La nouvelle donne du cinéma à Lyon

Tout ce qui concerne les salles de cinéma...
Jean-François Buiré

Auteur du sujet
Messages : 9
Enregistré le : ven. 5 déc. 2014 - 17:50

La nouvelle donne du cinéma à Lyon

Message » ven. 5 déc. 2014 - 18:00

Communiqué du Trésor public,
projet de création de salle de cinéma indépendante dans le centre-­ville lyonnais



Lyon, le 1er décembre 2014

Depuis deux ans, le collectif Le Trésor public œuvre à la création, sous forme de société coopérative, d'une salle de cinéma indépendante dans le centre de Lyon, fondée sur un projet original de programmation et de relation aux citoyens­-spectateurs (http://www.projet-­tresorpublic.fr). Ce collectif a été initié par les personnes qui avaient organisé la riposte à la fermeture clandestine de la salle du CNP Odéon par Monsieur Galeshka Moravioff au mois d'août 2009, en plein congés estivaux.

Dès le début, nous avons tenté d'attirer l'attention des instances culturelles locales sur notre démarche : en premier lieu, celle de la délégation à la culture de la municipalité, notre projet de création de salle ayant été élaboré par rapport à l'état de la diffusion du cinéma à Lyon. (Contrairement à ce qui a été dit ici et là, nous n'avons jamais sollicité d'aide financière directe de la municipalité : nous avons seulement essayé d'amener celle-­ci à envisager avec nous les conditions d'accès à un lieu d'implantation.)

Nous remercions les représentants de la culture à la Région Rhône-­Alpes qui, pour leur part, ont fait preuve d'une attention et d'un intérêt réels à notre égard, ainsi que tous ceux — représentants du monde artistique, culturel et éducatif, membres de l'association lyonnaise Enjeux sur image comme « simples spectateurs » — qui ont expressément formulé leur espoir que ce projet voie le jour.

Toutefois, suite aux annonces consécutives de reprise par l'Institut Lumière de trois salles de cinéma lyonnaises (La Fourmi, le CNP Bellecour et le CNP Terreaux), nous nous résolvons à renoncer à notre projet de création de salle, en tout cas dans le cadre de la ville pour laquelle il a été pensé.

S'il y a lieu de se réjouir de la relance de salles de cinéma, nous constatons que la reprise de dix écrans par l'Institut Lumière (en sus de son site de Monplaisir appelé à s'agrandir prochainement, et du Festival Lumière) ne va pas dans le sens d'un renouvellement et d'une diversification des acteurs de la diffusion cinématographique lyonnaise, ni d'une concurrence commerciale digne de ce nom. C'est le moins qu'on puisse dire.

N'étant pas amnésiques, nous avons une pensée amicale et reconnaissante pour Marc Artigau, garant pendant vingt ans de la ligne éditoriale des CNP, et renvoyé sans solde en septembre 2009 par Galeshka Moravioff. Malgré la volonté que ce dernier, selon le communiqué de l'Institut Lumière, aurait « manifestée pour trouver une issue favorable permettant que ces lieux restent des salles de cinéma », rappelons que Monsieur Moravioff, après avoir racheté les CNP à Roger Planchon en 1998 dans des conditions extrêmement discutées, a été l'artisan de leur déclin.

Les porteurs du projet Le Trésor public :
Olivier Billon
Jean-­François Buiré
Francis Forge
Maxime Hot
Jean-Baptiste Seguin
Ivan Sougy

P.-S.
Pour en savoir plus sur le projet Le Trésor public : http://www.projet-­tresorpublic.fr
Modifié en dernier par Jean-François Buiré le ven. 5 déc. 2014 - 19:05, modifié 3 fois.

Charles

Messages : 2452
Enregistré le : ven. 6 juin 2008 - 17:07

Message » ven. 5 déc. 2014 - 18:32

Salut,

Stop aux égos ! Bertrand Tavenier n'est pas un Saint, c'est un type bien. Chose rare dans le métier. Vous reprochez quoi à Frémaux et Tavernier, ce sont ces deux là que vous avez dans le viseur ?

Tavenier est le mec le moins sectaire que je connaisse, sa programmation est on ne peut plus éclectique. Si VOUS, collectif, avez des choses à proposer: UNISSEZ-VOUS AVEC EUX !

Avec des querelles d'égo, on perd de l'énergie et des initiatives... Ne réinventez pas la roue à chaque fois, vous aurez la roue carrée :twisted:

Je passe pour le CNP, je n'en suis pas assez informé ...

@+

Jean-François Buiré

Auteur du sujet
Messages : 9
Enregistré le : ven. 5 déc. 2014 - 17:50

Message » ven. 5 déc. 2014 - 21:41

Bonsoir,

Nous ne pensions pas que la formulation de notre communiqué pouvait donner à penser que notre but était d'avoir qui que ce soit « dans le viseur ». Malgré l'esprit du temps, jeter l'opprobre sur quelqu'un ne correspond nullement à nos aspirations, c'est plutôt vous qui allez dans le sens d'une individualisation de la question. Même de Galeshka Moravioff, nous ne parlons que parce que le communiqué de l'Institut Lumière l'a « salué » (c'est le mot employé dans le texte), alors qu'il ne faut pas quand même pas exagérer : Monsieur Moravioff est l'homme qui a détruit les CNP, qui furent avant qu'il ne les rachète, en termes d'entrées, le deuxième ensemble de salles Art et Essai en France, hors région parisienne. (Et encore, j'évoque là uniquement ce qu'il a fait à ces salles lyonnaises). En ce qui concerne les personnes, nous tenions surtout à rappeler le nom de Marc Artigau, programmateur exemplaire et honteusement oublié dans toute cette affaire.

Ce n'est pas une petite affaire de susceptibilités interpersonnelles qui est au cœur du problème, mais un phénomène d'hégémonie croissante à Lyon, qui vient de passer à la vitesse supérieure.

Je suppose (à tort ?) que vous ne vivez pas à Lyon, et que, pour cette raison, vous n'êtes pas bien informé de la situation lyonnaise — pas seulement, comme vous le dites vous-même, de la question des CNP. Sinon, vous ne me conseilleriez pas avec une telle légèreté, comme si nous n'y avions jamais pensé et si cela pouvait se faire le plus facilement du monde, de nous unir à l'Institut Lumière. Mais pour tout de même vous répondre (et suite à un certain nombre d'exhortations du même type, sur le mode « y a qu'à » / « si tous les gars du monde »), je dois vous dire quelque chose dont nous n'avions jamais parlé publiquement jusqu'à présent.

Lorsque nous avons appris que l'Institut allait reprendre la Fourmi (quelques mois avant son annonce de la reprise, il y a quelques jours, des CNP), nous avons tenté un tel rapprochement, au nom de la diversification des « voix » de la proposition cinéphile à Lyon, en rappelant ce que nous avions déjà largement fait savoir dans les milieux culturels et cinématographiques locaux, à savoir que nous travaillions nous-mêmes, depuis un an et demi, à un projet de création de salle indépendante dans le centre-ville. Nous avons fait cette offre de services le plus sérieusement du monde, entre autres justement pour ne pas qu'il soit dit (au sein de notre collectif, comme par d'autres) que nous n'avions rien tenté en ce sens, tout en sachant que la réponse avait de très fortes chances d'être négative, et sans appel.

Ce qu'elle fut. C'était d'ailleurs bien sûr le droit le plus strict de l'Institut de répondre de la sorte, raison pour laquelle nous n'avions jamais évoqué ce point jusqu'alors.

Cordialement,

Jean-François Buiré

Charles

Messages : 2452
Enregistré le : ven. 6 juin 2008 - 17:07

Message » ven. 5 déc. 2014 - 21:57

Bonsoir,

Je connais l'institut Lumière, pas l'exploitation sur Lyon. Si vous avez proposé, ils ont disposé. C'est dommage ... Je note donc qu'il n'y a pas de problème d'égo, mais de ligne éditoriale. Monsieur Moravioff, je le connais que de nom, quelques bruits radio-ciné et basta. C'est très difficile de dire ce qu'il a fait, j'ai entendu quelques bonnes choses, d'autres très limites. Planchon n'était pas un modèle de gestion, ce qui compte aussi.

Il faut des fois sortir par la porte et rentrer par le fenêtre, politique chère à Monique Lang. J'ignore les dessous de la politique "alternative" lyonnaise, une relation (Natasha Bezriche) y exerce assez difficilement son métier de comédienne et de chanteuse. Ce qu'elle m'en dit n'est pas si simple.

Je reçois la programmation et les animation de l'institut. Je trouve ça bien fait. L'hégémonie ne m'ennuie pas si elle offre la découverte, la qualité à des tarifs abordables. Ce n'est qu'un mot. Vous reprochez quoi, si ce n'est pas indiscret en terme de programmation ?

@+

Jean-François Buiré

Auteur du sujet
Messages : 9
Enregistré le : ven. 5 déc. 2014 - 17:50

Message » ven. 5 déc. 2014 - 22:05

Ne me tenez pas rigueur de vous répondre un peu rapidement dans l'immédiat (quitte à y revenir ultérieurement) : j'en reste pour l'instant au fait que le problème n'est pas du tout en premier lieu celui de la programmation, mais d'une situation qui tend au monopole. Pour contrevenir un peu à l'adage, je dirai que des goûts et des couleurs, on peut discuter — on doit, même, si l'on aime le cinéma, et cette discussion ne saurait se résumer en une seule phrase ! Mais ce qui est grave et, pour le coup, indiscutablement grave, il me semble, c'est lorsque le goût et la couleur tendent à ne plus émaner que d'une seule source.

MOSS

Avatar du membre
Messages : 6616
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » ven. 5 déc. 2014 - 22:12

Jean-François Buiré a écrit :Nous ne pensions pas que la formulation de notre communiqué pouvait donner à penser que notre but était d'avoir qui que ce soit « dans le viseur ».

Bon, moi, par exemple, je n'y ai pas pensé si ça vous rassure.
Charles a écrit :Monsieur Moravioff, je le connais que de nom, quelques bruits radio-ciné et basta. C'est très difficile de dire ce qu'il a fait, j'ai entendu quelques bonnes choses, d'autres très limites.

Hmm je vais avoir besoin d'exemples à l'occasion (pas forcément ici, ce n'est pas l'objet du topic de monsieur Buiré. En MP par exemple.)
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

Charles

Messages : 2452
Enregistré le : ven. 6 juin 2008 - 17:07

Message » ven. 5 déc. 2014 - 22:40

Jean-François Buiré a écrit :Ne me tenez pas rigueur de vous répondre un peu rapidement dans l'immédiat (quitte à y revenir ultérieurement) : j'en reste pour l'instant au fait que le problème n'est pas du tout en premier lieu celui de la programmation, mais d'une situation qui tend au monopole. Pour contrevenir un peu à l'adage, je dirai que des goûts et des couleurs, on peut discuter — on doit, même, si l'on aime le cinéma, et cette discussion ne saurait se résumer en une seule phrase ! Mais ce qui est grave et, pour le coup, indiscutablement grave, il me semble, c'est lorsque le goût et la couleur tendent à ne plus émaner que d'une seule source.


Je comprends parfaitement, mais ce qui est DANS le monopole m'intéresse. C'est après un problème de liberté DANS ce monopole. Qu'il y ait un lissage de l'offre, du coté de l'institut Lumière, je n'ai pas constaté beaucoup. Mais si vous le dites, je vous connais de réputation, c'est qu'il doit exister un problème. Je pense que Tavernier et Frémaux ne sont pas obtus, ils ont une orientation éditoriale/culturelle ... qu'ils transgressent souvent.

C'est souvent du relationnel qui fait que les deals ne se concluent pas, j'ai quelques exemples personnels avec Bradford. J'ai très mauvais caractère, je le reconnais. Je passe ou je casse. Essayer de lisser les relations, le cinéma a tout à y gagner.J'ai beaucoup plus de problèmes de vues avec la cinémathèque de Paris.

Moss, je ne suis pas au studio. Ma doc est sur papier et je dois rechercher. J'ai parlé de quelques :D Nous aimons vivre dans la plus grande discrétion cinématographique, j'en parlais ce soir avec Thomas qui sait ce que nous avons. Sur le Kinopanorama refait, c'est QUINZE ans de travail pour trouver UNE solution compatible avec nos moyens.

@+

diproj

Avatar du membre
Messages : 3119
Enregistré le : ven. 21 oct. 2011 - 13:17
Localisation : entre les toilettes et la cabine suivant les pannes

Message » ven. 5 déc. 2014 - 23:08

Bonsoir je ne suis pas très au courant des problèmes de l'exploitation Lyonnaise mais j'ai du mal a comprendre que vous n'ayez pas réussi a monter votre projet de salle indépendante si elle est indépendante elle est donc financée par des fonds indépendants (voir privés) sinon ce n'est plus une salle indépendante mais dépendante des ses subventions avec toutes les contraintes (en termes de programmation et de liberté qui vont avec) et ce n'est pas le Melies de Montreuil qui dira le contraire. L’indépendance culturelle subventionné j'ai déjà entendu parler de ce concept. 003654 juste entendu parler :roll:
" Je ne sais pas si Dieu existe, mais s'il existe, j'espère qu'il a une bonne excuse ." Woody Allen.
Avec toutes les horreurs que l'homme commet au nom de Dieu il ne va rien rester pour le diable.

Keurdelion

Messages : 431
Enregistré le : lun. 1 juin 2009 - 10:38

Message » sam. 6 déc. 2014 - 0:11

MOSS a écrit :
Charles a écrit :Monsieur Moravioff, je le connais que de nom, quelques bruits radio-ciné et basta. C'est très difficile de dire ce qu'il a fait, j'ai entendu quelques bonnes choses, d'autres très limites.

Hmm je vais avoir besoin d'exemples à l'occasion
Merde, tu m'as devancé ! :D :D :D

C'est vrai que les CNP dirigés par Marc Artigau étaient vraiment un bel exemple de cinéma art et essai de province, j'apprécie l'hommage qui lui est rendu.

Ensuite, petit tour d'actualité sur le rachat des CNP, parce que là, le sujet commence brut de décoffrage sans petite mise en bouche :
info pure sur 20 Minutes
info et analyse sur Rue 89

Déjà, les fameux CNP vont rester fermés presque 1 an.
Ensuite, ce que pointe Rue 89 m'interpelle un peu par rapport au Comoedia. J'ai comme l'impression que la concurrence va être, comment dire... bizarre. Ben oui, Thierry Frémaux fait aussi la sélection du festival de Cannes... mettez-vous 10 secondes dans la peau du producteur qui rêve de voir son film sélectionné à Cannes...

Mais bon, on ne peut que se réjouir que ces cinémas sortent de là où ils étaient tombés, car JF Buiré a raison, G Moravioff a vraiment été le fossoyeur des CNP (et pas que de ces cinémas d'ailleurs). Y a quand même pas beaucoup d'exploitants sur lesquels on peut lire autant de choses pas nettes sur le net (heureusement d'ailleurs, et ça relativise les conditions de travail ici ou là) :
http://rebellyon.info/Lettre-a-Galeshka-Moravioff.html
http://www.lyon-info.fr/?Moravioff-licencie-Marc-Artigau
http://www.marsactu.fr/culture-2013/le-label-art-et-essai-des-varietes-menace-31998.html
http://www.normandie-actu.fr/greve-au-cinema-le-melville-a-rouen-les-salaries-nont-pas-recu-leur-paie_71190/

Charles

Messages : 2452
Enregistré le : ven. 6 juin 2008 - 17:07

Message » sam. 6 déc. 2014 - 0:22

Salut,

Ils ne demandaient pas d'aide municipale. Une phrase me choque:

S'il y a lieu de se réjouir de la relance de salles de cinéma, nous constatons que la reprise de dix écrans par l'Institut Lumière (en sus de son site de Monplaisir appelé à s'agrandir prochainement, et du Festival Lumière) ne va pas dans le sens d'un renouvellement et d'une diversification des acteurs de la diffusion cinématographique lyonnaise, ni d'une concurrence commerciale digne de ce nom. C'est le moins qu'on puisse dire.


Acteurs de la diffusion, d'accord ! Mais concurrence commerciale, avec ce type d'exploitation ... je passe mon tour. Le but de ce cinéma en marge des gros circuits, c'est au mieux l'équilibre. Alors employer une expression que ne renierait pas UGC, c'est au mieux léger, au moyen écrit sous la colère, au pire inconscient.

On demande à ce cinéma de pouvoir exister en salle, d'offrir des découvertes ou re-decouvertes, de faire participer le public à l'offre. D'exister autrement qu'en sortie technique, parfois d'éxister tout court. Concurrence commerciale, alors là vous avez fait fort !

Si le projet me plait, je crois commencer à saisir quelques ... problèmes d'identité. J'ai regardé Lumière, les tarifs sont plus que corrects, leur programmation est thématique et ouverte. Si ce n'était qu'une simple affaire de doublon, vouée d'avance à l'échec ? Il se fait tard, mais je vais regarder le site avec beaucoup d'attention ...

@+

Charles

Messages : 2452
Enregistré le : ven. 6 juin 2008 - 17:07

Message » sam. 6 déc. 2014 - 0:37

Planchon a été évoqué ... Immense bonhomme, gestionnaire parfois imprévoyant. Même genre que Le Guillochet jadis au Lucernaire. Que le repreneur soit space, c'est évident. Sinon, je suis moins réservé :D Mais des salles, cinéma ou spectacle, il reste un côté finance.

Le minimum, c'est l'équilibre avec ou sans aides. Je donne souvent le paradoxe... J'adore les trains, mon voisin est un dingue de paquebots, son cousin est un fou de cinéma, etc. Le pognon n'est pas extensible, on ne peut satisfaire les désirs individuels de collectifs, nouveau paradoxe, qu'en assurant le petit équilibre. On assurait l'équilibre de garder, dans quelles conditions et durablement, un paquebot comment ?

Pas si simple de satisfaire tout le monde :roll: :roll:

@+

Keurdelion

Messages : 431
Enregistré le : lun. 1 juin 2009 - 10:38

Message » sam. 6 déc. 2014 - 0:45

Charles a écrit :Une phrase me choque:

S'il y a lieu de se réjouir de la relance de salles de cinéma, nous constatons que la reprise de dix écrans par l'Institut Lumière (en sus de son site de Monplaisir appelé à s'agrandir prochainement, et du Festival Lumière) ne va pas dans le sens d'un renouvellement et d'une diversification des acteurs de la diffusion cinématographique lyonnaise, ni d'une concurrence commerciale digne de ce nom. C'est le moins qu'on puisse dire.

Pour bien comprendre ce qui te choque, il faut aller sur le site de Trésor Public (c'est quand même mieux quand on sait qui est cité :wink: ).

Cela dit, dans l'article de Rue 89 que je cite plus haut, il y a une interrogation du même ordre :
Avec douze écrans, les Cinémas Lumière deviennent en 6 mois d’existence (et sans aucune recette à ce jour) le troisième acteur du paysage cinématographique lyonnais, après Pathé et UGC. Ils feront donc la pluie et le beau temps, à leur façon, renforçant la forme d’hégémonie que l’Institut Lumière avait notamment initié avec son festival.


Après, les interrogations sont légitimes, faut juste pas tomber dans le procès d'intention, grande spécialité française.

Charles

Messages : 2452
Enregistré le : ven. 6 juin 2008 - 17:07

Message » sam. 6 déc. 2014 - 1:23

Je parlais de Roger Planchon qui avait géré les salles. Ce n'était pas un bon gestionnaire, on ne compte pas ses plantes depuis 1952. Que le repreneur soit tordu, je l'accorde. Il faut que je passe retrouver ma doc sur lui, je visualise le gros: les salles avaient tenu, je ne savais pas le coup social.

J'adore, je pense le montrer ici, ce qui est bien en marge et qui propose. Je le fais en spectacle, en musique et plus trop en ciné. Et j'aime échanger, l'interactivité est un plaisir. J'ai et je suis confronté à un réalisme economique. Nos dates au Japon, c'est un luxe Hilton et d'un brasseur. En échange, l'affaire marche bien, je fais des animations d'hôtel.

Je revendique TOUT, même mes dates alimentaires. Sans elles, j'y apporte le même soin, je n'avais pas les autres. Des relations m'ont dit que je faisais la pute, mais si :D Mais oui, et alors ? Nuance, c'est que notre liberté de récital est totale: c'est dans le contrat.

Je crains, je peux avoir faux, que ce soit plus une affaire de doublon. Frémaux n'est pas un Saint, je crois savoir qu'il ne mélange pas tout et qu'en programmation c'est ouvert. Après ...

@+

Jean-François Buiré

Auteur du sujet
Messages : 9
Enregistré le : ven. 5 déc. 2014 - 17:50

Message » dim. 7 déc. 2014 - 22:55

Bonjour,

J'ai été loin d'Internet tout ce week-end, entre autres pour aller présenter des films à la Maison de la Culture d'Amiens (dont l'extraordinaire film suisse 'L'Âme sœur', de Fredi Murer).

@ Charles :

La vente des CNP à Galeshka Moravioff en 1998 fut déjà un bel amphigouris public-privé, et une culbute financière extrêmement profitable à Roger Planchon. S'il n'est évidemment pas question d'enlever quelque mérite que ce soit à Planchon dans la création du Théâtre de la Cité de Villeurbanne en 1957 (où le TNP fut transféré en 1972), rappelons en revanche que « l'âme fondatrice » des CNP, celui qui les voulut et les fit exister, ne fut pas Planchon mais feu Robert Gilbert, tout aussi passé sous silence, malgré son rôle crucial, depuis sa mort en 1993 que l'est aujourd'hui Marc Artigau (pourtant bien vivant, pour sa part).

Ce qui se passa après la mort de Robert Gilbert est assez bien résumé ici :

http://www.liberation.fr/culture/1998/0 ... lic_237940

Il existe une relation beaucoup plus détaillée de cette affaire (que le tout Lyon culturel et cinématographique a tâché d'oublier jusqu'à aujourd'hui, tant elle risquait de rendre un peu déplaisante la deuxième ration de petits fours ou la troisième coupe de champagne) : un « livre blanc des CNP », rédigé en 2003 par une association de spectateurs lyonnais, « Les Amis du CNP ». On ne le trouve pas en ligne mais je peux vous l'envoyer, si cela vous intéresse.

Cordialement,

JFBuiré

Charles

Messages : 2452
Enregistré le : ven. 6 juin 2008 - 17:07

Message » dim. 7 déc. 2014 - 23:06

Bonsoir,

Je ne suis plus trop en France, je passe juste quelques semaines et je repars au Japon faire la pute :D :D :D .

Je vais dire que la politique française me gonfle, le milieu du spectacle français aussi (la chanson dite "à texte", Kemper et Cie, il est du coin). Le milieu du cinéma, je ne suis plus trop ... ou à ma façon.

Je crois que mon sentiment se résume ainsi: le monopole, c'est un mot. Ce que vous placez dans la programmation, la façon dont vous la concevez, l'interactivité avec les locaux: ça m'intéresse plus.

Thierry Frémaux, je ne le connais pas plus que ça. Bertrand Tavernier, légèrement plus il a fait des visions chez nous. Je pense qu'il faut insister lourdement, quitte à changer de relation humaine avec eux, sur VOS idées. Ils ne retiendront pas tout, mais ce qui est pris sera pris ...

@+