CLAP DE FIN POUR LE LABORATOIRE LTC.

Tout ce qui concerne les salles de cinéma...
phiphi

Messages : 79
Enregistré le : jeu. 2 déc. 2010 - 19:27

Re: CLAP DE FIN POUR LE LABORATOIRE LTC.

Message » mer. 4 janv. 2012 - 16:07

c'est clair 100 000 euros pour moderniser une cabine de projection qui n'aura plus de pellicule à passer c'est une solution pour assurer votre emploi.

Franchement vous vivez dans un monde de bisounours ? un monde ou chaque corporation (projectionniste, transporteur, web master...) fait un travail qui lui est réservé ? un monde où une salle passe un contrat avec un web master pour son site ? Moi je vous parle d'un monde où la salle n'a même pas de site internet ou alors il est fait par un pote ou mal foutu parce qu'il n'est pas géré par un vrai webmaster (visitez un peu des sites de salle pour voir de quoi on parle). Quand aux transporteurs, je ne me fais pas de soucis pour eux. La vente par internet explose et par qui sont livré les colis ? Vous vous inquiétez des transporteurs ? Ce sont-ils préoccupés des salles il y a quelques années quand ils ont bloqué les route pendant plusieurs jours ? Le monde du travail change. Il n'y a pratiquement plus un seul métier aujourd'hui où on est assuré de finir la carrière dans le domaine où on a débuté. Est ce une bonne ou une mauvaise chose ? Je ne le sais pas mais c'est la réalité

J'ai été projectionniste, j'ai ensuite été animateur-projectionniste, un truc qui n'existait même pas mais parce que mon amour du cinéma est réel et tel que je n'aurai jamais été bosser dans un multiplexe alors qu'à un moment on m'a proposé d'en prendre la direction. Ensuite, j'ai fédéré plusieurs petites salles pour qu'elles puissent me prendre comme salarié assurant la programmation, la mise ne place d'animation et de relation avec les scolaires, avec des assos, des petits festivals, des nuits à thème tout en continuant à filer un coup de main pour assurer les projections les soirs de noel ou de nouvel an parce que servir une coupe de champagne et des petits gâteaux aux spectateurs c'est un petit moment de bonheur. Pour moi, c'est çà l'exploitation. C'est pas juste de regarder la technique de projection en se désolant qu'elle change.

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7038
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » mer. 4 janv. 2012 - 17:07

Fabuleux. Uchronie Phiphi, vous comprenez ou pas? Depuis le début (j'écris pas si mal pourtant?) je parle de ce qu'aurait pu devenir nos cabines si le numérique n'avait pas été imposé par des lobbies.
Je n'ai jamais parlé des transporteurs.
Je vis dans un monde sympa, d'un job cool dans un monosalle qui passe encore parfois, quelle horreur! des films en 16 mm et qui aura un projo 4K bientôt. Je fais des remplacements dans tous types de cinéma là où c'est possible quand on me le demande pour compléter. Là c'est clair, c'est la partie alimentaire. J'ai refusé des CDI en grosplexe par passion, moi aussi, pour garder la mission de proximité dans mon quotidien. Je bosse dans divers festivals (3 à 4 par an) et fais parfois du plein air pour varier les plaisirs. Je suis beaucoup plus heureux que les bisounours. Vous le voyez, mon emploi n'est pas menacé, j'attends le numérique à bras ouverts, je l'ai même déjà pratiqué sur presque tous les modèles existants...

Ce n'est pas une raison pour dire à tous les autres qu'ils sont sur la sellette par leur seule obstination! Et j'exprime regret et nostalgie sur le gâchis humain qui accompagne cette transition technologique - sans déformer vos porpos vous notez? Car je sais que mon cas n'est pas généralisable et qu'il y a de la souffrance ailleurs... Être projectionniste, ce n'est pas seulement votre vie à vous, ni la mienne... c'est très varié. Les façons d'en vivre, les raisons d'y venir, ce qu'on y aime ou pas c'est variable aussi... Allez dire à un free-lance, par exemple de se former à la création de sites Internet... A un saisonnier qui fait les stations de ski l'hiver et balnéaires l'été qu'il doit faire évoluer ses compétences??
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

phiphi

Messages : 79
Enregistré le : jeu. 2 déc. 2010 - 19:27

Message » mer. 4 janv. 2012 - 18:11

ce que je dirai à un free lance ? ben ce que j'ai toujours dit à des jeunes qui sont venus me voir pour devenir projectionnistes : attention, les places sont chères car il suffit de faire un calcul simple : le nombre d'écrans et de salles pour se rendre compte que ca n'est pas une profession qui embauche tous les jours. C'est une première chose. Ensuite leur dire : attention : la tendance est à la rentabilité des équipements car, mis à part nationaliser les salles, je ne vois pas trop comment faire tourner des équipements pas rentables. C'était déja la tendance dans les années 80 avec les multiplexes.

Le numérique a détruit des emplois dans tous les secteurs, chez les photographes, dans l'imprimerie, dans les métiers du son, de l'image. Il en a créé d'autres dans d'autres secteurs : internet, maintenance informatique, création de programmes, de jeux, graphisme. C'est juste la vie, c'est tout.

La souffrance, je ne la nie pas. Pour autant je ne pense pas que taper sur le numérique, sur le cnc, sur l'état qui n'aurait pas pris la mesure... L'état providence je n'y crois pas du tout. Chaque fois qu'il y a intervention publique, c'est pire. Le groupe quinta est en train de mourrir par manque de vision du marché. Une intervention de l'état ou du cnc n'aurait fait de retarder l'échéance.

phiphine0212

Avatar du membre
Messages : 2990
Enregistré le : lun. 12 janv. 2009 - 17:54

Message » mer. 4 janv. 2012 - 18:19

MOSS a écrit : Être projectionniste, ce n'est pas seulement votre vie à vous, ni la mienne... c'est très varié. Les façons d'en vivre, les raisons d'y venir, ce qu'on y aime ou pas c'est variable aussi...

phiphi a écrit : Ensuite, j'ai fédéré plusieurs petites salles pour qu'elles puissent me prendre comme salarié assurant la programmation, la mise ne place d'animation et de relation avec les scolaires, avec des assos, des petits festivals, des nuits à thème tout en continuant à filer un coup de main pour assurer les projections les soirs de noel ou de nouvel an parce que servir une coupe de champagne et des petits gâteaux aux spectateurs c'est un petit moment de bonheur. Pour moi, c'est çà l'exploitation.

pour toi phiphi effectivement c'est ton quotidien.
pour tout ceux qui travaillent pour un groupe, et je pense qu'il y en a encore (certes pas non plus des masses ni pour des décennies), on ne leur demandera jamais de faire ce que tu peux faire car tous ces à côtés dans des groupes nationaux sont gérés par des personnes pour qui c'est leur boulot à plein temps... je ne suis pas sûre que ces personnes soient pretes à partager leur poste voir à le laisser à un projectionniste aussi qualifié soit il sous prétexte qu'il va peut etre se retrouver sur le carreau si un jour on en arrive à une situation comme peut la vivre eibh en irlande...

maintenant je peux t'assurer que certains pourraient t'expliquer et te prouver que c'est tout à fait possible de faire des projections numériques non qualitatives... (manque total de lumière, filtre masterimage devant l'objectif sur des projections 2d, des macros mal réglées...)
les défauts d'un support ou d'un autre (dématérialisé ou pas) ne sont pas les mêmes mais existent pour les 2.
et je suis loin d'être une nostalgique du 35 anti numérique, mon cap je l'ai eu ça va faire 3ans, première année où le numérique était obligatoire aux épreuves alors la cohabittation je l'ai toujours connue.
the dark mamma goes further

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7038
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » mer. 4 janv. 2012 - 19:20

phiphi a écrit :ce que je dirai à un free lance ? ben ce que j'ai toujours dit à des jeunes qui sont venus me voir pour devenir projectionnistes

C'est marrant, je ne pensais pas du tout à des jeunes moi. Mais à des vieux chevronnés qui vivent le boulot un peu comme des intermittents (sans le statut.) Ils dépannent, ils viennent dans les urgences mais pas d'employeur fixe, pas de reclassement, pas de CIF... C'est une des façons possibles de faire ce métier...
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

dcstcyp

Messages : 331
Enregistré le : dim. 30 déc. 2007 - 23:11
Localisation : Sud

Message » mer. 4 janv. 2012 - 19:36

Le CNC, dans ses missions de prospective et d'encadrement, aurait dû mettre il y a longtemps (10 ans) les acteurs de la profession autour d'une table et arrêter un calendrier, avec des étapes clés vers la numérisation de l'ensemble des filières du cinéma... A telle date on doit être à tant de salles, tant de labos, tant de films en num' ce qui aurait permis de mutualiser et d'ajuster le coût des vpf en fonction des équipements restants...

Bref... c'est pas comme ça que ça c'est fait. Ce qui explique en partie le triste sort de LTC. Mais quand on voit les millions d'€ dûs au labo par certains prestigieux clients, c'est

Réflexion très juste et que dire des archives... et des milliers de bobines qui sont dans ces labos.. Henri Langlois soit se retourner dans sa tombe !!
le mieux c'est d' y foutre le feu !!!!
Une copie de film sur support 35mm bien conservé c'est 100 ans un DDur c'est 10Ans ..
j'ai également commencé en double poste à Arcs et des cabines pourries en 35mm j'en ai vues .. j'en voies aussi maintenant en Num . En effet aprés suppression de postes je bosse actuellement dans 2 cinés de mon groupe..
parti une quinzaine au centre ville je suis revenu au multiplex ce WE . 5 bon cm de poussière sur tous les projos des toiles d'araignées dans les hublots des mauvaises macros formats dans les playlists etc... comme dit Tarantino et vive le cinema
priver un enfant d'un de ses parents, honorable et aimant est une violation de la convention internationale des droits de l'enfant

sissi

Messages : 816
Enregistré le : sam. 30 janv. 2010 - 10:45

Message » mer. 4 janv. 2012 - 20:13

Sur l'accès aux copies facilité par le numérique, je rejoins le camp des sceptiques, pour toutes les raisons qu'a citées Coeur Noir, entre autre. C'était un argument pour faire passer la pilule, mais à l'usage ça se passe pas comme ça.

Sur le cas précis d' Intouchables j'ai un exemple réel: le cinéma Art et Essai historique de ma ville n'a pas pu avoir le film, tout simplement parce que le distributeur préfère toucher son pourcentage sur des entrées à 11€ que sur des entrées à 7,50€.
Et c'est devenu très simple, grâce au numérique, de passer le même film dans trois ou quatre salles du même multiplexe. Le DCP et la kdm chargés dans tous les serveurs, et roule ma poule. Avant, il fallait deux copies et un système de selsing, et bien sûr au minimum un projectionniste pour gérer tout ça. Maintenant, il faut au maximum une heure de travail pour faire les playlists.

Les grands gagnants, dans le côté business de la numérisation, c'est à mon avis avant tout les distributeurs. On a de temps en temps un seul DCP pour tous les cinémas de la ville, on le fait passer aux collègues des deux autres cinémas après l'ingest. C'est peut-être pour des questions techniques, de délais de fabrication, j'en sais rien, mais si c'est pas déjà fait, ils vont pas tarder à se rendre compte que plutôt que de payer trois DCP qui leur coûtaient déjà dix fois moins cher que trois copies 35mm, ils peuvent très bien n'en faire tirer qu'un, et ça fera aussi un seul Colissimo. Il y a pas de petites économies.

Les autres gagnants seront les gros circuits et les multiplexes, même si je pense que le coût du numérique, sur la durée, sera supérieur à celui du 35mm, en plus des fameux 100 000 € pour installer une cabine. Ils commencent déjà par la masse salariale, et il s'agit bien de licencier des projectionnistes (voir UGC) et pas de les recycler.

Et puisqu'on parle de recyclage, pour l'argument écologiste:
MOSS a écrit :Vu qu'on remplit nos cabines de matos informatique qui se change tous les 8 à 15 ans au mieux (alors qu'un 35 on pouvait le faire durer), et sans parler des PC souris, écrans claviers, et qui seront surement démontés pour dépollution par des enfants dans des décharges du tiers-monde sans régulation environnementale, là je rigole un peu... Jaune.

009987
Pas mieux, le coup de la protection de la planète, ça m'a toujours paru suspect, comme les pubs Total ou Areva.

phiphi

Messages : 79
Enregistré le : jeu. 2 déc. 2010 - 19:27

Message » mer. 4 janv. 2012 - 21:04

vous savez très bien que le problème de l'accès aux copies n'a jamais été l'apanage du numérique. L'inquiétude par contre est réelle d'étouffement des films à savoir que tout le monde passe le film en même temps au même moment du fait de l'accessibilité. Les vpf freinent un peu mais il me semble que les vpf ne concernent pas tout le monde, uniquement les salles qui utilisent cette façon de financer leur équipement.

je rappelle aussi que le cnc ca voulu se pencher depuis longtemps sur l'accès numérique dans les salles mais qu'ils ont essuyé plusieurs tirs de barrage de l'autorité de la concurrence. C'était en 2009.

sissi

Messages : 816
Enregistré le : sam. 30 janv. 2010 - 10:45

Message » mer. 4 janv. 2012 - 21:20

Je le sais très bien et je dis pas que l'accès aux copies est l'apanage du numérique, mais que:
phiphi a écrit :- l'accès plus rapide pour les salles de moyenne et de petite exploitation

ben, non...

phiphi a écrit :L'inquiétude par contre est réelle d'étouffement des films à savoir que tout le monde passe le film en même temps au même moment du fait de l'accessibilité.

Ben, oui... ce qui est pas non plus une nouveauté due au numérique, mais que le numérique risque d'amplifier encore. Ce qui profitera aux gros films et aux grosplexes (pour citer Moss), qui se gaveront avec Batman dans quatre salles pendant trois semaines.

FiatLuX

Avatar du membre
Messages : 367
Enregistré le : sam. 1 oct. 2011 - 15:44
Localisation : Devant ou derrière un écran...

Message » mer. 4 janv. 2012 - 22:36

Je trouve aussi assez irrespectueux de dériver sur un post dont le sujet mériterai peut-être un peu de rigueur, mais je trouve aussi que ce débat a une certaine tenue et ne se complait pas en vaines anecdotes, il n'est peut-être qu'un prolongement assez naturel du souci sur lequel tout s'est focalisé.

Je suis assez d'accord avec Moss, a qui à mon avis un mauvais procès est fait, il ne critique une évolution technologique que d'un point de vue personnel, sur ces goûts propres, mais critique surtout la façon dont est imposée cette évolution, et le miroir aux alouettes marketing qu'on tente de nous faire avaler.
Je le rejoins assurément sur ce point.

Certes, on peut penser que le cinéma numérique devrait assurer un standard global, une sorte de moyenne de projection supérieur à ce que proposait l'argentique. Globalement.
Mais
-pour l'instant, un imax 70mm 15 perfs c'est je pense encore supérieur à ce que propose l'outil numérique de pointe, ça ne durera pas c'est clair, les perspectives sont alléchantes.
On aurait pu envisager, si ce n'avait pas été dispendieux, de poursuivre une évolution technologique en argentique...
Les vrais raisons du changement pour moi sont économiques, pas technologiques en fait.
Pour reprendre l'analogie, un vinyle audiophile sur une chaîne qui va bien, ç'est une autre expérience qu'un cd sur une chaîne de grand surface.
Le problème posé par cette technologie ( ce n'est pas un problème pour tous ), c'est la standardisation des goûts.
Pour filer l'analogie, le cd qui s'est imposé un temps, à grand renfort de mensonges du genre "n'enregistrez plus, graver pour l'éternité", ben ça a formaté le public sur un type d'échantillonnage sonore qui fait que toutes les musiques se ressemblent un peu, sonnent pareillement parfois (en dehors de leur production).
Alors pour certains aspects, c'est un plus du cinéma: maîtrise de la colorimétrie, fixité, luminosité...
Mais après, ce genre d'outil, ça standardise les comportements et crée des habitudes, ça m'inquiète un peu au niveau technico-artistique...
Quid des expérimentations chimiques, des pellicules poussées, du cinéma expérimental?

Mais surtout, la mise en place de la technologie est éminemment critiquable.
D'une part, on ne me fera pas douter du fait qu'un du but non avoué du passage au cinéma numérique, c'était justement de compresser la masse salariale, je ne vois pas pourquoi notre secteur d'activité sous prétexte d'objet artistique serait épargné par cette mesquinerie généralisée, marque d'une vraie économie moderne.
D'autres part, la façon dont se met un place cette révolution technologique, qui devrait amener son lot de progrès, ben je trouve qu'au mieux, elle est ambivalente.
Encore une fois parce que c'est une révolution avant tout économique (dans ses buts), et que ça se passe "à marche forcée" pour reprendre l'expression d'une célèbre chef op qui sait de quoi elle parle: écran métallisés, installateurs débordés, embauchant dans l'urgence de la main d'oeuvre insuffisament formée, installations sabotées, formation des opérateurs sacrifiés, dépendance en cascade, des installateurs par rapport aux constructeurs, des opérateurs par rapport aux installs...
Dépossession du contrôle de l'utilisateur, mise en place de processus informatiques au détriment des actes de l'humain...

Et c'est la même chose en amont, on rejoint les laboratoires, mais quand je vois certains DCP, j'imagine avec difficulté le DCDM...
Alors qu'en période de transition, ou cohabitent es films tournés en pellicules et distribués en numérique, il faudrait passer plus de temps à bichonner la conversion.
Certes ça existait avant, la technologie change, et un paquet de mauvaises raisons subsistes et sont amplifiées.

Tout ça pour au total constater que la partie technologique de la révolution est secondaire, car en effet ce n'est pas ce pour quoi on a décidé son avènement, et que ce qui prime ce sont bien les enjeux économiques de la révolution, et qu'ils viennent comme à leur habitude polluer singulièrement le potentiel de la technologie.

A ma relecture, je suis un tantinet brouillon dans mon développement, je m'en excuse, mais je tiens à ajouter que j'achète aussi des vinyles, na :D
J'ai des disques centenaires encore écoutables, et un paquet de cd qui n'ont pas le quart de cet âge, qui sont déjà morts.
Et je doute fort que notre standard de cinéma numérique n'arrive à un âge aussi avancé.
Et je doute

Keurdelion

Messages : 496
Enregistré le : lun. 1 juin 2009 - 10:38

Message » mer. 4 janv. 2012 - 22:44

dcstcyp a écrit :Le CNC, dans ses missions de prospective et d'encadrement, aurait dû mettre il y a longtemps (10 ans) les acteurs de la profession autour d'une table et arrêter un calendrier, avec des étapes clés vers la numérisation de l'ensemble des filières du cinéma... A telle date on doit être à tant de salles, tant de labos, tant de films en num' ce qui aurait permis de mutualiser et d'ajuster le coût des vpf en fonction des équipements restants...

Ça, c'est super technocratique comme approche (je ne peux plus dire idéaliste ou naïf, j'ai déjà utilisé :lol: ). Non, vraiment, sur le papier c'est hyper séduisant.

Mais le CNC c'est une administration, rien d'autre.
Alors il a fait ce que sait bien faire toute administration : demander un rapport.
Logique, pas de rapport, pas de connaissance du sujet.
Pas de connaissance du sujet, pas d'idées.
Pas d'idées, pas de mesures.
Etc.
Eh, au prix où on paie nos hauts fonctionnaires, c'est quand même pas pour qu'ils agissent sans réfléchir.
Ce qui est intéressant, c'est la date du rapport Goudineau : août 2006.
Un rapport c'est bien, mais il faut d'abord le remettre : photos, conférence de presse, et tutti quanti.
Ensuite, il faut le lire.
Le relire.
Le comprendre.
Ah... et qu'est-ce qu'on en fait maintenant ?
Ben oui, évidemment, l'autre truc que savent vraiment bien faire nos adminsitrations, c'est créer un groupe de travail. Me croirez-vous ? Ils l'ont fait ! Autre date : septembre 2007
Le groupe a donc travaillé, et bien travaillé, puisqu'il a remis... si si, un rapport !
Nouvelle date : avril 2008.
Tout ça en moins de deux ans, et on oserait dire que le CNC n'a rien fait ??? Quelle ingratitude. :?

Bon, OK, il y a eu un petit grain de sable entre temps : novembre 2007.

Burbank avait gagné, le modèle américain a conquis l'Europe, car un deal privé négocié en quelques semaines, c'est toujours plus efficace qu'un processus étatique qui prend le temps qui lui faut.

Donc, alors que les réunions et auditions se succédaient au CNC, les studios imposaient les fameux VPF "allez y gentils exploitants, allez y allez y, achetez de la technologie, on vous paie votre matos", pour faire des megas économies de pellicule. C'était clair comme de l'eau de roche, et tout ce qui suit (pour revenir un peu à LTC) n'en est que la conséquence logique, puisque voulue.

Il n'y a pas de jugement, c'est juste ma vision de l'histoire.

Ensuite, c'est une affaire de business. N'en déplaise aux salariés de LTC nous sommes dans une économie de marché. Tarak Ben Ammar est une personnalité assez complexe semble t-il, c'est donc difficile de savoir pourquoi son labo en est arrivé là : stratégie délibérée ou absence totale d'anticipation ?

En tout cas, le débat sur LTC est plus au niveau de cette question que dans un sempiternel conflit sur les avantages et inconvénients comparés du 35mm et du numérique.

Un labo ce n'est pas que du tirage de copies. Il y a aussi une grosse activité liée à la production, qui utilise depuis bien longtemps le numérique, au tournage, au montage, en effets spéciaux, etc. Passer au numérique pour un labo, s'y adapter, c'était certainement possible sans qu'il y ait une faillite totale. C'est le lot commun de plein d'entreprises industrielles que de fermer un atelier sans faire couler la boîte.

D'ailleurs, il y a comme un indice qui me dit que diriger un labo traditionnel ne rend pas incapable d'appréhender l'industrie numérique : ah tiens, il était chez Eclair ce gars là ?

phiphi

Messages : 79
Enregistré le : jeu. 2 déc. 2010 - 19:27

Message » jeu. 5 janv. 2012 - 8:48

je ne suis tout à fait d'accord avec des choses dites dans le précédent posts. Les premiers à avoir souhaité le numérique sont les créateurs. En effet, le numérique est depuis plus de 10 ans au coeur de la création. La pellicule encore présente au tournage est tout de suite transformée en numérique qui sera utilisé pour le montage, les effets spéciaux, le mixage... Repasser en support argentique était une opération couteuse et pas logique dans ce contexte là. Donc, le problème des labos n'est pas uniquement lié à la disparition du support argentique des salles. C'est toute la chaine qui a été modifiée. Dire que retarder ou accompagner le passage au numérique de l'exploitation aurait permis aux labos d'exister n'est donc pas exact d'autant que le numérique est en train de prendre le pas sur l'argentique à l'autre bout de la chaine c'est à dire au tournage avec l'arrivée des Alexa, Red, Viper quand ce n'est pas un Canon 5 D et la, c'est une réelle perte pour les labos car le travail de développement, de traitement de remontage des positifis et négatifs, des reports optiques de son représentait un gros marché, bien plus important que celui du tirage des copies d'exploitation. Ce qui est troublant dans l'affaire de LTC et qui fait penser que le problème est autre que celui du passage au numérique des salles, c'est que ca n'est pas LTC qui est en difficulté. C'est le groupe Quinta. Or ce groupe, c'est aussi un gros prestataire d'effets spéciaux (Duran), des studio de mixage son prestigieux. Deux secteurs pour lesquels le passage au numérique des salles n'a eu aucune influence. S'il faut désigner des responsables, il faut désigner les bons et notamment Monsieur Ben Ammar qui est très proche de certaines familles au pouvoir avant le printemps arabe (tiens tiens !! comme par hasard les difficultés financières arrivent après). A noter également, puisqu'on en parle, que le groupe Quinta est actionnaire à 43 % du groupe.... Eclair.
Tout ceci fait que nous sommes bien loin en effet de la numérisation du parc de salles. Je peux comprendre les inquiétudes, les griefs de certains concernant le numérique dans les salles mais il ne faut pas voir cette affaire uniquement depuis la cabine de projection.

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7038
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » jeu. 5 janv. 2012 - 11:13

phiphi a écrit :Je peux comprendre les inquiétudes, les griefs de certains concernant le numérique dans les salles

Moi aussi,un peu. :mrgreen:
Tout en étant jaloux de l'enthousiasme de certains que je n'arrive pas à nourrir pour moi-même...
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

SECAM

Avatar du membre
Messages : 457
Enregistré le : jeu. 5 nov. 2009 - 0:20
Localisation : Au fond de ma cabine près de la croix de malte...
Contact :

Message » ven. 6 janv. 2012 - 1:02

MOSS a écrit :
phiphi a écrit :Je peux comprendre les inquiétudes, les griefs de certains concernant le numérique dans les salles

Moi aussi,un peu. :mrgreen:
Tout en étant jaloux de l'enthousiasme de certains que je n'arrive pas à nourrir pour moi-même...


009987 009987 009987 009987 009987
///Marc26110/////////////////////
Image

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7038
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » ven. 6 janv. 2012 - 9:16

Image
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!