techniciendecinema.net

Discussions en rapport avec le cinéma et les techniques cinématographiques.
MOSS

Avatar du membre
Messages : 6615
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

techniciendecinema.net

Message » lun. 11 sept. 2017 - 13:43

Oui mais en fait, ceci est acté à chaque mutation technique. Là, notre génération est en train de la vivre, mais avant nous? On croisera des gens pour nous dire "le métier (et le vrai de vrai cinématographe de mon arrière grand-père) a disparu avec l'arrivée du xénon" (donc fin du double-poste) ou "le métier a disparu avec la division des salles en complexes" (donc dilution également du rôle dans une surveillance multiple...) ou que le support polyester c'est vraiment de la merde en rouleau par rapport au triacétate... Et tout le monde a un peu raison de sa lucarne.
J'ai bien des reproches à faire à la conversion aux pixels de nos écrans. J'ai bien des regrets du monde argentique et analogique, et je ne suis pas un spectateur heureux de ce qu'il voit et entend partout... Mais on peut bien décider que les premiers projectionnistes de l'histoire, qui bonimentaient et avaient parfois assuré prise de vue et tirage d'une, étaient bien plus polyvalents que "nous" et de deux, étaient déjà "des techniciens du cinéma..."
Pour moi, le pire est devant nous, avec des projets d'image non-projetée sur des dalles géantes (bonjour les remises en cause des normes actuelles d'usage des courants en présence du public.) Et la tendance actuelle des salles sans ligne éditoriale, sans identité, mais qui se vivent comme des "réseaux sociaux en dur" ou des chaînes de téloche à ciel ouvert, qui font des lancements de produits à tour de bras, ça abîme plus mon rapport aux films que leurs conditions de projection. Et comme à chaque fois, on va basculer dans un nouveau truc, nous, on se dira que c'était plus (+) du vrai cinéma avant, et des plus anciens nous rappelleront que non, c'était déjà fini depuis longtemps...
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

peepingtom

Messages : 1
Enregistré le : lun. 11 sept. 2017 - 14:03

Message » lun. 11 sept. 2017 - 14:15

Je rejoins tout à fait le point de vue de jeanfi. Ce métier est bien mort et son nom ne devrait plus être "opérateur projectionniste de cinéma" mais plutôt "Caissier-contrôleur-vendeur de friandises-récureur de chiottes-et éventuellement appuyeur sur des boutons... de cinéma". Il faut arrêter de se voiler la face, rares sont désormais les projectionnistes qui font uniquement de la projection. Le problème n'étant pas qu'on ne fasse plus que de la projo mais plutôt que cette activité soit devenue mineure par rapport aux autres.
Personnellement, c'est décidé, je vais me reconvertir. Et pourtant j'aimais ce boulot avant qu'on ne le tue au nom de la rentabilité financière.

Victoria5

Messages : 291
Enregistré le : ven. 4 sept. 2015 - 16:40

Message » lun. 11 sept. 2017 - 17:23

En fait, projectionniste ça n'existe plus depuis que la manivelle a été remplacée par un moteur électrique. Avant il fallait du biceps, monsieur !

MOSS

Avatar du membre
Messages : 6615
Enregistré le : sam. 9 mai 2009 - 23:12

Message » lun. 11 sept. 2017 - 17:47

...et savoir chanter Sambre et Meuse! :mrgreen:
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème!

Keurdelion

Auteur du sujet
Messages : 431
Enregistré le : lun. 1 juin 2009 - 10:38

Message » lun. 11 sept. 2017 - 21:54

peepingtom a écrit :Personnellement, c'est décidé, je vais me reconvertir. Et pourtant j'aimais ce boulot avant qu'on ne le tue au nom de la rentabilité financière.

003654
C'est vraiment dommage de découvrir ce forum juste au moment où tu prends cette décision !

Coeur Noir

Avatar du membre
Messages : 3300
Enregistré le : lun. 2 mars 2009 - 10:16
Localisation : Maine et Loire - France
Contact :

Message » sam. 30 sept. 2017 - 1:25

« Le problème n'étant pas qu'on ne fasse plus que de la projo mais plutôt que cette activité soit devenue mineure par rapport aux autres. »

20 ans que je bosse, et je n'ai jamais été « que » projectionniste, et j'ai presqu'envie de dire tant mieux, je me serais ennuyé sinon ( j’exagère exprès ).

Que l'activité de pur projectionniste occupe moins de temps n'est pas un problème en soi, si le temps restant est employé à des activités « constructives » ou « valorisantes / valorisables ». Et on est bien d'accord que nettoyer des chiottes, ça l'est pas. Mais gérer un point de vente de conf' ça peut l'être. Tout comme mettre à jour un site web et dérivés ( FB, twit & Cie ). Ou démarcher pour trouver des annonceurs, des partenaires, relancer des CE. Ou pour rester dans la technique, connaître si bien son install' qu'on peut donner la leçon à ses installateurs / prestataires. Ou animer des séances, mettre en place la comm'…

J'essaie de positiver, hein, je ne dis pas que c'est tout beau, disons qu'il y a des structures où c'est envisageable.

Sinon, hélas, la disparition du travail « ouvrier » par glissement des tâches vers de la supervision à distance ou de la robotisation ( ou de l'informatique, du big data, de l'ia… ) n'est absolument pas spécifique à l'exploitation ciné, c'est un des moteurs du capitalisme : déplacer des coûts pour économie d'échelle.

Et ça, à long terme, je ne sais pas où ça va… sinon que ceux que ça enrichit veillent farouchement à conserver leurs « positions ».