Le cinéma numérique 4K d'après Sony

Yannick

Avatar du membre
Messages : 4042
Enregistré le : mer. 22 sept. 2010 - 16:17
Contact :

Re: Le cinéma numérique 4K d'après Sony

Message » jeu. 10 mai 2012 - 8:03

En gros, si je comprends bien, vous reprochez au HFR de faire une image si bonne que le mécanisme de l'Uncanny Valley se met en route, c'est bien ça ?
Image

Hobby : visiter les cabines ♥

En recherche d'emploi.
CV ICI LIEN CLIQUABLE

darklover

Avatar du membre
Messages : 805
Enregistré le : mar. 11 mai 2010 - 13:33
Localisation : Paris

Message » jeu. 10 mai 2012 - 9:02

Bonjour Yannick,
Pas forcement des reproches, mais non adapté (à mon avis) à la fiction.
Parfait pour les docs, concerts, films d'attraction....
Si on prend l'exemple des TV qui ajoute des images intermédiaires (TV dite 200Hz, ou équivalent), et bien je trouve le mouvement dérangeant dans les films dit "cinema": c'est trop fluide.

grolem

Messages : 3032
Enregistré le : ven. 29 mai 2009 - 1:35
Localisation : En t
Contact :

Message » jeu. 10 mai 2012 - 9:38

darklover a écrit :Bonjour Yannick,
Pas forcement des reproches, mais non adapté (à mon avis) à la fiction.
Parfait pour les docs, concerts, films d'attraction....
Si on prend l'exemple des TV qui ajoute des images intermédiaires (TV dite 200Hz, ou équivalent), et bien je trouve le mouvement dérangeant dans les films dit "cinema": c'est trop fluide.


Peut-être que le HFR - et plus généralement une plus haute fréquence d'image que 24/secondes, que ce soit en 2D ou 3D - est comme la 3D : cela demande à construire le film avec, et ce n'est pas qu'une "surcouche à soupoudrer sans talent" sur un film tourné en 24 i/s ?
La justice, c’est comme la Sainte Vierge, si on la voit pas de temps en temps, le doute s’installe.

darklover

Avatar du membre
Messages : 805
Enregistré le : mar. 11 mai 2010 - 13:33
Localisation : Paris

Message » jeu. 10 mai 2012 - 10:50

sans doute Grolem, à suivre ....

Coeur Noir

Avatar du membre
Messages : 3792
Enregistré le : lun. 2 mars 2009 - 10:16
Localisation : Maine et Loire - France
Contact :

Message » jeu. 10 mai 2012 - 14:09

Non mais faut vraiment qu'on m'explique - c'est l'âge, à mi-vie on commence à perdre définitivement des neurones :

- concept de l'uncanny valley appliqué au cinéma : le rejet décrit par ce concept se développe avec l'interactivité et tient davantage à la peur de la substitution de l'homme par la machine (abandon du pouvoir), la perte du sentiment d'être unique (sentiment religieux), ou le rappel constant de notre mortalité (en opposition à l'invulnérabilité technologique "prétendue"). Le cinéma n'est pas une relation interactive, il est circonscrit à un lieu et n'a pas vocation à remplacer une autre activité humaine. Le cinéma c'est juste une mécanisation figée de la re-présentation...

- le 24 ips s'est mis en place pour faciliter la restitution sonore à partir des pistes optiques analogiques : à défilement de 456mm par seconde on obtient une bande passante potable. On aurait pu aller au delà mais ça devenait trop coûteux en pelloch' - c'est tout ! L'argument c'est l'économiquement suffisant pas l'amélioration de l'image cinématographique, car on sait depuis Marey et Muybridge qu'une meilleure reproduction du mouvement nécessite un plus grand nombre d'images...

- 24 ips = ça fait cinéma = c'est culturel. C'est forgé par l'habitude et quasi un siècle à cette cadence. Ce n'est ni une vérité ni un mensonge, c'est un usage, une tradition. On peut aller au delà et en dessous. En dessous on rend visible la décomposition du mouvement - et ça peut signifier quelquechose. Au delà on a l'impression de gagner en fluidité et réalisme - et ça immerge autrement. (Pour l'instant, mais dans un siècle forgé de nouvelles habitudes le 100 ips nous paraîtra saccadé ?)

On a aujourd'hui la possibilité de tester ces diverses manières, tant mieux, allons-y ! Espérons que survivent les plus "signifiantes"...

L'idéal serait que la cadence varie au cours d'un même film, en fonction des besoins de la scène : 24 ips ou moins pour les scènes "statiques", 48, 60 ou + ips dans les scènes plus complexes (sans parler de travelling, essayer simplement de filmer l'onde du vent sur un champ de blé à 24 ips...)

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7029
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » jeu. 10 mai 2012 - 15:14

Coeur Noir a écrit :L'idéal serait que la cadence varie au cours d'un même film

Voilà, ça c'est l'exemple typique su truc possible à faire finger in ze nose en proj numérique qui aurait été un cauchemar technique en 35 mm - si l'idée avait déjà assaillit quelqu'un.
Je valide cette folie! Maintenant, j'ai envie de voir ça.

P*t#*n Coeur Noir, lâche ton blog et ce forum, attrape une caméra steuplait ça va être bien!

A ma grande surprise, j'ai projeté les Adieux à la Reine en numérique dans cinéma, puis en 35 dans un autre, et un léger mouvement de panoramique au tout début m'est apparu saccadé en num, et pas du tout en 35... J'aurais misé gros sur l'inverse.
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

Roger CANTO

Avatar du membre
Auteur du sujet
Messages : 1015
Enregistré le : mer. 11 août 2010 - 12:01
Localisation : Var

Message » jeu. 10 mai 2012 - 15:38

MOSS a écrit :... un léger mouvement de panoramique au tout début m'est apparu saccadé en num, et pas du tout en 35... J'aurais misé gros sur l'inverse.

Moi aussi !... Cela ne me paraît pas logique

victoria18

Messages : 710
Enregistré le : sam. 31 juil. 2010 - 18:17

Message » jeu. 10 mai 2012 - 17:03

La double obturation en 35 ?

Roger CANTO

Avatar du membre
Auteur du sujet
Messages : 1015
Enregistré le : mer. 11 août 2010 - 12:01
Localisation : Var

Message » jeu. 10 mai 2012 - 18:28

victoria18 a écrit :La double obturation en 35 ?

Oui, mais deux fois sur la même image !

quetzal

Avatar du membre
Messages : 418
Enregistré le : ven. 18 avr. 2008 - 18:36

Message » jeu. 10 mai 2012 - 18:58

MOSS a écrit :
Coeur Noir a écrit :L'idéal serait que la cadence varie au cours d'un même film

Voilà, ça c'est l'exemple typique su truc possible à faire finger in ze nose en proj numérique qui aurait été un cauchemar technique en 35 mm - si l'idée avait déjà assaillit quelqu'un.
Je valide cette folie! Maintenant, j'ai envie de voir ça.

Je comprend pas réellement l'intérêt (oui, il y a beaucoup de chose que je ne comprend pas), à part pour une performance technique uniquement tournée vers les cinéphiles très avertis. Je pense qu'à partir du moment où la technique permet de quasi nous affranchir de la décomposition du mouvement afin de gagner en fluidité, en clarté, voir même en réalisme (ou plutôt en cohérence), elle est plutôt souhaitable. Comme le disait Coeur Noir, notre perception du mouvement cinématographique a été formée par près d'un siècle de 24 image/seconde, il faudra un petit moment pour s'habituer à voir tourner les roues des voitures dans le sens de la marche de celles-ci, ça ne va pas révolutionner le cinéma pour autant. :mrgreen:
"Etre de gauche ou être de droite, c'est choisir une des innombrables manières qui s'offrent à l'homme d'être un imbécile. Toutes les deux, en effet, sont des formes d'hémiplégie morale" José Ortega y Gasset.

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7029
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » jeu. 10 mai 2012 - 22:45

Boarf, je ne suis pas vraiment sur de l'intérêt non plus. Mais quand même... Ces trucs là, on en fait quelque chose ou pas. Dans tel film, tous les plans suggestif de tel personnage sont tournés en super 8. Dans tel autre, les flash backs sont en noir et blanc (et pas le reste.) Ou encore des flashback en scope et le reste en 1,85. On s'en fout, on peut ne pas le voir. Mais notre cerveau perçoit des trucs malgré nous. Une fréquence sur-réelle, une fluidité en hausse ou en baisse, je suis sur qu'on peut lui donner un sens. Le style c'est beaucoup des choix de rendus. Mais tu as raison, si on invente un nouveau signe de ponctuation, ça ne révolutionne en effet pas la grammaire.
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

Coeur Noir

Avatar du membre
Messages : 3792
Enregistré le : lun. 2 mars 2009 - 10:16
Localisation : Maine et Loire - France
Contact :

Message » ven. 11 mai 2012 - 18:03

Roger CANTO a écrit :
victoria18 a écrit :La double obturation en 35 ?

Oui, mais deux fois sur la même image !
Pourtant c'est bien la réponse : en num' le temps de présence à l'écran d'une image est bien plus long qu'en 35mm, donc le cerveau l'enregistre mieux et la différence avec l'image suivante/précédente est d'autant plus flagrante...

(d'où l'on pourrait dire que le 35 mm proposait déjà une forme de 48 ips et que celle-ci devrait donc être un minimum en num'...)

Yannick

Avatar du membre
Messages : 4042
Enregistré le : mer. 22 sept. 2010 - 16:17
Contact :

Message » ven. 11 mai 2012 - 19:03

Bien plus long ? De combien ? 776792
Image

Hobby : visiter les cabines ♥

En recherche d'emploi.
CV ICI LIEN CLIQUABLE

Roger CANTO

Avatar du membre
Auteur du sujet
Messages : 1015
Enregistré le : mer. 11 août 2010 - 12:01
Localisation : Var

Message » ven. 11 mai 2012 - 20:27

Coeur Noir a écrit :Pourtant c'est bien la réponse : en num' le temps de présence à l'écran d'une image est bien plus long qu'en 35mm, donc le cerveau l'enregistre mieux et la différence avec l'image suivante/précédente est d'autant plus flagrante...

Le principe même du cinéma est lié à la rémanence rétinienne qui rend les temps d'obturations invisibles... Le cerveau perçoit donc rigoureusement la même chose en numérique et en 35 mm car le passage d'une pale d'obturateur n'est pas perçu. On ne peut donc pas affirmer que le temps de présence est plus long en numérique qu'en 35mm.

darklover

Avatar du membre
Messages : 805
Enregistré le : mar. 11 mai 2010 - 13:33
Localisation : Paris

Message » ven. 11 mai 2012 - 20:34

on pourrait rajouter qu'en 35mm l'image est "flashée" 2 fois de (1/96 sec) intercallé par un noir (obturation) de la meme durée.... puis noir d'escamotage....
En num une image chasse l'autre. l'image est donc projetée sans interuption pendant 1/24 sec. (pour la 2D uniquement)