Le cinéma numérique 4K d'après Sony

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7038
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Re: Le cinéma numérique 4K d'après Sony

Message » ven. 11 mai 2012 - 21:26

Ah oui, je comprends. Plus de mouvement du film à cacher (escamotage) donc une obtu en moins, donc...persistance rétinienne.
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

jojojo850

Avatar du membre
Messages : 757
Enregistré le : jeu. 13 mai 2010 - 15:31

Message » sam. 12 mai 2012 - 0:34

Mais cette deuxième obturation n'a pas été créée pour le plaisir en 35mm mais pour une histoire de scintillement. Alors pourquoi on n'en a pas besoin en numérique?

darklover

Avatar du membre
Messages : 805
Enregistré le : mar. 11 mai 2010 - 13:33
Localisation : Paris

Message » sam. 12 mai 2012 - 6:47

bonjour jojojo,
l'obturation en 35 est au départ faite pour masquer la descente de l'image, puis une deuxième pour éviter effectivement le scintillement.
En numérique il n'y a pas de mouvement mécanique. et en projection dite 2D il n'y a rien à masquer. l'image suivante rafraîchie sa précédente.

jojojo850

Avatar du membre
Messages : 757
Enregistré le : jeu. 13 mai 2010 - 15:31

Message » sam. 12 mai 2012 - 9:57

Ah je crois que je viens de comprendre en voulant poser une autre question pour avoir plus de précisions.

En fait le phénomène de scintillement apparaissait à cause de l'obturation "d'escamotage" nécessaire.
Là comme il n'y a pas du tout d'obturation, il n'y a pas de scintillement.

Merci Darklover.

Coeur Noir

Avatar du membre
Messages : 3826
Enregistré le : lun. 2 mars 2009 - 10:16
Localisation : Maine et Loire - France
Contact :

Message » sam. 12 mai 2012 - 12:08

Roger CANTO a écrit :
Coeur Noir a écrit :Pourtant c'est bien la réponse : en num' le temps de présence à l'écran d'une image est bien plus long qu'en 35mm, donc le cerveau l'enregistre mieux et la différence avec l'image suivante/précédente est d'autant plus flagrante...

Le principe même du cinéma est lié à la rémanence rétinienne qui rend les temps d'obturations invisibles... Le cerveau perçoit donc rigoureusement la même chose en numérique et en 35 mm car le passage d'une pale d'obturateur n'est pas perçu. On ne peut donc pas affirmer que le temps de présence est plus long en numérique qu'en 35mm.
Ce sont deux choses différentes, Canto : la rémanence rétinienne est le temps où l'image reste "imprimée" dans ta rétine une fois qu'elle a disparu de l'écran (Cette rémanence a d'ailleurs une durée variable fonction du temps d'exposition de la rétine et du contraste : pour le vérifier fixe une image fortement contrastée plusieurs minutes puis pose ton regard vers un espace clair et dégagé...)

Donc non ni l'oeil ni le cerveau ne perçoivent la même chose en 35 et en num' : l'image "tient" plus longtemps à l'écran et le flux lumineux est ininterrompu (ce qui explique aussi pourquoi à puissance de xenon égale, la proj num' est + lumineuse)

Yannick

Avatar du membre
Messages : 4042
Enregistré le : mer. 22 sept. 2010 - 16:17
Contact :

Message » sam. 12 mai 2012 - 12:49

Est ce que ça ne pourrait pas expliquer pourquoi, sur un même film, on a davantage une impression de fluidité en 35mm qu'en num ?
Image

Hobby : visiter les cabines ♥

En recherche d'emploi.
CV ICI LIEN CLIQUABLE

sissi

Messages : 816
Enregistré le : sam. 30 janv. 2010 - 10:45

Message » sam. 12 mai 2012 - 13:17

Coeur Noir a écrit :- 24 ips = ça fait cinéma = c'est culturel. C'est forgé par l'habitude et quasi un siècle à cette cadence. Ce n'est ni une vérité ni un mensonge, c'est un usage, une tradition. On peut aller au delà et en dessous. En dessous on rend visible la décomposition du mouvement - et ça peut signifier quelquechose. Au delà on a l'impression de gagner en fluidité et réalisme - et ça immerge autrement. (Pour l'instant, mais dans un siècle forgé de nouvelles habitudes le 100 ips nous paraîtra saccadé ?)

Je pense que Coeur Noir a mis le doigt dessus: on est tout simplement habitué à cette cadence typique de la projection cinéma.
Perso, j'ai jamais vu de projection à une cadence supérieure (le 25is possible avec certains projecteurs, ça compte pas, pas assez de différence), alors j'attends de voir.

Je sais plus si c'est ici, il me semble avoir lu quelque part que l'alternance image/noir provoque une espèce de début d'hypnose, un état de transe légère, qui ferait partie intégrante de l'expérience "film au cinéma"... qu'on perdra peut-être à 60is.

Roger CANTO a écrit :
MOSS a écrit :... un léger mouvement de panoramique au tout début m'est apparu saccadé en num, et pas du tout en 35... J'aurais misé gros sur l'inverse.

Moi aussi !... Cela ne me paraît pas logique

Bah, pareil...
Du coup, même question que Yannick...

Roger CANTO

Avatar du membre
Auteur du sujet
Messages : 1015
Enregistré le : mer. 11 août 2010 - 12:01
Localisation : Var

Message » sam. 12 mai 2012 - 13:52

Coeur Noir a écrit :: la rémanence rétinienne est le temps où l'image reste "imprimée" dans ta rétine une fois qu'elle a disparu de l'écran...

Ce phénomène est provoqué par une réaction chimique lié à la rhodopsine (parfois appelée "pourpre rétinien") qui se trouve dans les cellules sensibles de la rétine... Lorsque cette substance reçoit un photon d'énergie appropriée ( 50 à 400 nm environ), elle subit une transformation chimique qui engendre un influx nerveux dans les cellules visuelles (surtout les bâtonnets, plus sensibles à la lumière que les cônes). C'est le temps que met cette réaction chimique pour se produire qui explique la persistance de l'image sur le rétine.
Coeur Noir a écrit :Cette rémanence a d'ailleurs une durée variable fonction du temps d'exposition de la rétine et du contraste...

La durée de la rémanence dépend aussi de l'intensité lumineuse et n'est pas la même sur toute la surface de la rétine. Elle est moins longue sur la partie périphérique (c'est pour cela qu'un scintillement apparaît lorsqu'on est très près de l'écran).

Coeur Noir a écrit :... pour le vérifier fixe une image fortement contrastée plusieurs minutes puis pose ton regard vers un espace clair et dégagé.

C'est une autre cause, indépendante de la rémanence rétinienne, qui est la l'origine de l'image en négatif que l'on peut voir dans ce cas... Ce phénomène est du à une détérioration partielle de la rhodopsine des bâtonnets (heureusement, celle-ci se reconstitue au bout d'un certain temps, plus ou moins long).
On peut d'ailleurs remarquer que si on fixe longtemps une image colorée, c'est une image en couleurs complémentaires qui persiste ensuite.

Roger CANTO

Avatar du membre
Auteur du sujet
Messages : 1015
Enregistré le : mer. 11 août 2010 - 12:01
Localisation : Var

Message » sam. 12 mai 2012 - 14:15

Yannick a écrit :Est ce que ça ne pourrait pas expliquer pourquoi, sur un même film, on a davantage une impression de fluidité en 35mm qu'en num ?

Je ne crois pas, parce que c'est parfois l'impression inverse que l'on a (davantage de fluidité en numérique qu'en 35mm)... Cela dépend des films.
À mon avis c'est le matériel qui a été servi à numériser l'original 35 qui est parfois responsable de cette diminution de fluidité en numérique.

On peut d'ailleurs remarquer que les films qui ont été tournés avec des caméras numériques présentent tous une fluidité remarquable.

Coeur Noir

Avatar du membre
Messages : 3826
Enregistré le : lun. 2 mars 2009 - 10:16
Localisation : Maine et Loire - France
Contact :

Message » dim. 13 mai 2012 - 18:05

Roger CANTO a écrit :C'est une autre cause, indépendante de la rémanence rétinienne, qui est la l'origine de l'image en négatif que l'on peut voir dans ce cas... Ce phénomène est du à une détérioration partielle de la rhodopsine des bâtonnets (heureusement, celle-ci se reconstitue au bout d'un certain temps, plus ou moins long). On peut d'ailleurs remarquer que si on fixe longtemps une image colorée, c'est une image en couleurs complémentaires qui persiste ensuite.
Ah bah merci pour cette ...mise au point, j'étais justement en train de chercher l'origine de l'inversion des couleurs.

Yannick

Avatar du membre
Messages : 4042
Enregistré le : mer. 22 sept. 2010 - 16:17
Contact :

Message » lun. 14 mai 2012 - 11:05

Pourtant, même si elle est très brève, il y a bien la phase de "reset" préalable au changement de mode pour les microimiroirs, non ? 776792 Alors, ok, l'obturation ne se fait plus à l'échelle de l'image, mais de la ligne, mais ça en reste une stricto sensu, non ?

Ok, je sors.
Image

Hobby : visiter les cabines ♥

En recherche d'emploi.
CV ICI LIEN CLIQUABLE