons: aucun de nous n'est gardien du vrai cinéma hein. Je suis à fond pour les initiatives de préservation, et j'y participe à ma modeste mesure. Je trouve chouette qu'on puisse encore très ponctuellement voir des projections argentiques, en 16, en 35, en 70 (Eh oui, Ready Player One en 70mm aux USA!!) voire des proj nitrate, parfois (pas en France, mais ailleurs ça se fait encore.)
Mais le vrai cinéma est mort mille fois déjà! La projection qui existait juste avant la numérisation, c'était de l'argentique, ok, mais déjà plus du vrai cinéma pour certains: Parce que en polysester, parce que plus de charbon, parce que plus de double-poste, parce que en couleur, parce que sonore... Et de fait le quotidien des opérateurs était déjà à mille lieues de ce qui faisait ce métier rien que 15 ans avant. Et on peut le redire en remontant tous les 15 ans.
La salle de cinéma comme télé géante, c'est un peu triste, mais c'est dans les tuyaux depuis belle lurette, hélas. C'est notre rapport au images qui est malade, la génération qui pense "avoir vu le film" parce qu'elle a le DVD ou le BluRay, c'est déjà celle d'hier, on en n'est plus là! (alors que personne ne considère avoir vraiment "vécu" un concert ou une pièce de théâtre parce qu'il en a visionné la captation (sur un DVD ou Brd.)
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

Victoria5

Messages : 656
Enregistré le : ven. 4 sept. 2015 - 16:40

Message » ven. 23 mars 2018 - 19:12

Voir le film, c'est voir l'oeuvre, quel qu'en soit le support, non ?
Après, c'est sûr que c'est plus agréable dans de bonnes conditions techniques qu'une VHS délavée sur un LCD de 9 pouces.

FiatLuX

Avatar du membre
Messages : 367
Enregistré le : sam. 1 oct. 2011 - 15:44
Localisation : Devant ou derrière un écran...

Message » ven. 23 mars 2018 - 19:34

Je ne crois pas, on peut discuter mais la spécificité de ce medium artistique est bien que la technique fait partie de l'oeuvre....
Sinon tu en vois une représentation ( pas au sens théâtral )...par exemple peut-on considérer que tu as vu la chapelle sixtine si tu en as reçu une carte postale de ta marraine qi voyage en Italie?

Effectivement les évolutions techniques corrodent ce raisonnement, et leur révolution numérique à un point qui peut être en modifie leur essence....
Comme le disais Moss, l'absence de rigueur et de réflexion ont entraîné une confusion générale au point que la question ne se pose meme plus, ça me semble préjudiciable à la notion d'oeuvre ( que l'on peut aussi discuter )
Auparavant, la musique, le chant c'était du concert, puis tu as pu en écouter une captation sur disque, puis les studios ont évolué et les mentalités aussi, au point que maintenant la conception artistique a migré sur l'enregistrement et que le concert n'est plus une fin en soi...
Au point qu'avec les techniques numériques il y a la disparition des instruments et du chant dans certaines formes de musique...
Ca se conçoit ( par exemple je préfère la plupart des artistes contemporains de cette veine sous forme de disque, j'ai cessé d'aller à leur concerts, je m'ennuyais à mort ).
Le problème c'est que pour le cinéma je constate l'inverse, et que quelque chose a disparu qui se trouvait avant ( peut-être est-ce dans moi que ça a disparu^^)...
Aujourd'hui, Spielberg a dit que les films des plateformes VOD mériteraient certainement des Emmy, mais pas des oscars, je pense que l'on devrait l'inviter à cette discussion :)

proj

Messages : 804
Enregistré le : ven. 26 oct. 2007 - 14:37

Message » ven. 23 mars 2018 - 21:35

Pour une fois la photo de l'article est intéressante. La solution LED de Samsung a un ratio unique de 1.90.

Donc installer ça dans une salle qui était conçue pour du scope mur à mur, c'est le meilleur moyen de faire une "petite" image surtout pour les contenus 2.39 qui seront présentés avec des bandes noires en haut et en bas de l'image.

Coeur Noir

Avatar du membre
Messages : 3778
Enregistré le : lun. 2 mars 2009 - 10:16
Localisation : Maine et Loire - France
Contact :

Message » sam. 24 mars 2018 - 1:09

Concernant le ratio, puisqu'il ne s'agit plus de projection mais d'écran, c'est la « matrice » entière qu'on te met devant les yeux, soit une dalle de 4096×2160 pixels.

Et il y a fort à parier que les contraste / intensité / directivité lumineuse fassent plus facilement « disparaître » les paries non éclairées / complètement éteintes de la dalle, chose quasi impossible à obtenir sur une toile…

Je suis d'accord que ça change les forme / volume du lieu et, perso, là je vois des choses amusantes à construire ( veko ! ).

…le fondement de l'expérience cinématographique n'est pas technologique, il est social : ce sont des gens qui se retrouvent dans un lieu pour regarder un truc. Qu'il s'agisse de pellicule, de bande magnétique, ou d'un tube cathodique est secondaire.

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7020
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » sam. 24 mars 2018 - 9:22

Oui, je suis d'accord, je regrette néanmoins que chaque standard vienne enterrer celui qui les a précédé, et que le choix disparaisse. Voir des nouveaux films avec une nouvelle technologie ça me botte, mais revoir Chaplin sur une dalle de LED m'empêchera de dire "qu'importe le support." Le cinéma s'est toujours pensé comme "actuel" et "instantané" notre envie de voir et revoir, qui, méfiance, si elle est indispensable, est parfois mortifère, ne faisait pas tant partie de l'équation de départ. Mais effectivement, l'essence est sociale, le home cinéma a altéré nos rapports à l'image, mais n'a rien changé à cet aspect. Comme dit un ami opérateur, on a tous une cuisine chez soi, mais on continue d'aller au restaurant.
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

hortson

Messages : 400
Enregistré le : sam. 1 déc. 2007 - 15:30
Localisation : bourg les Valence Drome

Message » sam. 24 mars 2018 - 12:20

A la lecture de vos correspondances, je m'aperçois que deux points de vue en découlent. D'un coté la technique et le métier de projectionniste, de l'autre coté le spectacle visuel en salle. Ma réflexion sur cette technique suisse et coréenne porte uniquement sur la technique et le métier. Si, des les débuts du cinéma (1895) il n'y avait pas eu de projectionniste, PERSONNE, n'aurait jamais vu un film dans une salle. Qu'ensuite jusque vers 2012, ce métier ait évolué avec l'arrivée du xénon, des dérouleurs et la création des complexes et autres mutiplexes, j'en suis parfaitement conscient mème si, comme le dit Moss, je suis nostalgique du double poste et de la lanterne à arc. Mais ce métier a disparu avec l'arrivée du numérique car, aujourd'hui, N'IMPORTE QUI, ayant des connaissances en informatique (pas moi) peut initier une séance dans une salle de spectacle. Mais si l'avenir, c'est la suppression du flux lumineux sortant d'un hublot, alors, oui je le répète, le cinéma des Frères Lumière sera MORT et ces salles qui diffuseront des images ne devront plus annoncer,diffuser des films car l'image ne sera plus issue d'une pellicule.

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7020
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » sam. 24 mars 2018 - 15:11

J'entends votre point de vue, reste que, si nous sommes quelque uns à vraiment avoir rêvé de ce métier, pour beaucoup de gens, n'importe qui pouvait déjà lancer un film. C'est un métier au fond peu qualifié, qui ne fait pas l'objet d'une formation et d'un diplôme dans tous les pays. Au début du cinéma, ce n'était pas "noble" bien que les Frères Lumière aient été des notables de l'industrie... c'était un truc de forains, de prolo.
Quant à la pellicule, elle est n'est déjà plus là. Ce qui ne me réjouit pas du tout, je le redis, mon problème, c'est le monopole.
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

Coeur Noir

Avatar du membre
Messages : 3778
Enregistré le : lun. 2 mars 2009 - 10:16
Localisation : Maine et Loire - France
Contact :

Message » sam. 24 mars 2018 - 21:04

…ok… a-t-on fait du cinéma avec de la pellicule par choix ? Non. Ça s'est fait comme ça parce que c'est avec ça qu'on arrivait à atteindre un but : exploiter des films en salle devant du public. C'est techniquement ce qu'on avait de moins pire ou de mieux sous le coude.

Est-ce que la pellicule a complètement disparu ? Non certains font le choix de l'utiliser au tournage. Comme certains font le choix de presser des vynils pour leurs albums… le cinéma n'est pas mort sous prétexte que la pellicule a disparu de l'exploitation.

Pas sûr que Chaplin serait malheureux de re-découvrir ses films sur ces nouveaux écrans, parce que pour lui le film c'est probablement ce qui a lieu devant les yeux et dans la tête des spectateurs… et pas nécessairement tout le bazar nécessaire pour arriver à ce « happening » qu'est la séance de cinéma.

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7020
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » sam. 24 mars 2018 - 21:19

Je cite à dessein justement le mec totalement accompli dans le cinéma dit muet, qui a tout de suite vu le problème d'un cinéma devenant "sonore."
Mais qu'importe, quand je parle de monopole et de pellicule, je ne parle pas de tournage, car oui tu as raison. Oui on presse encore des vinyles, et on peut encore enregistrer la musique de diverses manières... mais surtout, on peut encore choisir d'écouter ça plutôt que des mp3, c'est ça le souci.
Pour changer de métaphore, les écrivains peuvent se lâcher à la plume, au stylo, au crayon ou un clavier. Mais au final, toi tu as encore le choix de lire un livre imprimé ou un e-book :D
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

FiatLuX

Avatar du membre
Messages : 367
Enregistré le : sam. 1 oct. 2011 - 15:44
Localisation : Devant ou derrière un écran...

Message » sam. 24 mars 2018 - 22:10

…ok… a-t-on fait du cinéma avec de la pellicule par choix ? Non. Ça s'est fait comme ça parce que c'est avec ça qu'on arrivait à atteindre un but : exploiter des films en salle devant du public. C'est techniquement ce qu'on avait de moins pire ou de mieux sous le coude.
je pense que ça se discute, en particulier la notion de choix, la filiation technique avec la photo me paraît évidente .La recherche chimique des émulsions pourrait quand même laisser penser que s'il n'y a pas choix au départ, il y a adoption.

Je crois que l'imprécision du mot cinéma ajoute à la confusion, c'est une notion protéiforme ( expérience de spectateur, prise de vue, projection, séance, art, lieu, secteur économique...) , et des sens qui ne sont pas forcément superposables.
…le fondement de l'expérience cinématographique n'est pas technologique, il est social : ce sont des gens qui se retrouvent dans un lieu pour regarder un truc. Qu'il s'agisse de pellicule, de bande magnétique, ou d'un tube cathodique est secondaire
Oui je suis bien d'accord que la vraie invention des Frères Lumière c'est la séance de cinéma, et que ce n'est pas technique, mais même si cette notion prédomine, je ne suis pas certain qu'elle englobe la totalité de l'essence du mot. Après je ne sais pas, par exemple des images récentes de gens assis dans la même salle individuellement équipés de lunettes VR représentent-ils le même concept, en tout cas ils correspondent à ta définition.

Peut-être qu'une modification ayant trait la nature même de l'image,produite et diffusée, a un impact sur la nature d'une oeuvre cinématographique .
Et aussi sur la façon dont elle est pensée et construite.
Je pense que nous ne sommes conscients que d'une petite partie de ce que nous percevons.
Je crois ( je pense avoir expérimenté ) à l'essence de la projection comme geste et comme expérience de perception.
L'évacuation complète de la notion de support et de mode de diffusion me semble un peu simpliste ( même si je reconnais cet état de fait, je le déplore ).

Le fait de décorréler projection et cinéma peut-il n'avoir aucun impact sur la nature de la séance ( outre le fait qu'il faudra créer le forum du site essuyeur_ de_dalles_led.com :) )?

Après je me sens très proches des propos de Moss, et je suis très curieux de cette technologie, et tout près à lui reconnaître un tas de mérites et de potentialités nouvelles, mais même dans le dossier de presse on sent qu'elle ne se pose pas en alternative à la projection, mais bien en remplacement de celle-ci. I've seen the Future of Cinema :?
Or je pense que l'on pourrait prendre le temps de réfléchir à savoir si c'est bien la même chose.
C'est ce côté totalitaire lié au mode économique à la winner takes it all que l'on pare souvent des atours du progrès qui aurait tendance à m'effrayer.

Très concrètement, je fais un peu de projection plein-air, et depuis quelques temps, on me demande parfois de projeter en plein jour, ce qui est impossible en cinéma et D-cinema, et donc on me demande du mur de led. Je suis allé voir ce que ça donne, et ça ne m'intéresse pas du tout, ce n'est pas du tout la même chose en fait.
Pas sûr que Chaplin serait malheureux de re-découvrir ses films sur ces nouveaux écrans, parce que pour lui le film c'est probablement ce qui a lieu devant les yeux et dans la tête des spectateurs… et pas nécessairement tout le bazar nécessaire pour arriver à ce « happening » qu'est la séance de cinéma.
pour faire simple mon interrogation se situe dans le fait de savoir si'il n'y a pas un lien direct entre les deux.

Coeur Noir

Avatar du membre
Messages : 3778
Enregistré le : lun. 2 mars 2009 - 10:16
Localisation : Maine et Loire - France
Contact :

Message » dim. 25 mars 2018 - 0:24

FiatLuX a écrit :par exemple des images récentes de gens assis dans la même salle individuellement équipés de lunettes VR représentent-ils le même concept, en tout cas ils correspondent à ta définition.
Non car ils ne regardent pas la même chose en même temps, pour moi ça n'est vraiment pas la même cérémonie ou le même rituel qu'une séance de cinéma ( ou aller au théâtre ou à un concert ) qui impliquent de recevoir ensemble un même instant. Dans le cinéma VR - pour ce que j'en comprends car pas expérimenté - on met dans la même pièce des individus dans l'ignorance des autres, et chacun promène son regard dans le « film » proposé, indépendamment des autres. Cette expérience là est le contraire du cinéma pour moi et je ne comprends pas l'intérêt de tel lieu.
Par contre pour des jeux en VR à plusieurs, là y a peut-être une cérémonie à inventer, puisqu'on est là dans plusieurs niveaux d'interaction entre jeu, joueurs et éventuellement lieu…

FiatLuX a écrit :Peut-être qu'une modification ayant trait à la nature même de l'image, produite et diffusée, a un impact sur la nature d'une œuvre cinématographique . Et aussi sur la façon dont elle est pensée et construite (…) L'évacuation complète de la notion de support et de mode de diffusion me semble un peu simpliste ( même si je reconnais cet état de fait, je le déplore ).

Le fait de décorréler projection et cinéma peut-il n'avoir aucun impact sur la nature de la séance ( outre le fait qu'il faudra créer le forum du site essuyeur_ de_dalles_led.com :) )?

Le cinéma n'est jamais qu'un procédé mécanique permettant la re-production, la re-présentation à l'identique d'une œuvre.
L'œuvre c'est des gens qui ont écrit, organisé, composé, joué, décoré, arrangé, mis en scène, mis en image… des idées, histoires, témoignages, créations d'esprit, en utilisant les techniques dont ils disposent au moment où ils « créent ».
La représentation c'est le moment où l'œuvre est transmise aux spectateurs, là aussi en utilisant les techniques du moment afin de retranscrire au mieux ce qui a été fait par les gens qui ont œuvré.

Alors caricature bien sûr quand on sait qu'au final l'œuvre sera rendue sur un écran en 4/3 en noir et blanc on ne travaille pas de la même manière que si ça doit être vu en scope très grand avec du gros son.

Mais cette recherche d’adéquation n'a rien de spécifique au cinéma, c'est le taff dans tous les arts du spectacle.
Le « langage cinématographique » quant à lui ne tient pas non plus spécialement au support de la reproduction mais davantage aux conditions finales de la représentation.
Reste qu'on peut volontiers associer une esthétique au support filmique, là d'accord. Aux artistes et techniciens de trouver les moyens de conserver, retranscrire cette esthétique ou d'en inventer d'autres… mais les nouvelles technologies n'empêchent pas la créativité, ni le respect de l'ancien, à condition d'avoir le temps…
Caricature encore : si on veut un dessin animé papier crayon peinture cellulo, on peut toujours, rien n'oblige à l'image générée par ordi…

FiatLuX a écrit :C'est ce côté totalitaire lié au mode économique à la winner takes it all que l'on pare souvent des atours du progrès qui aurait tendance à m'effrayer.
Là malheureusement je ne peux que partager cette crainte - quoi que le monde de l'exploitation est trèèèès conservateur ou limité par le porte-monnaie ;-)

FiatLuX a écrit :pour faire simple mon interrogation se situe dans le fait de savoir s'il n'y a pas un lien direct entre les deux.

Il y a des liens, c'est sûr, mais ces liens ( pour moi en tout cas ) sont des constructions culturelles, historiques, par la force des habitudes, par l'acquis de l'expérience… Rien de définitif ou d'indépassable en quelque sorte.

Certaines « expériences » technologiques suscitent chez moi bien moins d'enthousiasme : la 3D, le HFR… tout comme les écrans à balayage 100/120Hz m'insupportent : je trouve ça super moche comme rendu, probablement par très grande habitude du 24 images par seconde… mais c'est comme ça que la plupart des gens regardent des films chez eux maintenant.