Niveaux d'ecoute des films

lecteur son, processeur, amplis etc...
Coeur Noir

Avatar du membre
Messages : 3892
Enregistré le : lun. 2 mars 2009 - 10:16
Localisation : Maine et Loire - France
Contact :

Niveaux d'ecoute des films

Message » mer. 25 déc. 2019 - 23:22

Scope = 2,39 aujourd'hui et vrai que ça a été introduit avant la fin de la pellicule en exploitation mais parce que la post-prod était déjà numérique à bien des étapes.

Du côté serveur de lecture, on peut aussi jouer sur les niveaux, le mapping des canaux. À cet endroit là, l'idéal c'est de rester neutre : c'est censé correspondre à l'installation globale initiale et pas censé « bouger ».

La finesse, l'égalisation, tout le reste, c'est le processeur son. Ça m'irrite à chaque fois que j'entends que les opérateurs / techniciens sur site n'ont pas accès à tel ou tel paramètre… sale business.

Et puis comme déjà évoqué et pour renforcer le propos : je mets au défi quiconque de passer tous les contenus à 7 ( sur un dolby ) tout le temps ! La Reine des Neiges pour de jeunes oreilles toutes fraîches et je sais pas moi, Joyeuse Retraite ou le Meilleur reste à venir pour des oreilles plus âgées donc usées… Ou faites juste une comparaison entre un même film en VF et VOstFr dans la même salle.

Victoria5

Messages : 773
Enregistré le : ven. 4 sept. 2015 - 16:40

Message » jeu. 26 déc. 2019 - 11:02

Cher CineAudio,

Pour la énième fois : non, non, et non, je ne suis pas projectionniste. Si je l'étais je ne passerais pas les films à 7 (et encore moins les FA et les pubs), justement parce que le boulot est souvent mal fait en amont.

Et oui, je connais le nom des mixeurs, je connais même personnellement beaucoup de mixeurs, puisque j'ai longtemps travaillé quotidiennement avec eux.
J'ai encore bu un coup avec plusieurs d'entre eux vendredi dernier.
Ça ne m'empêche pas de penser que certains sont sourds comme des pots et bossent comme des marcassins.

Victoria5

Messages : 773
Enregistré le : ven. 4 sept. 2015 - 16:40

Message » jeu. 26 déc. 2019 - 11:07

Coeur Noir a écrit :Scope = 2,39 aujourd'hui et vrai que ça a été introduit avant la fin de la pellicule en exploitation mais parce que la post-prod était déjà numérique à bien des étapes.


Dans l'absolu, en numérique on s'en fout un peu et on peut faire du 2.35, du 2.37, du 2.39, du 2.42 ou n'importe quoi d'autre.
Mais l'arrivée du DCI a gravé dans le marbre un cadre scope standard en 2.39. (que tu n'es pas obligé de remplir, d'ailleurs)

CineAudio

Auteur du sujet
Messages : 45
Enregistré le : ven. 11 oct. 2019 - 18:22

Message » ven. 27 déc. 2019 - 11:48

Victoria5 a écrit :Cher CineAudio,

Pour la énième fois : non, non, et non, je ne suis pas projectionniste. Si je l'étais je ne passerais pas les films à 7 (et encore moins les FA et les pubs), justement parce que le boulot est souvent mal fait en amont.

Ha bah on y vient... Donc ont est bien d'accord "7" c'est pas le niveau auquel le film dois etre passé c'est simplement le niveau pour les réglages et celui du mixage. Donc si le mix est fait trop fort normal qu'en salle ont ne passe pas le film a 7. Et c'est bien pour cela qu'il y a un potentiomètre de réglage de volume sur les processeurs son.

Victoria5 a écrit :Cher CineAudio,

Et oui, je connais le nom des mixeurs, je connais même personnellement beaucoup de mixeurs, puisque j'ai longtemps travaillé quotidiennement avec eux.
J'ai encore bu un coup avec plusieurs d'entre eux vendredi dernier.
Ça ne m'empêche pas de penser que certains sont sourds comme des pots et bossent comme des marcassins.


Non tu ne connais pas le nom des mixeur que j’évoque puisque tu ne connais la le nom des films que j’évoque. Et que c'est des films qui sont réputé pour avoir un bon mixage. Et un bon mixage cela n'a rien a voir avec le fait que l'on puisse ou pas le projeté a "7"....

CineAudio

Auteur du sujet
Messages : 45
Enregistré le : ven. 11 oct. 2019 - 18:22

Message » ven. 27 déc. 2019 - 11:52

Coeur Noir a écrit :Du côté serveur de lecture, on peut aussi jouer sur les niveaux, le mapping des canaux. À cet endroit là, l'idéal c'est de rester neutre : c'est censé correspondre à l'installation globale initiale et pas censé « bouger ».

La finesse, l'égalisation, tout le reste, c'est le processeur son. Ça m'irrite à chaque fois que j'entends que les opérateurs / techniciens sur site n'ont pas accès à tel ou tel paramètre… sale business.

.

C'est normal que les opérateurs ne doivent pas avoir accès n'importe comment a certain paramètre. Il fait des outil et un savoir faire qu'ils n'ont pas.
Chacun son boulot.

Mais c'est vrais qu’aujourd’hui avec l'informatisation tout le monde s'improvise ceux-ci ou cela car il savent déplacé le curseur d'une souris...

CineAudio

Auteur du sujet
Messages : 45
Enregistré le : ven. 11 oct. 2019 - 18:22

Message » ven. 27 déc. 2019 - 12:19

Coeur Noir a écrit :Scope = 2,39 aujourd'hui et vrai que ça a été introduit avant la fin de la pellicule en exploitation mais parce que la post-prod était déjà numérique à bien des étapes.

Non je ne pense pas que le passage du scope du 2.35 au 2.39 n'a rien a voir avec la post-prod numérisé. Car déjà a l’époque l’étalonnage numérique ne fessais pas légion. De mémoire c’était pour réglé un problème intrinsèque a la pellicule 35mm, l'interimage trop fine posait problème. Faudrait que je retrouve les courrier de la CST.

Victoria5 a écrit :
Coeur Noir a écrit :Scope = 2,39 aujourd'hui et vrai que ça a été introduit avant la fin de la pellicule en exploitation mais parce que la post-prod était déjà numérique à bien des étapes.


Dans l'absolu, en numérique on s'en fout un peu et on peut faire du 2.35, du 2.37, du 2.39, du 2.42 ou n'importe quoi d'autre.
Mais l'arrivée du DCI a gravé dans le marbre un cadre scope standard en 2.39. (que tu n'es pas obligé de remplir, d'ailleurs)


En 35mm aussi on s'en fout aussi que le scope soit a tel ou tel ratio. Faut juste changer l'objectif et taille le cache.

Le DCI n'a rien gravé du tout. Le ratio du scope peut très bien être changer un jour. Il suffit de le décidé comme cela a été fait pour le passage du 2.35 au 2.39.

Puis en fait scope aujourd’hui ne veux rien dire puisque l'anamorphe n'est plus d'utilisé. Et que ce soit a la captation que la projection.
En fait en numérique on a l’équivalent du Super 35 utilisé en post-prod pour faire du scope sans anamorphose avec les inconvenants et les avantage que cela apporte.
Perte de luminosité.
Gain de piqué, de profondeur de champs
Économie de pellicule en poste prod si projection en 3 perfos... ect ect

rappa

Messages : 556
Enregistré le : lun. 29 janv. 2018 - 12:04

Message » ven. 27 déc. 2019 - 13:04

CineAudio a écrit :C'est normal que les opérateurs ne doivent pas avoir accès n'importe comment a certain paramètre. Il fait des outil et un savoir faire qu'ils n'ont pas.
Chacun son boulot.

Mais c'est vrais qu’aujourd’hui avec l'informatisation tout le monde s'improvise ceux-ci ou cela car il savent déplacé le curseur d'une souris...

Perso, en tant qu'opérateur, j'ai la sensation tout à fait inverse : tout est verrouillé avec le numérique, et nous n'avons plus accès à rien.
Quand je vois que dans beaucoup de cabine les opérateurs ne sont même pas autonomes sur le changement de lampe :roll:

L'argument "chacun son boulot", je pense qu'il est valable dans une certaine mesure.
Je pense pas que ce soit sorcier de former les opérateurs à des opérations de maintenance basique, tel que le contrôle des niveaux en salle à l'aide d'un sonomètre. Ça pourrait être aussi perçu comme un outil pour alerter l'installateur en cas de problème.

Mais enfin, entre ceux qui pensent que la compétence est inaccessible aux simples opérateurs, les installateurs/revendeurs qui ne veulent pas lâcher leurs juteux contrats, les fabricants qui verrouillent tout au maximum, l'état qui supprime le diplôme plutôt que de le réformer... C'est un voeu pieux que d'imaginer redonner de la latitude de travail aux opérateurs.

Victoria5

Messages : 773
Enregistré le : ven. 4 sept. 2015 - 16:40

Message » ven. 27 déc. 2019 - 14:29

CineAudio a écrit :Non tu ne connais pas le nom des mixeur que j’évoque puisque tu ne connais la le nom des films que j’évoque. Et que c'est des films qui sont réputé pour avoir un bon mixage. Et un bon mixage cela n'a rien a voir avec le fait que l'on puisse ou pas le projeté a "7"....


Superbe démonstration... :mrgreen:

Je ne connais pas non plus la couleur de ton slip car tu ne l'as pas donnée.

On en vient maintenant à parler de bon mixage et plus de niveau ? Tu vas déplacer sans cesse le débat pour avoir toujours raison longtemps ? 003654

Victoria5

Messages : 773
Enregistré le : ven. 4 sept. 2015 - 16:40

Message » ven. 27 déc. 2019 - 14:35

CineAudio a écrit :Puis en fait scope aujourd’hui ne veux rien dire puisque l'anamorphe n'est plus d'utilisé. Et que ce soit a la captation que la projection.


Il y a toujours des captations en scope anamorphique en numérique, même si c'est assez rare. Cela reste un choix esthétique du réalisateur et du chef op.

Et il était prévu aussi de pouvoir le faire en projection DCI (pleine matrice 1.90:1 avec anamorphoseur 1.25 ou 1.3, je ne sais plus), mais dans les faits je n'en ai jamais vu d'installé. Trop compliqué visiblement à mettre en oeuvre.

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7063
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » ven. 27 déc. 2019 - 15:13

Comme projectionniste et spectateur, je vois encore pas mal d'images scope qui sont passées par une anamorphose à la captation. (à ma propre surprise.)
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

MOSS

Avatar du membre
Messages : 7063
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » ven. 27 déc. 2019 - 15:16

Victoria5 a écrit :Et il était prévu aussi de pouvoir le faire en projection DCI (pleine matrice 1.90:1 avec anamorphoseur 1.25 ou 1.3, je ne sais plus), mais dans les faits je n'en ai jamais vu d'installé. Trop compliqué visiblement à mettre en oeuvre.

Je dirais plutôt 1,26 de mémoire... Mais au delà d'une éventuelle complexité, il me semble que les recommandations conseillent surtout de ne plus déformer les pixels...
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

Phane

Avatar du membre
Messages : 1376
Enregistré le : ven. 25 avr. 2008 - 12:46
Localisation : FR-75018
Contact :

Message » sam. 28 déc. 2019 - 15:30

CineAudio a écrit :Le DCI n'a rien gravé du tout. Le ratio du scope peut très bien être changer un jour. Il suffit de le décidé comme cela a été fait pour le passage du 2.35 au 2.39.

Le ratio CinemaScope a déjà évolué.
Dans l'absolu, c'est la norme SMPTE PH22.106 qui fait foi.

Image
ImageImageImageImageImage

CineAudio

Auteur du sujet
Messages : 45
Enregistré le : ven. 11 oct. 2019 - 18:22

Message » dim. 29 déc. 2019 - 17:30

rappa a écrit :
CineAudio a écrit :C'est normal que les opérateurs ne doivent pas avoir accès n'importe comment a certain paramètre. Il fait des outil et un savoir faire qu'ils n'ont pas.
Chacun son boulot.

Mais c'est vrais qu’aujourd’hui avec l'informatisation tout le monde s'improvise ceux-ci ou cela car il savent déplacé le curseur d'une souris...

Perso, en tant qu'opérateur, j'ai la sensation tout à fait inverse : tout est verrouillé avec le numérique, et nous n'avons plus accès à rien.
Quand je vois que dans beaucoup de cabine les opérateurs ne sont même pas autonomes sur le changement de lampe :roll:

L'argument "chacun son boulot", je pense qu'il est valable dans une certaine mesure.
Je pense pas que ce soit sorcier de former les opérateurs à des opérations de maintenance basique, tel que le contrôle des niveaux en salle à l'aide d'un sonomètre. Ça pourrait être aussi perçu comme un outil pour alerter l'installateur en cas de problème.

Mais enfin, entre ceux qui pensent que la compétence est inaccessible aux simples opérateurs, les installateurs/revendeurs qui ne veulent pas lâcher leurs juteux contrats, les fabricants qui verrouillent tout au maximum, l'état qui supprime le diplôme plutôt que de le réformer... C'est un vœu pieux que d'imaginer redonner de la latitude de travail aux opérateurs.


Je suis d'accord avec toi. Biensur il y a des choses que les opérateurs doivent faire, et ils doivent être formé pour le faire. Et y a des choses qu'ils devraient déjà savoir faire...
Il y a des choses qui te parais pas sorcière, bha quand tu le fait rarement tu te rappelle plus exactement comment faut faire ect et tu fini par le faire mal.
Il y a pleins de travaille a faire en cabine. C'est pas normal qu'on opérateur ne sache pas changer une lampe. Ne sache pas contrôlé au sonomètre et même a l'oreille que le son passe correctement. Que ses images soit bien calé ect ect...
Mais oui "chacun son boulot".

Puis ne l'oublie pas il y a opérateur et opérateur. Certain peuvent aller très loin et d'autre sont même pas capable de changer un fusible.

Mais cela a toujours été de toute façon. Le problème c'est que vous etez moins nombre.

CineAudio

Auteur du sujet
Messages : 45
Enregistré le : ven. 11 oct. 2019 - 18:22

Message » dim. 29 déc. 2019 - 17:34

Victoria5 a écrit :
CineAudio a écrit :Non tu ne connais pas le nom des mixeur que j’évoque puisque tu ne connais la le nom des films que j’évoque. Et que c'est des films qui sont réputé pour avoir un bon mixage. Et un bon mixage cela n'a rien a voir avec le fait que l'on puisse ou pas le projeté a "7"....


Superbe démonstration... :mrgreen:

Je ne connais pas non plus la couleur de ton slip car tu ne l'as pas donnée.

On en vient maintenant à parler de bon mixage et plus de niveau ? Tu vas déplacer sans cesse le débat pour avoir toujours raison longtemps ? 003654

Je ne déplace pas le débat...

Moi un bon mixage c'est un mixage est agréable a écouté, quelque soit la position du potentiomètre en salle au final pour cette écoute. que ce soit a "7" ou a "4". C'est pas parqu'un film sera passé a "4" que sont mixage est mauvais...

Enfin bref

CineAudio

Auteur du sujet
Messages : 45
Enregistré le : ven. 11 oct. 2019 - 18:22

Message » dim. 29 déc. 2019 - 17:43

Victoria5 a écrit :
CineAudio a écrit :Puis en fait scope aujourd’hui ne veux rien dire puisque l'anamorphe n'est plus d'utilisé. Et que ce soit a la captation que la projection.


Il y a toujours des captations en scope anamorphique en numérique, même si c'est assez rare. Cela reste un choix esthétique du réalisateur et du chef op.

Et il était prévu aussi de pouvoir le faire en projection DCI (pleine matrice 1.90:1 avec anamorphoseur 1.25 ou 1.3, je ne sais plus), mais dans les faits je n'en ai jamais vu d'installé. Trop compliqué visiblement à mettre en oeuvre.


Soit il y a peut être des captations avec anamorphose en numérique. Mais je pense que cela doit être rare. Mais de toute façon en poste production ont peut faire tout et n'importe quoi de toute façon.

Alors le truc c'est qu'au tout début du cinéma numérique les images était toutes pleine matrices. Ont était en 1.2 ou 1.6K. Pour avoir le max de pixel et de lumière a l’écran.
Donc anamorphose en 1.85 et en scope pour obtenir le bon ratio a l’écran.
Mais Hollywood et le DCI n'aimais pas les pixels rectangle...

Donc ont a perdu en résolution a l’écran et en luminosité.....