les KDMs

Madison

Avatar du membre
Auteur du sujet
Messages : 6387
Enregistré le : jeu. 19 mars 2009 - 22:13

les KDMs

Message » mar. 9 juin 2009 - 12:43

Je me pose certaines questions sur les KDMs ( Key Delivery Messages ), je m'adresse plus particulièrement à notre collègue Grolem, car il travaille dans la partie, mais toutes les remarques sont les bienvenues :

- Est-il vrai que les labos facturent chaque KDM au distributeur ? Parfois, on peut en recevoir beaucoup, pour un même film, avec des toutes petites " fenêtres " d'autorisation de projection : par exemple, 4 heures un matin pour une répétition + 4 heures pour le jour de l'avant-première + plusieurs semaines ensuite pour l'exploitation, mais pour chaque serveur... Cela en fait beaucoup...

- Est-ce que c'est une manipulation longue à faire pour un labo de générer un KDM ?

- Quand on " ouvre " un KDM pour lire son contenu ( sur ordinateur Mac ou PC ), il est très difficile d'aller repêcher dans tout ce texte informatique incompréhensible pour un humain normal, les infos qu'on voudrait vérifier : le titre du film, la version ( FR XX, EN FR ou EN XX ), le numéro du serveur sur lequel le KDM est valable, les dates et heures...
En ce qui concerne le numéro du serveur, parfois il apparaît tel quel, parfois c'est une sorte de " numéro codé " mais ça marche quand même, dans ma salle on a réussi à établir une correspondance entre nos vrais n° de serveurs et les n° codés...
Bref tout ça est bien compliqué, donc ma question est :
Amis des laboratoires, serait-il faisable pour vous d'écrire en toutes lettres, sur la première ligne du KDM, le titre du film, sa version, le numéro du serveur ( en clair ) et les dates de validité ? Ou alors est-ce que cela perturberait la lecture du KDM par le serveur ?

- Autre question : dès fois le KDM ne fonctionne pas, on ne peut pas lire le film...
Avec l'expérience que nous avons dans ma salle, on a établi une liste de cas possibles, pour nous aider à faire les diagnostiques plus vite, connaissez-vous d'autres cas que ceux que je vais énumérer ici ? :
1/ le KDM n'est pas valable pour le serveur en question ( parce qu'on en a changé récemment par exemple, ou bien parce qu'il y a une erreur et le KDM est valable pour une autre salle du même site )
2/ les dates sont " périmées " ou alors elles sont " futures "
3/ on n'a pas " dézipé " le KDM ( transformé .zzz en .zip ) et le serveur ne peut pas le lire, il ne le reconnaît pas... ( sur le Dorémi, il faut même aller plus loin, car il ne lit pas non plus les .zip, il faut lui donner les fichiers .xml tous nus ).
4/ le KDM n'est pas pour la bonne version : on a une version FR XX ( française sans sous-titres ) et le KDM s'applique à la version EN FR ( anglaise avec sous-titres français )
5/ le KDM est bien valable pour la version qu'on a, mais on n'a pas chargé le " package " ( fichier complémentaire ) dans le serveur, or le KDM ne s'applique que sur le " package ", quand il y en a un...
6/ la clé USB est saturée, ou fatiguée parce qu'on l'a trop utilisée pour transporter nos KDMs, il faut essayer avec une autre !

Ce serait intéressant de confronter nos expériences, je ne sais pas si ceux parmi vous qui bossent avec du numérique ont déjà, comme nous, essuyé de grands moments d'énervement avec les KDMs :evil: ...
" FAKE IT TILL YOU MAKE IT ! "

grolem

Messages : 3032
Enregistré le : ven. 29 mai 2009 - 1:35
Localisation : En t
Contact :

Message » mar. 9 juin 2009 - 19:25

Madison a écrit :Je me pose certaines questions sur les KDMs ( Key Delivery Messages ), je m'adresse plus particulièrement à notre collègue Grolem, car il travaille dans la partie, mais toutes les remarques sont les bienvenues :

Dis donc, t'es sympa toi ! Quand tu te poses certaines questions, faut se préparer à écrire une thèse pour y répondre :)

- Est-il vrai que les labos facturent chaque KDM au distributeur ?

D'après ce que je vois, oui dans la plupart des cas. Parfois, non, quand c'est groupé avec la fourniture d'un service (genre l'acheminement des copies ou ce genre de truc).

J'ai cru comprendre que ça "coûtait" dans les 5 ou 10 ou 15 euros (ne sais plus trop), par KDM... mais n'en suis vraiment pas sûr. Je demanderai.

Parfois, on peut en recevoir beaucoup, pour un même film, avec des toutes petites " fenêtres " d'autorisation de projection : par exemple, 4 heures un matin pour une répétition + 4 heures pour le jour de l'avant-première + plusieurs semaines ensuite pour l'exploitation, mais pour chaque serveur... Cela en fait beaucoup...

Bah... tt cela dépends de deux choses :
* d'un truc immuable que tous doivent respecter : 1 KDM est associé à 1 (et un seul) serveur (media block en fait) et 1 et une seule CPL (CPL = version du film la plupart du temps, genre FR ou EN, ...) et une période de temps contigue donnée (et une seule).
* de la volonté de la programmation

Du coup, pour 1 version de DCP - 1 CPL (exemple : le film X version FR), et pour 3 serveurs, il te faut 3 KDM (1 pour chaque serveur) pour une période de temps donnée.

Actuellement, souvent, les distributeurs sont pragmatiques : ils font distribuer des KDMs pour tout les serveurs d'un complexe. En revanche, sur la date de validité des KDMs, c'est vraiment fonction de la programmation... donc négociation exploitant/distributeur - y'a donc pas de règle absolue...

- Est-ce que c'est une manipulation longue à faire pour un labo de générer un KDM ?

Pour qui dispose des moyens (machines) et des infos (base de certificat), l'opération de génération d'un KDM pour 1 serveur prends... allez, 3 secondes ...

Ce qui est plus long, c'est de comprendre la demande du distro, tenir ses bases de certificats à jours, et clicker 500 fois sur des boutons... Mais pour qui dispose d'un peul d'huile de coude et des bons outils, c'est - hormis le point "compréhension de la demande", assez trivial.

Reste ensuite à acheminer.
- Quand on " ouvre " un KDM pour lire son contenu ( sur ordinateur Mac ou PC ), il est très difficile d'aller repêcher dans tout ce texte informatique incompréhensible pour un humain normal, les infos qu'on voudrait vérifier : le titre du film, la version ( FR XX, EN FR ou EN XX ), le numéro du serveur sur lequel le KDM est valable, les dates et heures...

On appelle cela du XML - prévu spécialement pour ne pas être lisible par un humain diront les mauvaises langues... Ceci dit, seules certaines infos sont utiles pour l'être humain, comme nous allons le voir plus bas.

En ce qui concerne le numéro du serveur, parfois il apparaît tel quel, parfois c'est une sorte de " numéro codé " mais ça marche quand même, dans ma salle on a réussi à établir une correspondance entre nos vrais n° de serveurs et les n° codés...

Dans un KDM, tu as les champs suivants qui sont intéressants :
* MessageType : pour t'assurer que c'est bien un KDM dont on parle
* AnnotationText : si le labo est sympa, un petit message descriptif - mais ne pas s'y fier car rarement utilisé - à mon humble avis
* X509SubjectName : pour quel serveur ce KDM est prévu
* CompositionPlaylistId : pour quelle UUID de playlist ce KDM est prévu (pas sympa pour l'humain, je sais, mais garantie unique)
* ContentTitleText : le nom "humain" de la Playlist (CPL) pour lequel le KDM est prévu (ah, plus sympa, hein ? :))
* ContentKeyNotValidBefore : date de début (attention GMT) du KDM
* ContentKeyNotValidAfter : date de fin (attention GMT) du KDM
*
Avec ces champs, tu sais déjà tout sur le KDM. Pour identifier le serveur il suffit de chercher son serial dans le champ X509SubjectName - Souvent juste après le "CN" dans ce champ.

Bref tout ça est bien compliqué, donc ma question est :
Amis des laboratoires, serait-il faisable pour vous d'écrire en toutes lettres, sur la première ligne du KDM, le titre du film, sa version, le numéro du serveur ( en clair ) et les dates de validité ? Ou alors est-ce que cela perturberait la lecture du KDM par le serveur ?

Le format d'un KDM réponds à une norme bien stricte que le labo doit suivre, aussi, non, le labo ne pourra pas faire "plus lisible".

En revanche, avec certains outils (genre un TMS, par exemple), la gestion des KDMs est laaaargement simplifiée.

- Autre question : dès fois le KDM ne fonctionne pas, on ne peut pas lire le film...
Avec l'expérience que nous avons dans ma salle, on a établi une liste de cas possibles, pour nous aider à faire les diagnostiques plus vite, connaissez-vous d'autres cas que ceux que je vais énumérer ici ? :
1/ le KDM n'est pas valable pour le serveur en question ( parce qu'on en a changé récemment par exemple, ou bien parce qu'il y a une erreur et le KDM est valable pour une autre salle du même site )
2/ les dates sont " périmées " ou alors elles sont " futures "
3/ on n'a pas " dézipé " le KDM ( transformé .zzz en .zip ) et le serveur ne peut pas le lire, il ne le reconnaît pas... ( sur le Dorémi, il faut même aller plus loin, car il ne lit pas non plus les .zip, il faut lui donner les fichiers .xml tous nus ).
4/ le KDM n'est pas pour la bonne version : on a une version FR XX ( française sans sous-titres ) et le KDM s'applique à la version EN FR ( anglaise avec sous-titres français )
5/ le KDM est bien valable pour la version qu'on a, mais on n'a pas chargé le " package " ( fichier complémentaire ) dans le serveur, or le KDM ne s'applique que sur le " package ", quand il y en a un...
6/ la clé USB est saturée, ou fatiguée parce qu'on l'a trop utilisée pour transporter nos KDMs, il faut essayer avec une autre !

Y'a aussi le cas du KDM (fichier XML) qui a été modifié par un passage fortuit sous Windows/Mac/dans_des_mains_pas_très_propres - genre l'encodage du fichier changé : en ce cas, le KDM est incorrect. Morale : ne jamais tenter de modifier un KDM :)

Ceci dit, cette petite liste résume 99% des cas du terrain, en effet.

Ceci dit, no fear ! Avec certains outils, la gestion de ces KDMs est laaaargement simplifiée, comme je l'ai déjà dit : les TMS sont une réponse déjà assez utile (que ce soit le TMS Doremi, DVIDEA ou Ciné Service). Sur les librairies Ymagis, on a placé des outils "faits maison" pour simplifier encore plus la gestion des KDMs - à la demande des opérateurs (sinon, c'était pour nos pommes au support technique de répéter les mêmes choses... hors nous sommes de gros fainéants - chut, pas le dire).

Ce serait intéressant de confronter nos expériences, je ne sais pas si ceux parmi vous qui bossent avec du numérique ont déjà, comme nous, essuyé de grands moments d'énervement avec les KDMs :evil: ...

Surtout des grands moments de panique du projectionniste pour ce qui me concerne :)

Plus sérieusement, avec les bons outils et une bonne discipline (ne pas se soucier des KDMs juste avant la projection...), j'ai quasiment plus d'appel sur les KDMs au support technique (on en avait beaucoup au début, donc on a du optimiser cela pour que ce ne soit plus une galère ni pour l'opérateur ni pour nous).

En revanche, pour le point discipline, j'imagine que ça doit pas être top possible pour les avant-premières :)
La justice, c’est comme la Sainte Vierge, si on la voit pas de temps en temps, le doute s’installe.

pradbitt

Avatar du membre
Messages : 4449
Enregistré le : lun. 26 nov. 2007 - 14:23
Localisation : pas loin d'un câble
Contact :

Message » mar. 9 juin 2009 - 20:39

tu peux parler grolem .. :mrgreen:

Madison

Avatar du membre
Auteur du sujet
Messages : 6387
Enregistré le : jeu. 19 mars 2009 - 22:13

Message » mar. 9 juin 2009 - 21:58

Merci Grolem !
Je sentais bien que mes questions allaient induire une réponse longue, et c'est sympa d'avoir pris du temps pour ça ! :wink:
Cela dit, ayant vidé pour l'instant mon " sac de questions " sur les disques durs et les KDMs, je vais te laisser te reposer un peu ( mais sans doute que d'autres ici t'en poseront, des questions, parce qu'enfin on en tient un, qui travaille dans un labo ! ).
" FAKE IT TILL YOU MAKE IT ! "

grolem

Messages : 3032
Enregistré le : ven. 29 mai 2009 - 1:35
Localisation : En t
Contact :

Message » mar. 9 juin 2009 - 22:15

Madison a écrit :Merci Grolem !
Je sentais bien que mes questions allaient induire une réponse longue, et c'est sympa d'avoir pris du temps pour ça ! :wink:

de nada.
Cela dit, ayant vidé pour l'instant mon " sac de questions " sur les disques durs et les KDMs, je vais te laisser te reposer un peu

Cool :)

( mais sans doute que d'autres ici t'en poseront, des questions, parce qu'enfin on en tient un, qui travaille dans un labo ! ).

Heu, notez bien : un nain de laboratoire ne travaille pas, il s'acharne :)
La justice, c’est comme la Sainte Vierge, si on la voit pas de temps en temps, le doute s’installe.

grolem

Messages : 3032
Enregistré le : ven. 29 mai 2009 - 1:35
Localisation : En t
Contact :

Message » mar. 9 juin 2009 - 22:17

pradbitt a écrit :tu peux parler grolem .. :mrgreen:

tu veux dire "écrire" ? ;)
La justice, c’est comme la Sainte Vierge, si on la voit pas de temps en temps, le doute s’installe.

pradbitt

Avatar du membre
Messages : 4449
Enregistré le : lun. 26 nov. 2007 - 14:23
Localisation : pas loin d'un câble
Contact :

Message » jeu. 18 juin 2009 - 21:10

:roll: :wink: :lol: je pense que tu détiens le record du message le + long. Sans arrières pensées, car c'est tout à ton honneur..

lacertas

Messages : 1698
Enregistré le : mer. 21 nov. 2007 - 19:12

Message » jeu. 18 juin 2009 - 22:09

Bonjour,

Pas un seul exploitant s'est insurgé contre les KDM ?
Ce défaut de confiance, le cout, les manips en plus et un risque éventuel de problème ajouté dans la chaine ==> coup de latte

A+
Le temps venu de tuer le veau gras et d'armer les justes.

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7028
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » jeu. 18 juin 2009 - 22:42

Moi j'aurais peur que le distributeur m'impose la salle dans laquelle je peux projeter son film (sous entendu, en fonction de la capacité.)
C'est déjà arrivé qu'on me balance "on a fait trois complets dans telle salle", on échange avec telle autre pour les séances du soir et le week-end... Ça sera plus possible alors?
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

Madison

Avatar du membre
Auteur du sujet
Messages : 6387
Enregistré le : jeu. 19 mars 2009 - 22:13

Message » jeu. 18 juin 2009 - 22:50

Dans la pratique, les distributeurs nous envoient pour chaque film, les KDMs pour tous nos serveurs... Cela laisse à l'exploitant la liberté de bouger le film de salle, suite à un évênementiel, par exemple...
" FAKE IT TILL YOU MAKE IT ! "

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7028
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » jeu. 18 juin 2009 - 23:00

Ah oui, a te lire, il me semble qu'on en a déjà parléImage
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

grolem

Messages : 3032
Enregistré le : ven. 29 mai 2009 - 1:35
Localisation : En t
Contact :

Message » ven. 19 juin 2009 - 15:13

lacertas a écrit :Bonjour,
Pas un seul exploitant s'est insurgé contre les KDM ?
Ce défaut de confiance, le cout, les manips en plus et un risque éventuel de problème ajouté dans la chaine

A priori, non, aucun ne s'est insurgé.

En revanche, comme le dit Madisson, actuellement, il n'y a aucun problème pour un exploitant d'exiger systématiquement du distributeur un KDM pour chacun des serveurs du complexe : l'exploitant est ainsi libre de faire circuler le film dans son cinéma, au bon grès des entrées.

J'espère, pour l'exploitation, que cette dernière va continuer à exiger cela. Je pense que cette exigence continuera à être honorée par les distributeur. En effet, cela semble tout à fait logique, dans l'exploitation française (cela peut être différent dans d'autres pays où les complexes sont quasiment "louées" par le distributeurs), que l'exploitant puisse faire circuler le film selon les entrées : il est chez lui après tout.

Quand au distributeur, le KDM lui sert principalement comme garantie de non circulation du film hors des programmation, moins comme un outils de controle de ce qui se passe chez un exploitant programmé. Par ailleurs, ce KDM est également un barrière à la contrefaçon : serait trop simple sinon, à partir des MXF 2K, de produire pour très peu cher, des millions de jolis CDs de bonne qualité....

mes 2 cents,
La justice, c’est comme la Sainte Vierge, si on la voit pas de temps en temps, le doute s’installe.

Madison

Avatar du membre
Auteur du sujet
Messages : 6387
Enregistré le : jeu. 19 mars 2009 - 22:13

Message » ven. 19 juin 2009 - 22:22

Grolem a dit : " le KDM est également une barrière à la contrefaçon : ce serait trop simple sinon, à partir des MXF 2K, de produire pour très peu cher, des millions de jolis CDs de bonne qualité ".
Mais quand la " fenêtre d'autorisation de projection " est ouverte, c'est à dire quand les KDMs sont valides, pour un film donné, on peut dans ce laps de temps " produire des millions de jolis CDs de bonne qualité " ?
J'imagine qu'il y a quand même d'autres sécurités !
( Grolem, tu n'es pas obligé de répondre ! )
0001236
" FAKE IT TILL YOU MAKE IT ! "

grolem

Messages : 3032
Enregistré le : ven. 29 mai 2009 - 1:35
Localisation : En t
Contact :

Message » sam. 20 juin 2009 - 0:05

Madison a écrit :Grolem a dit : " le KDM est également une barrière à la contrefaçon : ce serait trop simple sinon, à partir des MXF 2K, de produire pour très peu cher, des millions de jolis CDs de bonne qualité ".
Mais quand la " fenêtre d'autorisation de projection " est ouverte, c'est à dire quand les KDMs sont valides, pour un film donné, on peut dans ce laps de temps " produire des millions de jolis CDs de bonne qualité " ?

non, tu ne peux pas car : si le KDM permet au serveur vidéo (au media block en fait) de déchiffrer la copie numérique chiffrée, ce media block le rechiffre dans la foulée pour l'envoyer sur le projecteur (liaison cinelink). Ainsi, en entrée comme en sortie du media block, tu n'as jamais de donnée "en clair" que tu puisses exploiter pour lancer l'usine à copie dans l'arrière boutique.

Aussi, il ne te resterait plus qu'à capturer l'image qui sort du projecteur (une bonne caméra pour faire un joli screener) et le son qui arrive à la chaine B... mais, là, manque de bol pour le pirate amateur, l'image est "water markée" ... donc on trouverait très vite la source de captation dès les premières copies dans la nature...

Bref, les groupes de travail qui ont mené aux recommandations DCI (et normes SMPTE dérivées) ont plutôt fait du bon boulot, pour rendre le système de la copie numérique (DCP) chiffrée assez dur à violer.
J'imagine qu'il y a quand même d'autres sécurités !
( Grolem, tu n'es pas obligé de répondre ! )
0001236

désolé :)
La justice, c’est comme la Sainte Vierge, si on la voit pas de temps en temps, le doute s’installe.

Madison

Avatar du membre
Auteur du sujet
Messages : 6387
Enregistré le : jeu. 19 mars 2009 - 22:13

Message » sam. 20 juin 2009 - 10:44

Merci, Grolem, pour ces précisions. Je me doutais bien qu'il y avait des " sécurités " pour empêcher la copie des disques durs, mais je ne savais pas exactement en quoi elles consistaient...
Par contre, si j'ai bien compris ce que tu dis, ce ne sont pas les KDMs qui sont une barrière à la contrefaçon, les KDMs empêchent juste de projeter le film en dehors de la période autorisée...
Les barrières à la contrefaçon sont donc : le rechiffrage du DCP au moment de l'envoyer sur le projecteur, et le procédé du " watermarking " pour repérer l'endroit d'où vient une éventuelle copie, quand l'écran a été filmé...
Ai-je tout bien compris ?
" FAKE IT TILL YOU MAKE IT ! "